Nous vivons à l'ère de l'électeur indécis

Jean Delaunay

Nous vivons à l’ère de l’électeur indécis

Avec des électeurs de moins en moins attachés à la loyauté traditionnelle envers les partis, les politiciens doivent devenir plus adaptables, écrit Carla Subirana.

Les politiciens de tout l’Occident ne manquent pas de crises. En plus d’une inflation galopante qui paralyse les finances des ménages, ils doivent faire face à une diminution de la population en âge de travailler qui pèse sur les budgets gouvernementaux.

Pendant ce temps, les tensions entre la Chine et les États-Unis menacent de perturber la stabilité mondiale. A la longue liste de problèmes qui affligent les gouvernements occidentaux, on peut désormais ajouter la montée de l’électeur indécis.

Partout en Europe et aux États-Unis, les gens sont moins ancrés dans leurs préférences politiques que jamais auparavant.

Lors des récentes élections espagnoles de juillet, la part des électeurs indécis est passée de 16 % en 2019 à 23 % selon Unidad Electoral, et une étude de Gallup a révélé que la part des adultes américains s’identifiant comme indépendants a atteint 49 % en 2023, un chiffre global. -temps élevé.

Au Royaume-Uni, des millions d’électeurs incertains décideront des prochaines élections ; un sondage réalisé par YouGov révèle que 17 % des électeurs sont toujours à la croisée des chemins, incertains quant à la voie politique à suivre.

Quelle est la cause de ce changement et qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir de la politique ?

Insécurités, crises et pouvoir des médias sociaux

Des facteurs nationaux sont en partie à l’origine de l’émergence d’électeurs indécis. En Espagne, depuis que les électeurs irrités par la corruption ont divisé un système bipartite en un système quadripartite en 2015, le pays est aux prises avec une instabilité politique, qui rend les électeurs plus incertains quant à leurs choix.

Les médias sociaux et les sources d’information en ligne ont fondamentalement modifié la façon dont les gens accèdent à l’information et participent au discours politique, car ils amplifient la polarisation politique et influencent les opinions des électeurs en temps réel.

Cela a été palpable lors des élections espagnoles de juillet, lorsque le PSOE a réussi à convaincre les électeurs indécis de voter pour lui dans les derniers jours de la campagne, empêchant ainsi le PP de former un gouvernement avec le parti d’extrême droite Vox, comme le prédisaient la plupart des sondages.

Pendant ce temps, au Royaume-Uni, la désillusion à l’égard du Parti conservateur a laissé les électeurs de centre-droit dans un état d’incertitude, incertains de leur allégeance politique.

AP Photo/Rui Vieira
Rishi Sunak rencontre des partisans alors qu’il arrive pour assister à une campagne électorale à la direction du Parti conservateur au NEC, Birmingham, août 2022

Cependant, la plupart des facteurs contribuant à l’augmentation du nombre d’électeurs indécis sont communs au-delà des frontières.

La crise du coût de la vie, par exemple, a poussé de nombreux électeurs à envisager des alternatives, car leur mécontentement à l’égard du statu quo les incite à s’engager dans des votes de protestation qui ne reflètent pas nécessairement leur point de vue traditionnel.

De plus, les médias sociaux et les sources d’information en ligne ont fondamentalement modifié la façon dont les gens accèdent à l’information et participent au discours politique, car ils amplifient la polarisation politique et influencent les opinions des électeurs en temps réel.

Cette exposition constante à des informations contradictoires peut rendre difficile pour les électeurs de s’engager fermement en faveur d’une seule idéologie politique ou d’un seul parti.

Politiques sur la loyauté envers les partis

Un autre changement important est que les électeurs accordent de plus en plus la priorité à des questions politiques spécifiques telles que la transition écologique ou les lois sur l’égalité des sexes, plutôt qu’à la loyauté envers les partis traditionnels.

Les conservateurs de Rishi Sunak ont ​​conservé de justesse le siège d’Uxbridge et de South Ruislip lors d’un résultat inattendu aux élections législatives partielles de juillet en raison d’inquiétudes concernant l’extension prévue de la « zone à très faibles émissions » – une taxe sur les véhicules sales – aux arrondissements périphériques de Londres. par le maire travailliste de la capitale Sadiq Khan.

À l’heure où la loyauté inébranlable envers les partis s’amenuise, les partis doivent évoluer pour conquérir les électeurs indécis.

Et en Espagne, les politiques d’Unidas Podemos en matière de genre et d’identité ont aliéné les électeurs : le parti a si mal fait lors des élections régionales de mai qu’il a dû boiter dans une nouvelle formation de gauche appelée Sumar, formée par la ministre du Travail, Yolanda Díaz. .

AP Photo/Paul Blanc
Une affiche déchirée de campagne électorale du PP montrant le visage du chef du parti, Alberto Nunez Feijoo, est suspendue à un lampadaire à Madrid, juillet 2023.

La montée de la volatilité des électeurs a de profondes conséquences pour les démocraties modernes. Premièrement, l’adaptabilité politique deviendra essentielle pour survivre.

À l’heure où la loyauté inébranlable envers les partis s’amenuise, les partis doivent évoluer pour conquérir les électeurs indécis.

À leur tour, les campagnes seront plus déterminantes qu’auparavant.

Les fluctuations des électorats redéfiniront la politique moderne

L’Espagne a démontré en juillet que les élections sont de plus en plus imprévisibles, car une partie importante de l’électorat reste à gagner. Les partis doivent donc élaborer des stratégies de campagne dynamiques et convaincantes pour convaincre ces électeurs en leur faveur.

Avec une part de l’électorat en constante évolution, les mandats des partis vont devenir plus courts, ce qui compromettra la capacité des pays à relever les défis urgents à long terme, tels que le changement climatique, le vieillissement de la population ou la viabilité budgétaire, car ces questions exigent un engagement soutenu et une vision claire et à longue portée.

Alors que les gouvernements apprennent à naviguer dans un monde de plus en plus incertain, une chose est claire : le pouvoir de l’électeur indécis redéfinit la politique moderne.

Laisser un commentaire

12 − 5 =