Nice, as well as Antibes, Cannes and other coastal locations on the French Riviera are at the greatest risk of a tsunami in France.

Milos Schmidt

« Nous savons que cela va arriver » : dans le cadre du plan d’alerte rouge de la France pour les 15 minutes suivant un tsunami

Avec un exercice d’alerte au tsunami qui a lieu aujourd’hui dans le sud de la France, nous explorons pourquoi c’est nécessaire.

Niché à la périphérie de Paris, le centre d’alerte aux tsunamis de France ne pouvait guère se sentir plus éloigné de l’océan.

Pourtant, le CENALT est l’épicentre même du réseau d’alerte aux tsunamis du pays – et l’endroit qui pourrait un jour sauver des milliers de vies.

S’il est très inhabituel d’observer quelque chose d’aussi important que le tsunami de l’océan Indien de 2004, qui a tué environ 250 000 personnes, les tsunamis sont plus fréquents que beaucoup ne le pensent, y compris ici en Europe.

En Méditerranée et dans les mers qui lui sont reliées, il y a eu une centaine de tsunamis depuis le début du XXe siècle. Cela représente environ 10 pour cent de tous ceux enregistrés au cours de la même période.

Bien que moins fréquents, les tsunamis dans l’Atlantique du Nord-Est représentent encore environ 5 % du total. Parmi ceux-ci, il y a eu un événement particulièrement catastrophique.

Le tremblement de terre de Lisbonne de 1755

« Le tsunami le plus puissant que l’on connaisse dans l’Atlantique a été celui déclenché par le tremblement de terre de Lisbonne en 1755 », explique Hélène Hébert, coordinatrice nationale du CENALT – centre d’alerte tsunami.

Ce séisme avait une magnitude proche de 8,5, explique-t-elle, ce qui est similaire à ce que l’on voit dans l’océan Pacifique plusieurs fois par siècle, mais dans l’Atlantique, c’est très rare.

« Bien que les côtes françaises aient été largement protégées par la péninsule ibérique, le tsunami a détruit la majeure partie de Lisbonne et Cadix ainsi qu’une partie du Maroc, faisant plusieurs milliers de victimes. »

Les vagues qui en ont résulté ont atteint le sud-ouest des Cornouailles et de l’Irlande.

« C’est le genre de tsunami majeur auquel nous pouvons nous attendre tous les trois à cinq siècles. Cela pourrait donc arriver demain – ou au cours du siècle prochain – mais nous savons que cela arrivera.»

Une alerte au tsunami dans les 15 minutes

Des spécialistes à l’œuvre au CENALT.
Des spécialistes à l’œuvre au CENALT.

Même si la majorité des tsunamis sont généralement beaucoup plus petits, ils peuvent quand même laisser des ravages dans leur sillage – et entraîner des pertes en vies humaines – c’est pourquoi le travail du CENALT est si important.

Le centre a célébré son 10e anniversaire en 2022. Il a été créé à la suite du tsunami de 2004 dans le cadre d’une initiative plus large de l’UNESCO visant à établir des systèmes d’alerte aux tsunamis dans le monde entier.

Situé dans un bâtiment ultramoderne opérationnel 24h/24 et 7j/7, il est animé par une équipe de spécialistes de l’analyse des données géophysiques du CEA.

En bref, l’objectif est double : d’abord, détecter tout tremblement de terre susceptible de provoquer un tsunami et alerter les autorités compétentes dans un délai de 15 minutes. Deuxièmement, leur faire savoir s’il y a un tsunami – et, si oui, les heures d’arrivée et les amplitudes.

Les premières informations sont recueillies à partir d’un réseau de plusieurs centaines de stations sismiques, chacune affichée sur un écran géant dans la galerie principale, et qui transmettent des données chaque fois qu’une secousse est détectée.

L’événement se voit alors attribuer l’un des trois niveaux de menace selon sa gravité – jaune, orange ou rouge – et l’avertissement correspondant est émis. Les marégraphes appropriés sont également surveillés pour vérifier le niveau de la mer.

Comment fonctionne la technologie de détection des tsunamis ?

Un spécialiste analyse les données sismiques au CENALT.
Un spécialiste analyse les données sismiques au CENALT.

«Quand une des stations sismiques clignote en rouge, cela signifie qu’elle détecte un signal», explique Pascal Roudil, coordinateur technique au CENALT.

La station pourrait simplement capter un vent fort ou le passage d’un camion. Mais si plusieurs stations se mettent à clignoter simultanément, cela signifie qu’elles sont affectées par une onde sismique assez forte. Autrement dit, un tremblement de terre.

Le système tente alors de retrouver l’épicentre de ces détections et ajoute l’information sur la carte, sous la forme d’un cercle dont la taille représente la magnitude et la couleur indique la profondeur.

« Notre objectif est d’alerter les autorités compétentes dans un délai de 15 minutes car les tsunamis peuvent arriver assez rapidement », ajoute-t-il. « En Méditerranée occidentale, par exemple, si nous avons un tremblement de terre près de l’Algérie, il traversera la mer en une heure et 15 minutes. Donc ça ne laisse pas beaucoup de temps.

« De plus, même si nos tsunamis ne sont pas aussi importants que dans le Pacifique, il n’est pas nécessaire que des vagues de 30 mètres de haut provoquent des dégâts et des blessures. Même 50 cm peuvent être dangereux pour les nageurs.

Quel est le risque de tsunami en France ?

Heureusement, du moins jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’incidents majeurs au CENALT.

Entre sa création et 2022, le centre avait émis 84 alertes « niveau information » (pas de risque de tsunami) et seulement deux alertes « niveau alerte » (vagues de moins d’un mètre sur la côte) – dont la dernière, en mars 2021, a provoqué une hausse du niveau de la mer à Toulon d’environ cinq cm.

Mais nous savons aussi que ce n’est qu’une question de temps.

La Côte d’Azur est probablement l’une des zones les plus dangereuses de France métropolitaine.

« La Côte d’Azur est probablement l’une des zones les plus dangereuses de France métropolitaine, la plus grande menace venant des côtes nord-africaines », explique Hébert.

Les vagues ont battu le littoral près d'Antibes lors d'une période de tempêtes et de fortes inondations en novembre 2011.
Les vagues ont battu le littoral près d’Antibes lors d’une période de tempêtes et de fortes inondations en novembre 2011.

Les villes et communes de la Côte d’Azur, très touristique, ont également travaillé à la préparation des populations. Cannes a mis en place un point de transformation numérique, tandis qu’Antibes organise des exercices d’évacuation.

« On ne s’attend pas à des vagues de 20 m, comme au Japon, au Chili ou à Sumatra, mais plutôt de un à deux mètres », ajoute Hébert.

Cependant, ce qui est extrêmement dangereux, ce n’est pas seulement l’altitude des tsunamis, mais aussi les courants et flux d’eau – et les inondations qui arrivent sur le rivage – qui peuvent causer des dommages aux plages, aux ports et aux rues.»

En ce qui concerne l’avenir, même si les analystes peuvent, à juste titre, être fiers de leur travail au CENALT au cours de la dernière décennie, ils sont loin de rester immobiles.

Même si la technologie a considérablement progressé, ils souhaitent poursuivre leurs propres recherches, notamment parce que la montée des eaux provoquée par la crise climatique pourrait encore aggraver la situation.

L’effet de la crise climatique

« Même si le niveau de l’eau n’a pas d’effet en soi sur le tsunami – puisqu’un tremblement de terre peut survenir quel que soit le niveau de la mer – il peut certainement avoir un impact sur le littoral », explique Hébert.

« Par exemple, s’il s’agit d’un petit port et que le front de mer est très bas, comme à Cannes ou à Toulon, un tsunami pourrait être plus dangereux.

« Ainsi, dans les années à venir, ce serait formidable de produire des prévisions en temps réel – comme nous le faisons actuellement avec la météo – en utilisant la simulation numérique. Par exemple, pour prévoir qu’à Nice on peut s’attendre à 3,5 m, ou à Marseille autour de 0,5 m etc, pour un événement précis.

Raison de plus donc pour laquelle le CENALT restera sans aucun doute à la pointe de la technologie d’alerte aux tsunamis. Et pas seulement pour les 10 prochaines années, mais pour bien d’autres années à venir.

Laisser un commentaire

14 − onze =