"Nous faisons partie du problème" : comment H&M, Mango et Zara tentent de mettre de l'ordre dans leurs affaires

Jean Delaunay

« Nous faisons partie du problème » : comment H&M, Mango et Zara tentent de mettre de l’ordre dans leurs affaires

L’industrie de la mode doit consacrer beaucoup plus de fonds à la lutte contre le gaspillage vestimentaire.

Dans un entrepôt de la banlieue de Barcelone, des femmes se tiennent devant des tapis roulants et trient manuellement des T-shirts, des jeans et des robes de grosses balles de vêtements usagés – un petit pas vers la résolution du problème majeur de la mode mise au rebut en Europe.

D’ici un an, le centre de tri géré par l’association caritative de réutilisation et de recyclage des vêtements Moda Re prévoit de doubler le volume qu’il traite pour atteindre 40 000 tonnes par an.

« Ce n’est que le début », a déclaré Albert Alberich, directeur de Moda Re, qui fait partie de l’association caritative espagnole Caritas et gère la plus grande chaîne de vêtements d’occasion d’Espagne.

« Nous allons de plus en plus transformer les vêtements usagés en matières premières européennes pour les entreprises de mode. »

Financé en partie par Inditex, propriétaire de Zara, Moda Re étendra ses sites à Barcelone, Bilbao et Valence.

Les centres de tri sont parmi les premiers signes d’une montée en puissance du tri, de la transformation et du recyclage des vêtements.

Pourquoi l’association caritative les a-t-elle ouverts et pourquoi Inditex a-t-elle aidé à les financer ?

Tout cela en réponse à une avalanche de nouvelles propositions de l’Union européenne visant à freiner l’industrie de la mode.

En Espagne également, des concurrents comme H&M et Mango ont créé une association à but non lucratif pour gérer les déchets vestimentaires. Il s’agit d’une réponse à une loi de l’UE exigeant que les États membres séparent les textiles des autres déchets à partir de janvier 2025.

REUTERS/Nacho Doce
Travailleur Sambadie, 28 ans, originaire du Mali, participant à un programme de la Fondation « Formacio i Treball » (« Formation et Travail »), qui vise à promouvoir le recrutement de chômeurs

La fast fashion est « hautement insoutenable »

La fast fashion, c’est-à-dire la fabrication et la vente de vêtements bon marché ayant une courte durée de vie, est « hautement non durable », a déclaré la Commission en juillet.

L’industrie textile est un contributeur majeur au changement climatique et aux dommages environnementaux, note-t-il.

Moins d’un quart des 5,2 millions de tonnes de déchets vestimentaires européens sont recyclés et des millions de tonnes finissent chaque année dans les décharges, a déclaré la Commission européenne en juillet.

Les données précises sur l’augmentation des déchets vestimentaires sont rares, mais la collecte pour le recyclage et la réutilisation a progressivement augmenté dans plusieurs pays européens à partir de 2010 environ, selon un rapport de l’UE de 2021.

Comment Inditex se porte-t-il en matière de développement durable ?

Inditex, propriétaire de Zara, qui a déclaré en mars avoir mis sur le marché mondial 10 % de vêtements en plus l’année dernière par rapport à 2021, vise à utiliser 40 % de fibres recyclées dans ses vêtements d’ici 2030 dans le cadre des objectifs de développement durable annoncés en juillet.

« Le principal problème auquel nous sommes confrontés est la surconsommation », déclare Dijana Lind, analyste ESG chez Union Investment, le gestionnaire d’actifs basé à Francfort qui détient des actions dans Adidas, Hugo Boss, Inditex et H&M.

Lind a déclaré qu’elle avait discuté avec Adidas, Hugo Boss et Inditex de la nécessité pour ces entreprises d’augmenter leur utilisation de textiles recyclés et pour l’industrie de l’habillement dans son ensemble d’augmenter le recyclage des textiles.

Hugo Boss a déclaré dans une déclaration à Reuters que « la surproduction et la surconsommation sont, en général, un problème à l’échelle de l’industrie », ajoutant qu’il utilisait l’analyse des données pour mieux ajuster la production à la demande.

L’argent est la clé pour améliorer le recyclage des vêtements

Entre 6 et 7 milliards d’euros d’investissements seront nécessaires d’ici 2030 pour atteindre l’échelle de traitement et de recyclage des déchets textiles que vise l’UE, a estimé le cabinet de conseil McKinsey dans un rapport de l’année dernière. Reuters n’a pas pu déterminer quel niveau d’investissements étaient actuellement réalisés dans l’industrie.

Lind a déclaré que les entreprises avaient pris quelques premières mesures, mais « il reste encore beaucoup à faire ».

Inditex a annoncé qu’il investirait 3,5 millions d’euros dans Moda Re sur trois ans et qu’il disposerait de conteneurs de recyclage dans tous ses magasins espagnols. Il n’a pas répondu à une demande de commentaires sur la suggestion selon laquelle il lui fallait faire davantage.

Dans une déclaration à Reuters, H&M a déclaré reconnaître que cela faisait « partie du problème ».

« La manière dont la mode est produite et consommée doit changer – c’est une vérité indéniable », a déclaré H&M.

REUTERS/Nacho Doce
Des ouvriers séparent et classent les vêtements usagés pour les emballer dans un entrepôt de Sant Esteve Sesrovires, à la périphérie de Barcelone, Espagne, le 4 août 2023.

Pourquoi davantage de matériaux ne sont-ils pas recyclés ?

Les obstacles à une réduction significative des déchets vestimentaires sont formidables, malgré la répression de l’UE, les engagements de l’industrie en matière de développement durable et les initiatives telles que l’expansion de Moda Re.

Des centaines d’usines similaires, ainsi que des investissements dans la technologie et des interventions sur le marché seront nécessaires pour atteindre les objectifs de l’industrie visant à recycler 2,5 millions de tonnes de déchets textiles d’ici 2030, a déclaré McKinsey dans le rapport.

Quatorze entreprises de recyclage de textiles en Europe envisagent d’augmenter leur capacité de production, selon Fashion For Good, une start-up d’investissement dans les fibres recyclées qui a interrogé 57 recycleurs dans un rapport de septembre 2022.

L’UE n’a pas fixé d’objectifs spécifiques en matière de contenu recyclé dans les vêtements, mais d’ici 2030, elle vise à ce que tous les produits textiles vendus dans l’Union soient « dans une large mesure » fabriqués à partir de fibres recyclées, tout en étant durables, réparables et recyclables.

Pour créer la capacité d’atteindre ces objectifs, ReHubs Europe, une association créée par le groupe de pression du secteur de l’habillement EURATEX, promeut les investissements dans le recyclage « fibre à fibre » : des processus qui transforment les vêtements usagés en fil pour fabriquer de nouveaux textiles.

EURATEX n’a ​​pas immédiatement répondu à une question de Reuters sur le niveau des investissements réalisés dans cette technologie.

Moins de 1 % des vêtements sont actuellement recyclés de cette manière et les procédés sont encore en développement. Les défis incluent la séparation des différents types de fibres en matières premières adaptées au recyclage.

Ces techniques n’en étant qu’à leurs balbutiements, le coût plus élevé du tissu recyclé par rapport au tissu neuf reste un obstacle à une adoption généralisée.

La moitié des vêtements donnés finissent toujours en Afrique

À l’usine de Barcelone, les vêtements arrivent de plus de 7 000 bacs à dons présents dans les supermarchés et les magasins Zara et Mango. Des machines infrarouges offertes par Inditex identifient la composition des fibres des vêtements pour accélérer le tri, en grande partie manuel.

Actuellement, environ 40 % des vêtements reçus par Moda Re sont envoyés vers d’autres installations pour être recyclés. Sur ce montant, seulement un cinquième est ensuite recyclé fibre à fibre, une part qui, selon Moda Re, atteindra 70 % au cours des trois à quatre prochaines années.

Pour l’instant, la majeure partie du recyclage concerne plutôt des produits de qualité inférieure comme les torchons.

Près de la moitié des vêtements donnés à Moda Re sont expédiés pour être revendus dans des pays africains, notamment au Cameroun, au Ghana et au Sénégal. Moda Re affirme que les vêtements qu’elle exporte peuvent être réutilisés.

Selon les données commerciales des Nations Unies, l’UE a exporté 1,4 million de tonnes de textiles usagés en 2022, soit plus de deux fois plus qu’en 2000. Tous ces vêtements ne sont pas réutilisés, et les exportations de vêtements usagés d’Europe vers l’Afrique peuvent entraîner une pollution lorsque les vêtements sont utilisés. qui ne peuvent pas être revendus finissent dans les décharges, a déclaré l’UE.

Les règles proposées par la Commission européenne visent à réprimer les opérateurs peu scrupuleux qui exportent des articles endommagés destinés aux décharges, et obligeraient les pays à démontrer leur capacité à gérer ces matériaux de manière durable.

Moda Re a déclaré qu’elle visait à réduire le volume de vêtements qu’elle envoie en Afrique.

Seuls 8 % des dons sont actuellement revendus dans les friperies de Moda Re, une méthode largement considérée comme la manière la plus efficace de réutiliser les vieux vêtements. Une quantité similaire finit dans les décharges européennes.

L’entreprise vise à doubler le volume de ses ventes en s’étendant à 300 magasins d’occasion en Espagne au cours des trois prochaines années, contre un peu plus de 100 actuellement, a-t-elle déclaré à Reuters.

Malgré les défis, les employés de Moda Re ont déclaré qu’ils estimaient que leur travail était positif.

« Nous récupérons les vêtements qui ont été jetés pour en fabriquer de nouveaux », explique Aissatou Boukoum, une jeune ouvrière sénégalaise, en faisant passer les vêtements dans une machine qui les coupe en rubans pour les envoyer au recyclage. « Pour moi, c’est bien. »

Comment Adidas, Puma et Bestseller s’en sortent-ils en matière de recyclage ?

Outre les efforts d’Inditex, Puma a noué des partenariats avec les sociétés de collecte et de tri de vêtements I:CO en Allemagne, Texaid en Suisse et Vestisolidale en Italie.

Adidas, Bestseller et H&M ont investi dans la start-up finlandaise Infinited Fiber Company, qui fabrique de la fibre à partir de déchets textiles, de carton et de papier.

Les efforts législatifs de la Commission incluent des règles obligeant les détaillants à contribuer aux coûts de collecte des vêtements usagés en vue de leur réutilisation et de leur recyclage.

Selon les règles proposées, les détaillants paieraient une taxe d’environ 12 centimes d’euro par article pour chaque vêtement vendu dans le bloc, avec des taux plus élevés pour les vêtements plus difficiles à recycler, a estimé la Commission en juillet.

Comme en Espagne, des associations de déchets textiles seraient créées dans chaque pays. En France, ce système est déjà en place depuis 2008 sous l’égide d’un organisme baptisé Refashion.

Reuters a interrogé dix grandes entreprises de mode, dont Adidas, H&M et Primark, dans quelle mesure ces frais affecteraient leur rentabilité. Aucun n’a fourni d’estimation. Tous ont déclaré qu’ils espéraient que les frais seraient les mêmes dans toute l’UE.

« C’est un tsunami de législation », a déclaré Mauro Scalia, directeur des entreprises durables chez EURATEX.

Laisser un commentaire

17 − deux =