Nous avons besoin d'un vote à l'échelle de l'UE pour faire des idéaux européens une réalité

Jean Delaunay

Nous avons besoin d’un vote à l’échelle de l’UE pour faire des idéaux européens une réalité

Chaque citoyen de l’un des 27 États membres de l’UE devrait pouvoir voter pour n’importe quel autre citoyen de l’UE en lice. C’est ce que représente l’Union européenne – nous sommes tous égaux, écrit Damian Boeselager.

A un an des élections européennes, les partis anti-UE repartent à la hausse.

Dans leurs prochaines campagnes, ils essaieront de convaincre les gens que l’UE est loin et que les Européens se portent mieux sans elle.

Et, bien sûr, ils pointeront vers les procédures décisionnelles apparemment opaques d’un gouvernement technocratique déroutant : comment la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a-t-elle été élue ? Quels sont les principaux éléments constitutifs du gouvernement de l’UE ? Qui siège au Parlement européen ?

Beaucoup de gens ne connaissent pas les réponses à ces questions. J’avoue qu’avant de devenir politiquement actif, je n’aurais pas pu nommer un seul député européen.

Aujourd’hui, je suis encore conscient du peu de choses que les gens de mon âge connaissent sur l’Union européenne.

Cependant, je crois que c’est autant une question de confiance que de connaissance. Même si beaucoup d’entre nous ne connaissent pas bien le système national, nous lui faisons souvent encore plus confiance que ce que certains considèrent comme les « couloirs obscurs du pouvoir » à Bruxelles.

Alors, comment pouvons-nous combler ce fossé?

Les crises ne se soucient pas des frontières

Premièrement, les tendances mondiales rendent plus pressante la nécessité d’une coopération européenne, et les événements récents ont montré que nous sommes tous solidaires.

L’Europe a enfin compris que les politiques nationales ne suffisent pas à gérer les crises qui ne connaissent pas ou ne se soucient pas des frontières entre nos nations.

En fait, nous avons appris que les citoyens européens en Lituanie peuvent être tout aussi touchés par la même situation d’urgence que ceux au Portugal, par exemple.

Au cours des dernières décennies, une crise financière et bancaire européenne, une urgence de réfugiés, une pandémie dévastatrice, la guerre totale de la Russie contre l’Ukraine et les catastrophes liées au climat ont rendu les réponses nationales moins pertinentes.

Pendant la pandémie de COVID-19, les gouvernements se sont précipités pour s’entraider, par exemple à la frontière de la France et de l’Allemagne. Des infirmières roumaines ont été déployées en Italie au milieu du pire pic de la pandémie.

AP Photo/Gregorio Borgia
Des personnes attendent dans un centre de vaccination anti-COVID-19 de la Croix-Rouge italienne, à Rome, en novembre 2021

Pendant la pandémie de COVID-19, les gouvernements se sont précipités pour s’entraider, par exemple à la frontière de la France et de l’Allemagne. Des infirmières roumaines ont été déployées en Italie au milieu du pire pic de la pandémie.

Mais c’est l’UE qui a veillé à ce que les frontières restent ouvertes pour les produits essentiels tels que les produits pharmaceutiques, les masques et la nourriture.

Et c’est l’UE – avec l’approbation des ministres nationaux de la santé – qui a veillé à ce que nous ayons des vaccins produits et distribués sur tout le continent.

Après l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie en février 2022, notre union a fait preuve d’une solidarité et d’une bonne volonté sans précédent envers les Ukrainiens, nos compatriotes européens qui ne font toujours pas partie de notre union, du moins pour le moment.

La mauvaise habitude de voler le tonnerre du syndicat

Cependant, la mauvaise habitude des politiciens nationaux à s’attribuer le mérite des réalisations de l’UE et à blâmer l’Europe pour les erreurs nationales va à l’encontre de cette tendance. J’en ai personnellement fait l’expérience lors de mes négociations pour le programme de visa BlueCard.

Nous avons mis à jour ce visa — un titre de séjour spécial délivré aux travailleurs étrangers hautement qualifiés — au niveau de l’UE pour qu’il soit plus attrayant pour le personnel informatique et pour permettre une plus grande liberté de mouvement.

Nous ne devrions pas être surpris si les gens ne connaissent pas les réalisations de l’UE si tout le monde au niveau national essaie activement de les cacher.

Photo AP/Markus Schreiber
La Chancellerie avec le bureau du chancelier allemand Olaf Scholz se reflète dans une flaque d’un arroseur par une journée ensoleillée à Berlin, juin 2023

Mais ce mois-ci, le gouvernement allemand a commercialisé ces améliorations dans le cadre de son nouveau « paquet de migration qualifiée ».

Nous ne devrions pas être surpris si les gens ne connaissent pas les réalisations de l’UE si tout le monde au niveau national essaie activement de les cacher. Et généralement, la croyance en notre union en paie le prix.

L’UE veut que tout le monde soit égal

Les élections jouent un rôle crucial dans l’établissement de la confiance entre les politiciens et leurs électeurs.

C’est pourquoi j’ai travaillé sur une nouvelle loi pour les élections européennes afin de renforcer ce lien. Avec quelques autres personnes, j’ai soutenu l’idée que nous ne devrions pas seulement voter pour des partis nationaux mais aussi avoir le choix de qui nous voulons soutenir au niveau européen.

Après tout, les factions européennes forment les puissances du Parlement européen et décident de nombreuses questions importantes. Ils devraient être tenus responsables de notre vote.

Photo AP/Sergei Grits
Le personnel de la commission électorale compte les bulletins de vote après la clôture du vote dans un bureau de vote à Tallinn, mars 2023

Cette idée connue sous le nom de «listes transnationales» aurait également des effets secondaires positifs supplémentaires où les partis politiques européens gagneraient en visibilité, nous pourrions avoir plusieurs nationalités sur la même liste de parti et nous pourrions mesurer le succès des partis européens par rapport à leur élection promesses.

Les gens pourraient dire s’ils veulent une Europe plus conservatrice ou progressiste, qu’ils aiment ou non leur parti national conservateur ou progressiste.

Et le plus important : chaque citoyen de l’un des 27 États membres de l’UE pourrait voter pour n’importe quel autre citoyen de l’UE en lice.

C’est ce que représente l’Union européenne — nous sommes tous égaux. En fait, il incarne la promesse du « rêve européen » auquel nous croyons tous.

Nous devons travailler ensemble comme un continent uni

C’est pourquoi il est dommage que notre idée de listes européennes ait été bloquée parmi les 27 ministres nationaux concernés.

Certaines personnes soutiennent qu’un vote supplémentaire pour les listes européennes ne créerait des sièges que pour les représentants trop éloignés des électeurs et des questions qui les préoccupent le plus.

Mais soyons honnêtes : est-ce que 28 députés européens supplémentaires – en plus des 705 existants – venant d’États membres autres que ceux de leurs électeurs seraient différents par rapport aux partis européens existants exerçant le pouvoir au Parlement européen en matière de responsabilité et d’imputabilité ?

L’européanisation des élections pourrait apporter la compréhension plus profonde dont nous avons tant besoin du fonctionnement de l’Union, de son passé, de son présent et de son avenir, et pourrait renforcer le fait que nous devons travailler ensemble comme un seul continent uni.

AP Photo/Jean-François Badias
Les législateurs votent la loi sur l’IA au Parlement européen à Strasbourg, juin 2023

Je pense sincèrement que c’est plutôt le contraire. Dans la mesure où les électeurs seraient davantage impliqués par le fait qu’ils seraient amenés à choisir leur représentant au niveau européen, ils seraient également enclins à exiger plus de clarté et de présence des politiques et de l’administration européenne.

L’européanisation des élections pourrait apporter une compréhension plus profonde du fonctionnement de l’Union, de son passé, de son présent et de son avenir, et pourrait renforcer le fait que nous devons travailler ensemble comme un seul continent uni.

Il est triste qu’en raison des intérêts des partis nationaux, notre démocratie européenne fonctionne bien en deçà de son potentiel.

En tant que député européen, je peux promettre de continuer à me battre pour une meilleure démocratie européenne — et après les prochaines élections, je suis convaincu que nous aurons d’autres amis dans la maison pour faire une différence encore plus grande et essayer de rapprocher à nouveau nos concitoyens européens.

Laisser un commentaire

vingt + 7 =