"Notre agent espère que non" : Ell Potter et Mary Higgins dans "The Last Show Before We Die"

Jean Delaunay

« Notre agent espère que non » : Ell Potter et Mary Higgins dans « The Last Show Before We Die »

Nous avons rencontré Ell Potter et Mary Higgins, les têtes pensantes de « The Last Show Before We Die », l’un des meilleurs choix d’L’Observatoire de l’Europe Culture pour l’Edinburgh Fringe de cette année.

Tout à une fin. Pourquoi sommes-nous si mauvais face aux fins alors ?

C’est la question au cœur du nouveau spectacle révolutionnaire d’Ell Potter et Mary Higgins, « The Last Show Before We Die », actuellement présenté au Edinburgh Fringe.

Potter et Higgins chantent, dansent, font le clown et se tordent à travers un spectacle qui interroge toutes sortes de fins via des extraits audio d’interviews qu’ils ont menées. Parmi leurs nombreuses interviews, ils ont parlé à un soignant palliatif, à un barbier séparé de ses enfants et au grand-père de Higgins quelques semaines seulement avant sa mort. Mais la série n’est pas seulement une méditation sur les fins pour les gens en général, c’est aussi une dissection de leur propre fin. Après ce spectacle, Potter et Higgins ne veulent plus travailler ensemble.

Potter et Higgins se sont rencontrés pour la première fois à l’université en 2016. Ensemble, ils ont commencé à créer leur première pièce « Hotter », une étude sur la féminité moderne pour laquelle ils ont interviewé des femmes de tous âges. Au cours du développement de la série, ils ont noué une relation amoureuse. Puis ils se sont séparés avant la fin du spectacle.

Le résultat final a été un travail brillant combinant leurs entretiens, leur sens du théâtre et une profonde catharsis autobiographique. Ce fut un succès et ils suivirent « Hotter » avec « Fitter », interviewant cette fois des hommes. C’était en 2019.

Leur amitié et leur camaraderie artistique avaient survécu à une rupture amoureuse, mais la pandémie a changé la donne.

« Nous avons eu une grosse dispute à propos de Zoom », se souvient Higgins. Ils ont commencé à utiliser un exercice d’écriture consistant à commencer une phrase par « J’ai peur » pour s’expliquer mutuellement leurs sentiments.

« Nous avions l’impression qu’il n’y avait pas d’avenir pour nous sur le plan créatif », dit Potter. Pour eux, « Hotter » et « Fitter » avaient l’impression que cela s’était produit il y a trop longtemps et que maintenant leur carrière avait stagné. « Je crains que nous ayons été abandonnés. Je crains que nous ne puissions plus jamais travailler. Je crains que ce soit la fin de notre relation. Que nous n’aurons pas d’argent, que la série ne sera pas bonne et que tout le monde la détestera », cite Potter.

Félix Mosse
Ell et Mary « ressuscitées »

Quelque chose a cliqué. Après des années à se demander comment traduire leurs talents en carrière, ils se sont juste dit « merde ». « Nous allons juste faire quelque chose uniquement pour nous. Ça va être vraiment bizarre et nous n’allons pas l’expliquer », dit Higgins.

Avec l’aide du réalisateur Sammy Glover, le duo s’est mis au travail pour concevoir ce nouveau spectacle audacieux.

Utilisant leur méthode d’interview précédente – cette fois sur le thème des fins – et combiné à des décors hilarants et poignants, de la résurrection aux lettres d’adieu touchantes, c’est un spectacle dévastateur qui ne ressemble à rien de ce que vous avez vu auparavant.

Ce qui donne vie à l’ensemble, c’est leur talent d’interprète. À un moment charnière, où la voix du défunt grand-père de Higgins joue sur leur imitation moqueuse d’un corbeau, Potter les interpelle pour la grossièreté de l’image. La vision de Potter est scénarisée mais ressemble à un nouveau malaise avec la scène à ce moment précis. Leurs fréquentes ruptures du quatrième mur ne donnent pas l’impression de faire des clins d’œil à un public. Au lieu de cela, tout cela fait partie d’une tapisserie complexe pour communiquer sincèrement leurs émotions. Lorsque le spectacle atteint la rupture climatique, les larmes sont réelles.

Pour atteindre ce niveau de vulnérabilité sur scène, Glover les a encouragés à improviser devant un public en direct, puis à intégrer les meilleurs moments dans le scénario. Quand je vois le spectacle au milieu du Fringe, c’est soigné sans sacrifier l’émotion. Cela est dû au fait que leurs sources sont les véritables conversations qu’ils ont eues, dit Potter.

« C’est une chose vraiment intéressante à vivre. Pour essayer de découvrir la vérité chaque soir.

La frontière entre le jeu d’acteur et l’émotion honnête s’est estompée pour eux. «Certaines nuits, tu réussis vraiment. Hier soir, nous avons vraiment frappé. Et puis d’autres soirs, vous vous dites : « Je fais un très bon travail pour faire semblant » », dit-elle.

Félix Mosse
Combat sur scène

Bien que ce spectacle semble plus vulnérable que tout ce qu’ils ont jamais fait auparavant, c’est en fait le plus à l’aise que le couple ait jamais ressenti sur scène.

« Cela doit sembler très vulnérable pour un membre du public, car vous voyez deux personnes vivre cela », dit Potter. «Mais nous avons désormais bien plus de limites en tant que créateurs. Je ne vais pas divulguer un terrible secret parce que je dois m’en absoudre. C’est ce que je pensais que le théâtre autobiographique devait être.

Malgré cela, c’est un voyage incroyablement personnel dans lequel ils entraînent le public. L’un des moments les plus marquants survient lorsque Higgins écoute enfin l’interview de son grand-père. Son questionnement franc sur le moment où sa mortalité est devenue « une réalité, au lieu d’un simple concept théorique » et le souhait de Higgins de lire le livre qu’il avait prévu d’écrire frapperont quiconque est familier avec la perte.

Leur compétence inclut cependant toutes les fins de la vie. De la perte d’un grand-parent à la fin d’une émission de télévision, la série reconnaît l’importance de tout cela. Les gens sont venus vers eux pendant la course pour leur raconter leurs propres histoires et comment ils ont géré la fin.

Potter et Higgins n’ont pas de réponses sur la façon d’éviter les fins. Leur jeu a cependant permis de mieux comprendre comment les gérer. Higgins considère que c’est souvent dans les conversations finales d’une relation amoureuse que les couples parlent vraiment de leurs sentiments.

« Nous gardons cette conversation pour quand il sera trop tard », disent-ils. « Bizarrement, vous vous sentez souvent le plus proche de cette personne lorsque vous parlez de la fin de la relation », ajoute Potter.

Parler des fins nous aide à mieux y faire face. Même si rien ne peut nous préparer réellement. Le fait de créer cette pièce a certainement aidé Potter et Higgins à faire face à la fin de leur relation. Après ce spectacle, ils sont tous les deux ravis de commencer à travailler sur de nouveaux projets, qu’il s’agisse d’écriture de roman, de stand-up ou de pole dance. Mais ce sera séparé.

Est-ce vraiment la fin de leur partenariat artistique ? Pendant qu’ils parlent du processus, ils respirent la joie. « Nous ne savons pas si ce sera réellement le dernier spectacle avant notre mort », dit Higgins. « Je pense que notre agent espère que ce n’est pas le cas », plaisante Potter.

« Je suppose que dans un certain nombre d’années, nous passerons du temps à boire du vin et ensuite nous aurons juste une idée stupide », dit Higgins. « Je ne doute pas que cela se reproduise, mais je sais aussi qu’il y aura une réelle liberté en travaillant sur des choses séparément. »

Laisser un commentaire

quinze + un =