Nombre record de poursuites-bâillons abusives déposées en Europe en 2022 – rapport

Jean Delaunay

Nombre record de poursuites-bâillons abusives déposées en Europe en 2022 – rapport

Le nombre de poursuites abusives contre des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme a atteint un record de 161 en 2022, selon un nouveau rapport publié mercredi par la Coalition Against SLAPPs in Europe (CASE).

Les poursuites stratégiques contre la participation du public (SLAPP) sont des poursuites abusives contre des entreprises de médias, des journalistes, des ONG ou des défenseurs des droits de l’homme visant à les intimider et à les réduire au silence sur des questions d’intérêt public.

Leur utilisation n’a cessé d’augmenter au cours de la dernière décennie en Europe et dans le reste du monde, portant atteinte à la liberté d’expression et à la démocratie.

L’année dernière, environ 161 poursuites de ce type ont été déposées, selon le rapport, battant le précédent record annuel de 146 établi en 2020.

CASE, en partenariat avec des experts juridiques et la Fondation Daphne Caruana Galizia, a analysé un total de 820 litiges, mais a déclaré que le nombre réel de SLAPP est probablement beaucoup plus élevé.

Rien qu’en Croatie, par exemple, plus de 245 nouvelles poursuites contre des journalistes ont été lancées en 2022, mais CASE n’a pas été en mesure de vérifier de manière indépendante lesquelles étaient des SLAPP.

Les cibles les plus probables d’un SLAPP sont les journalistes, les médias, les rédacteurs en chef, les militants et les ONG, les actions en justice étant le plus souvent lancées contre des individus. Les journalistes individuels ont été la cible de 30 % des cas étudiés. Parmi les autres accusés probables figurent des avocats, des universitaires, des hommes politiques, des auteurs et des éditeurs.

Les SLAPP sont généralement lancées par des personnes en position de pouvoir, telles que des entreprises (39,9 %), des entités publiques (26,8 %) et des hommes politiques (25 %), et ciblent principalement des actions ou des publications sur la corruption, le gouvernement, les affaires et les questions environnementales.

La diffamation est la base juridique la plus courante, représentant 72 % des poursuites étudiées dans le rapport.

Les poursuites-bâillons analysées comprenaient également des demandes exorbitantes en termes de valeur des dommages, la plus élevée s’élevant à environ 17,6 millions d’euros. La valeur médiane des dommages réclamés était de 15 150 € et la moyenne de 360 ​​659 €. Dans 8,3 % des cas en 2022, les prévenus ont été confrontés à des répercussions pénales, telles que l’incarcération.

Selon CASE, l’année 2022 a vu un nombre important de poursuites-bâillons déposées à Malte, en France, en Croatie, en Grèce, au Royaume-Uni, en Turquie et en Géorgie.

Malte a enregistré le plus grand nombre de poursuites-bâillons par habitant, avec 19,93 cas pour 100 000 habitants, bien que les données aient été fortement influencées par les multiples poursuites engagées par le gouvernement maltais contre le portail d’enquête en ligne maltais The Shift News.

La question est d’une grande importance à Malte, où la journaliste Daphne Caruana Galizia a fait face à 43 poursuites civiles et cinq poursuites pénales au moment de son meurtre en 2017.

La loi de Daphné

La Commission européenne tente de restreindre le recours à ces poursuites et a présenté en avril des propositions de directive anti-SLAPP, connue sous le nom de loi Daphné, en l’honneur de Caruana Galizia.

Cela permettrait aux juges de rejeter rapidement les poursuites infondées contre des journalistes et des défenseurs des droits humains, et d’établir des garanties – telles que des indemnisations pour dommages et des sanctions dissuasives – en cas de lancement de poursuites abusives.

Cela garantirait également une protection juridique uniforme dans tous les États membres, où les lois actuelles sur les poursuites-bâillons varient considérablement.

La directive a reçu le soutien de la commission JURI du Parlement européen en juin et a été approuvée en plénière en juillet.

Mais on craint que les États membres européens, qui forment le Conseil de l’UE, tentent d’édulcorer les ambitions de la directive visant à protéger les journalistes et la liberté des médias lors des négociations en trilogue.

Lorsque les États membres se sont mis d’accord sur leurs positions de négociation en juin, le commissaire européen à la Justice Didier Reynders a exprimé ses regrets concernant « l’affaiblissement des recours contre les procédures judiciaires abusives, notamment la suppression de la disposition sur l’indemnisation des dommages et l’affaiblissement de la disposition sur l’indemnisation des dommages ». attribution des dépens. »

Dans un article publié le mois dernier sur L’Observatoire de l’Europe, Emma Bergmans de Free Press Unlimited et Corinne Vella de la Fondation Daphné Caruana Galizia ont déclaré que « ironiquement, la version du Conseil de la loi de Daphné n’aurait pas protégé Daphné elle-même des SLAPP auxquelles elle faisait face ».

L’un des points de friction probables dans les négociations à venir concerne la définition des poursuites-bâillons « transfrontalières », dans lesquelles le plaignant et le défendeur résident dans des États membres différents. Selon le rapport CASE, celles-ci représentent un peu moins d’une SLAPP sur dix.

Laisser un commentaire

dix-huit + 12 =