Nicola Procaccini: Reformist group seeking balance of power shift in EU parliament

Jean Delaunay

Nicola Procaccini : le groupe réformiste cherche à modifier l’équilibre des pouvoirs au Parlement européen

Le groupe de droite des Conservateurs et Réformistes européens pourrait changer le cap de l’UE au cours des cinq prochaines années s’il réalise de gros progrès lors des élections européennes de juin. Le coprésident Nicola Procaccini expose sa vision pour l’Europe dans The Global Conversation, avec Vincenzo Genovese.

Alors que les sondages prédisent depuis longtemps une augmentation du soutien aux partis de droite lors des élections européennes de juin, le groupe des Conservateurs et Réformistes européens semble prêt à acquérir un nouveau poids significatif au sein de l’Assemblée législative. Le bloc rassemble des partis de tendance nationaliste, dont les Frères d’Italie, le parti espagnol Vox et le parti Droit et Justice de Pologne. Ils adoptent une ligne dure sur des questions telles que l’immigration, les lois environnementales et les pouvoirs exécutifs de l’UE, plus généralement. Mais sont-ils eurosceptiques ? C’est la première question que The Global Conversation a posée au co-président d’ECR, Nicola Procaccini.

« Non, c’est très faux », insiste l’homme politique des Frères d’Italie. « Nous voulons revenir à l’idée originale de l’Union européenne, qui est une alliance de nations faisant un certain nombre de choses ensemble, mais des choses importantes, faisant des choses que les États-nations seuls ne seraient pas en mesure de faire de la meilleure façon possible. .

« Nous luttons contre ceux qui veulent plutôt changer l’Union européenne dans un sens fédéraliste, ce qui n’est pas le modèle original de l’Union européenne. Lorsqu’elle est née en 1957 avec le Traité de Rome, la Communauté européenne a été conçue de cette façon. a été conçue comme une communauté d’États qui ne devraient pas s’occuper de tout, mais de quelques choses. Malheureusement, au fil du temps, on a tenté de priver les nations de leurs compétences, en les plaçant sous l’égide de l’Union européenne. De cette manière, à notre avis, on a tenté d’homogénéiser des situations qui ne devraient pas l’être. »

Il est impensable que quiconque prétende que l’Union européenne est née à la fois en tant que CECA et en tant que Communauté européenne, en tant qu’État fédéraliste, en tant qu’États-Unis d’Europe.

Nicolas Procaccini

Co-président du Groupe des Conservateurs et Réformistes européens

Bataille de pouvoir de l’UE

Cette antipathie à l’égard de la notion de fédéralisme européen alimente la manière dont le REC participe aux élections. Le groupe n’a pas un seul candidat principal, un soi-disant Spitzenkandidat, estimant qu’un tel rôle sape la démocratie au niveau national :

« Il n’y a pas de Spitzenkandidat dans les traités européens établissant l’Union européenne, parce que le président de la Commission européenne est choisi par les gouvernements, pas par les partis, et nous insistons là-dessus », dit Procaccini. « Nous affirmons que ce sont les gouvernements qui sont les seuls légitimes à choisir le chef de la Commission européenne, et non les partis.

« C’est la raison principale. Donc, pour nous, tout autre candidat ne vaut rien, parce qu’il n’est pas le candidat de notre groupe parlementaire. Mais aussi parce que le concept est erroné. Nous continuons à vouloir dépouiller les nations et les gouvernements légitimement élus. par des gens des puissances qui figurent noir sur blanc dans les traités fondateurs de l’Union européenne », ajoute-t-il.

Le Pacte sur les migrations n’est qu’un début

L’une des questions les plus importantes sur lesquelles l’ECR estime que les gouvernements nationaux doivent avoir le dernier mot est la politique migratoire. Les réformes contenues dans le récent Pacte sur l’asile et la migration ont répondu dans une certaine mesure aux préoccupations de la droite, mais Procaccini souhaite renforcer davantage les mesures contre la migration irrégulière.

« Nous pensons que ce pacte n’est toujours pas la bonne manière de lutter contre l’immigration clandestine et l’immigration en général. Mais objectivement, c’est un premier pas dans la bonne direction », dit-il. C’est pourquoi nous l’avons voté et soutenu. Cela va enfin dans le sens que Giorgia Meloni prône depuis des années, pourtant considérée comme une dangereuse extrémiste et fasciste qui voulait noyer les gens.

« Quelle est la solution ? La solution est d’arrêter les départs, car lorsque les migrants arrivent sur le sol européen, il est déjà trop tard. Il ne faut même pas parler de placement et de répartition. Si nous y parvenons, déterminer en amont qui a droit et qui n’a pas droit à l’asile, nous ne pouvons laisser entrer que ceux qui y ont droit. Nous parlons alors de 15 pour cent du total de l’immigration clandestine.

« Nous pourrons alors démanteler le business le plus odieux qui soit, qui est celui des trafiquants. Et en même temps, nous pourrons gouverner un phénomène qui doit être gouverné, car l’immigration légale est une chose dont toutes les nations ont besoin. Mais cela doit être limité en quantité et, si possible, il faut aussi qu’il y ait un choix. Les migrants doivent également être formés d’un point de vue professionnel. Cela sert le pays d’accueil et cela sert aussi le migrant, qui n’est alors pas contraint. se mettre en marge de notre société ou devenir un ouvrier du crime organisé, mais il peut au contraire trouver une place décente pour lui aussi dans nos sociétés. »

Repenser le Green Deal

L’ECR cherche également à changer la direction de l’UE en matière de lutte contre le changement climatique. Il s’est opposé à presque toutes les mesures du Green Deal de l’UE, qui vise la neutralité carbone d’ici 2050. Le groupe ne partage-t-il donc pas cette ambition ?

« Nous partageons l’objectif d’avoir le moins d’impact possible sur l’environnement et la nature. » dit Procaccini. « Cela doit être fait avec bon sens, avec équilibre. Ce sont deux concepts, le bon sens et l’équilibre, qui ont été totalement bannis par la politique européenne ces dernières années, sacrifiés sur l’autel d’une fureur idéologique perverse qui a provoqué une hausse des émissions de CO2. augmenter – parce qu’ils ont augmenté en 2023 malgré leur chute dans l’Union européenne.

« Cela a provoqué une dévastation de notre compétitivité ainsi qu’une dévastation de l’environnement et de la nature. À l’heure actuelle, les propriétaires de la transition verte – ceux qui la réalisent – sont les Chinois, qui bénéficient de manière compétitive des choix européens. en même temps, ils ne se soucient pas du tout des normes environnementales qui nous préoccupent, car alors les batteries, les panneaux photovoltaïques sont fabriqués à partir de centrales électriques au charbon, sans se soucier du reste », déclare-t-il.

Laisser un commentaire

quatorze − 6 =