Nickel, armes et puissances étrangères : comment la Nouvelle-Calédonie française est au bord de la « guerre civile »

Martin Goujon

Nickel, armes et puissances étrangères : comment la Nouvelle-Calédonie française est au bord de la « guerre civile »

PARIS — La Nouvelle-Calédonie, riche en nickel, aurait pu être l’Eldorado de la France. Au lieu de cela, il s’est une fois de plus transformé en une bombe à retardement en matière de sécurité.

Les violentes manifestations en cours dans les territoires français d’outre-mer du Pacifique Sud, qui ont déjà entraîné la mort de cinq personnes autour de la capitale calédonienne de Nouméa, ont mis le gouvernement français en état d’alerte élevé.

Le président Emmanuel Macron a annulé plusieurs événements officiels visant à tenir des réunions d’urgence et a déclaré l’état d’urgence, donnant au pouvoir exécutif davantage de pouvoirs pour garder la situation sous contrôle.

« La situation reste très tendue », a prévenu jeudi le Premier ministre français Gabriel Attal à l’issue d’une nouvelle réunion d’urgence, après que le représentant local de l’Etat français a déclaré qu’une « guerre civile » était imminente.

Les protestations contre un projet de réforme du corps électoral du territoire – qui, selon les séparatistes, affaiblirait la représentation de la population autochtone kanak – ont été alimentées par de profondes perturbations économiques dans cet archipel tropical isolé. Le gouvernement français a imputé une partie de la responsabilité aux puissances étrangères, principalement à l’Azerbaïdjan, qui ont noué des liens avec les séparatistes. Mais les tensions politiques combinées à la misère économique constituent une explication plus probable.

La prévalence des armes à feu en Nouvelle-Calédonie a rendu la situation encore plus critique : selon les médias locaux, le territoire compte près de 64 000 armes, soit une pour quatre habitants.

La richesse de la Nouvelle-Calédonie provient en grande partie de son industrie minière en difficulté. Avec près de 30 % des réserves mondiales de nickel – un matériau essentiel à la fabrication de l’acier inoxydable ainsi que des batteries destinées aux véhicules électriques – la Nouvelle-Calédonie devrait participer à la course, tandis que l’Europe se démène pour rattraper la Chine, pressée d’obtenir des matières premières critiques. matériaux.

Mais les choses ne se sont pas déroulées ainsi : la production de nickel s’est effondrée et les investisseurs étrangers ont quitté l’archipel. Le secteur souffre des restrictions à l’exportation imposées par les autorités néo-calédoniennes ainsi que des coûts élevés de l’énergie, ce qui rend la production du nickel nettement plus chère et moins rentable par rapport à l’Indonésie et à d’autres concurrents asiatiques.

« Nous sommes dans une situation cataclysmique », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Philippe Gomes, l’ancien président anti-indépendantiste du gouvernement de Nouvelle-Calédonie.

Gomes a souligné que le « désastre » économique dont souffre l’archipel est l’une des principales causes de la crise actuelle. « L’industrie du nickel est dans un état d’épuisement total », a-t-il déclaré.

De violentes manifestations ont éclaté après que les législateurs français ont soutenu mardi un projet de réforme constitutionnelle qui augmenterait le nombre de citoyens non autochtones autorisés à voter aux élections au congrès de Nouvelle-Calédonie, l’assemblée législative locale.

De violentes manifestations ont éclaté après que les législateurs français ont soutenu un projet de réforme constitutionnelle augmentant le nombre de citoyens non autochtones autorisés à voter. | Delphine Mayeur/AFP via Getty Images

Ce vote est réservé aux citoyens installés dans l’archipel avant 1998 – lorsque le gouvernement français a lancé un processus d’autodétermination en Nouvelle-Calédonie – ou à leurs descendants.

La réforme constitutionnelle permettrait de voter à tout citoyen français résidant en Nouvelle-Calédonie depuis plus de 10 ans.

Les forces indépendantistes ont accusé le gouvernement français de chercher à affaiblir l’influence de la population indigène de Nouvelle-Calédonie, les Kanaks, tandis que les partisans de ce changement l’ont qualifié de nécessité démocratique.

« La proposition de réouverture du corps électoral n’est rien d’autre qu’un retour à la stratégie du colonialisme de peuplement », a déclaré Robert Xowie, sénateur kanak indépendantiste, au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin lors d’une période de questions au Sénat en mars. rôles consultatifs et délibératifs.

Dans les années 1980, la Nouvelle-Calédonie a été secouée par des violences, notamment des assassinats et des enlèvements, qui ont fait des dizaines de morts.

Des accords tripartites conclus entre séparatistes, loyalistes et le gouvernement français ont finalement reconnu les Kanaks comme population autochtone de Nouvelle-Calédonie et ont lancé un processus d’autodétermination.

Les protestations contre un projet de réforme du corps électoral du territoire – qui, selon les séparatistes, affaiblirait la représentation de la population autochtone kanak – ont été alimentées par de profondes perturbations économiques. | Delphine Mayeur/AFP via Getty Images

Macron a demandé aux représentants indépendantistes et anti-indépendantistes de le rejoindre lors d’un appel vidéo jeudi, mais la réunion a été annulée, la présidence française ayant admis que les deux parties « ne veulent pas se parler ». L’AFP a rapporté.

Pour Gomes, l’État doit adopter une approche centrée sur « le dialogue, le consensus et la paix » pour éviter qu’« une guerre civile latente » ne se transforme « en une véritable guerre civile ».

Selon le recensement de 2019, 41,2 % de la population de Nouvelle-Calédonie s’identifie comme Kanak et 24,1 % comme Européenne, les premiers étant confrontés à d’importantes difficultés socio-économiques, notamment des salaires plus bas et des taux de pauvreté plus élevés.

Malgré des subventions françaises au secteur d’une valeur de plusieurs centaines de millions d’euros, l’industrie du nickel continue de s’effondrer, avec une production en baisse de 32 pour cent au premier trimestre par rapport à la même période de l’année dernière. Les autorités françaises ont averti en 2023 que les trois principales usines de transformation du nickel de Nouvelle-Calédonie pourraient bientôt fermer leurs portes, augmentant de 50 % le nombre de chômeurs sur l’île.

Alors que les protestations s’intensifient, cet avertissement se confirme puisque de grands investisseurs, tels que Glencore en Suisse et Euramet en France, se retirent ou refusent d’investir davantage.

Le gouvernement a présenté l’année dernière un nouveau plan pour sauver le secteur via des subventions pouvant atteindre 200 millions d’euros pour réduire les prix de l’énergie.

Le président Emmanuel Macron a annulé plusieurs événements officiels visant à tenir des réunions d’urgence et a déclaré l’état d’urgence. | Ludovic Marin/AFP via Getty Images

Mais au lieu d’apaiser les tensions, le « pacte du nickel » a suscité les critiques du mouvement indépendantiste calédonien, qui l’a déploré comme un « pacte colonial » qui donnerait trop de pouvoir à Paris au détriment des autorités locales. Après des mois de négociations, l’accord est toujours gelé car les représentants calédoniens bloquent sa ratification.

Tandis que Paris tente de sauver l’un de ses avant-postes les plus reculés, certains élus locaux continuent de flirter avec les puissances étrangères. Depuis des années, la Chine tente d’accroître son empreinte dans l’archipel en investissant dans l’industrie du nickel. L’Azerbaïdjan, quant à lui, a accusé à plusieurs reprises la France de néocolonialisme et a même fondé une alliance réunissant 14 mouvements politiques de l’ancien empire français au nom de la décolonisation.

Jeudi, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a dénoncé ce qu’il a qualifié d’ingérence étrangère, accusant l’Azerbaïdjan de fomenter les émeutes en cours ; Attal a annoncé que 1 000 autres forces de sécurité seraient envoyées dans l’archipel.

Laisser un commentaire

13 + un =