A Palestinian sits among destruction from the Israeli bombardment in the Nusseirat refugee camp in Gaza

Jean Delaunay

Netanyahu « ne fera aucun compromis sur le contrôle total israélien » sur Gaza d’après-guerre

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté sur les réseaux sociaux les affirmations du président américain Joe Biden selon lesquelles une solution à deux États était encore possible.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé samedi qu’il « ne fera aucun compromis sur le contrôle total israélien » sur Gaza et que « cela est contraire à un État palestinien ». Cette déclaration intervient après que le président Joe Biden a suggéré un jour plus tôt que des solutions créatives pourraient combler de larges écarts entre les points de vue des dirigeants sur la création d’un État palestinien.

Discutant de la position de son administration vendredi, Biden a déclaré : « Il existe un certain nombre de types de solutions à deux États » et, à la question de savoir si une solution à deux États était impossible avec Netanyahu au pouvoir, Biden a répondu : « Non, ce n’est pas le cas ».

Solution à deux États : encore possible ?

Après la déclaration de Netanyahu, un porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas a appelé les États-Unis à aller plus loin. « Il est temps que les États-Unis reconnaissent l’État de Palestine, et ne se contentent pas de parler d’une solution à deux États », a déclaré Nabil Abou Rudeineh dans un communiqué.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré : « Le refus d’accepter la solution à deux États pour les Israéliens et les Palestiniens, ainsi que le déni du droit à un État pour le peuple palestinien, sont inacceptables. »

Netanyahu a déclaré qu’Israël devait se battre jusqu’à ce qu’il obtienne une « victoire complète » et que le Hamas ne constitue plus une menace, mais n’a pas précisé comment cela sera accompli.

Israël a lancé sa guerre contre le Hamas après l’attaque sans précédent du groupe militant le 7 octobre, qui a entraîné la mort d’environ 1 200 personnes, pour la plupart des civils, en Israël. Environ 250 autres personnes ont également été prises en otage.

Les autorités sanitaires de Gaza, dirigée par le Hamas, affirment que l’offensive israélienne a tué près de 25 000 Palestiniens, pour la plupart des femmes et des enfants.

L’offensive, l’une des campagnes militaires les plus destructrices de l’histoire récente, a pulvérisé une grande partie du territoire et déplacé plus de 80 % de sa population de 2,3 millions d’habitants. Le blocus israélien qui ne permet qu’une aide au compte-goutte vers Gaza a conduit à une famine généralisée et à des épidémies, ont déclaré des responsables des Nations Unies.

Netanyahu a insisté sur le fait que la seule façon d’assurer le retour des otages était d’écraser le Hamas par des moyens militaires. Plus de 100 otages, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été libérés lors d’un bref cessez-le-feu de novembre en échange de la libération de femmes et de mineurs palestiniens emprisonnés par Israël. Israël a déclaré qu’il restait plus de 130 otages à Gaza, mais qu’une centaine seulement seraient en vie.

Pression intérieure croissante pour obtenir la libération des otages restants

Signe des pressions auxquelles le gouvernement de Netanyahu est confronté dans son pays, des milliers d’Israéliens ont manifesté à Tel Aviv pour réclamer de nouvelles élections, et d’autres ont manifesté devant le domicile du Premier ministre, rejoignant les familles des plus de 100 otages restants détenus par le Hamas et d’autres militants. Ils craignent que l’activité militaire israélienne ne mette davantage en danger la vie des otages.

La manifestation devant le domicile de Netanyahu, dans la ville côtière de Césarée, s’est intensifiée, la police repoussant quelques participants, déclenchant des disputes.

La manifestation a débuté vendredi lorsque le père d’un homme de 28 ans détenu par le Hamas a entamé ce qu’il a appelé une grève de la faim. Eli Shtivi s’est engagé à ne manger qu’un quart de pita par jour – la quantité que certains otages recevraient certains jours – jusqu’à ce que le Premier ministre accepte de le rencontrer.

Des dizaines de manifestants anti-guerre se sont rassemblés dans la ville israélienne de Haïfa pour protester contre l’offensive israélienne, brandissant des pancartes indiquant « Stop au génocide » et se bagarrant avec la police qui tentait de confisquer les pancartes. La police a procédé à une arrestation.

Bombardements intenses dans le sud de Gaza

Dans le cadre de sa recherche des otages, l’armée israélienne a largué des tracts sur la ville de Rafah, la plus au sud de Gaza. Les tracts, avec des photos de dizaines d’otages, contenaient un message suggérant des avantages pour quiconque s’exprimait.

« Tu veux rentrer chez toi ? Veuillez signaler si vous avez identifié l’un d’entre eux », peut-on lire dans le message.

Quelques heures plus tard, Al-Majd al-Amni, un média lié aux forces de sécurité intérieure du Hamas, a mis en garde les Palestiniens contre toute fourniture d’informations sur les soldats israéliens retenus en otages à Gaza.

Pendant ce temps, les habitants de l’enclave joints par téléphone, après sept jours de coupure de communication, ont signalé d’intenses bombardements et des combats entre militants et troupes israéliennes dans et autour de la ville de Khan Younis, dans le sud, et dans le camp de réfugiés urbains de Jabaliya, au nord.

Halima Abdel-Rahman, une femme déplacée du nord de Gaza qui s’est réfugiée à Bani Suheila, dans la banlieue de Khan Younis depuis novembre, a déclaré que les bombardements ont été intenses pendant la nuit. Les combats ont contraint de nombreuses familles à quitter leurs maisons, dont beaucoup ont été réduites en ruines, a-t-elle expliqué.

Laisser un commentaire

16 − sept =