Israeli security forces examine the scene of a Palestinian shooting attack, near Wadi al-Haramiya, West Bank, Sunday, Jan. 7, 2024.

Jean Delaunay

Netanyahu menace le Hezbollah, une base de contrôle israélienne frappée et une jeune Palestinienne tuée par la police israélienne

Les derniers développements de la guerre Israël-Hamas

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis que la guerre à Gaza se poursuivrait jusqu’à ce qu’Israël atteigne « tous ses objectifs », y compris l’élimination du Hamas et le retour de tous les otages israéliens.

« La victoire ne sera obtenue que si nous atteignons notre objectif et lorsque nous ramènerons la sécurité entre les peuples du nord et du sud », a-t-il déclaré lors d’une réunion du cabinet de guerre israélien.

Il a également menacé le groupe Hezbollah basé au Liban, affirmant qu’il devrait « apprendre ce que le Hamas a déjà appris au cours des mois précédents ».

« Aucun terroriste n’est à l’abri et nous sommes déterminés à défendre nos citoyens et à ramener les habitants du nord chez eux en toute sécurité », a-t-il déclaré.

Une frappe du Hezbollah frappe une base de contrôle israélienne

L’armée israélienne a reconnu qu’une base de contrôle du trafic aérien sensible dans le nord d’Israël avait été touchée par le groupe militant libanais Hezbollah un jour plus tôt.

La base est située sur le mont Méron, près de la frontière avec le Liban.

L’armée n’a donné aucun détail sur l’étendue des dégâts causés par le barrage de samedi et a déclaré que les défenses aériennes israéliennes n’étaient pas affectées car des systèmes de secours étaient en place.

Le porte-parole en chef, Daniel Hagari, a déclaré que l’incident faisait l’objet d’une enquête afin de prévenir des attaques similaires.

Hagari a également ajouté qu’Israël avait attaqué samedi des cibles militaires du Hezbollah, tuant sept militants.

Il s’agit de l’une des attaques les plus graves perpétrées par le Hezbollah au cours des mois de combats, qui en sont maintenant à leur quatrième mois.

Le Hezbollah a décrit son tir de roquettes comme une « réponse initiale » à l’assassinat ciblé d’un haut dirigeant du Hamas dans un bastion du Hezbollah à Beyrouth la semaine dernière, qui est présumé avoir été perpétré par Israël.

Un enfant tué lors d’une attaque contre un checkpoint israélien

Un enfant palestinien a été tué par erreur après que la police israélienne a ouvert le feu sur deux assaillants présumés à un point de contrôle en Cisjordanie occupée.

La jeune fille, qui aurait 3 ou 4 ans, voyageait dans le véhicule adjacent à la camionnette blanche de l’agresseur présumé, selon la police et les responsables médicaux.

Les deux suspects ont également été abattus, tandis qu’un jeune policier a été légèrement blessé.

L’état des agresseurs présumés n’était pas immédiatement connu.

La police a indiqué que l’attaque avait eu lieu près du village palestinien de Biddu, juste au nord-ouest de Jérusalem.

L’incident de dimanche soir est survenu quelques heures après que neuf personnes ont été tuées lors d’autres troubles dans le territoire occupé.

Soldats israéliens dans le nord de la bande de Gaza

L’armée israélienne a indiqué qu’elle avait mis fin à des combats majeurs dans le nord de Gaza, affirmant qu’elle y avait complètement démantelé l’infrastructure militaire du Hamas.

L’armée n’a pas abordé la question du déploiement de troupes dans le nord de Gaza.

Son porte-parole, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré samedi soir que les forces « continueraient à approfondir leurs réalisations », à renforcer les défenses le long de la barrière frontalière entre Israël et Gaza et à se concentrer sur les parties centrale et méridionale du territoire.

L’armée a publié dimanche une vidéo de ce qu’elle dit être des soldats opérant dans la région de Daraj Tuffah, au nord de la bande de Gaza.

Ils ont déclaré que « les troupes ont localisé un puits de tunnel stratégique du Hamas, menant à un tunnel de 100 mètres de long, dans lequel se trouvait un site de production d’armes ».

Laisser un commentaire

3 × deux =