Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu speaks during a news conference at the Sheba Tel HaShomer Hospital in Ramat Gan, June 8, 2024

Jean Delaunay

Netanyahu dénonce les projets militaires de « pauses tactiques » quotidiennes pour permettre l’aide à Gaza

L’ONU a signalé à plusieurs reprises que Gaza connaissait une crise humanitaire, avec une famine généralisée et des centaines de milliers de personnes au bord de la famine. Israël subit des pressions croissantes pour alléger le fardeau humanitaire qui pèse sur Gaza.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a critiqué les projets annoncés par l’armée visant à suspendre les hostilités le long de l’une des principales routes menant à Gaza afin de faciliter l’acheminement de l’aide.

L’armée a déclaré que ce qu’elle appelle une « pause tactique » commencerait dans la région de Rafah à 8 heures du matin et resterait en vigueur jusqu’à 19 heures, heure locale. Il a précisé que les pauses auraient lieu tous les jours jusqu’à nouvel ordre.

Cette pause est destinée à permettre aux camions d’aide d’atteindre le point de passage voisin de Kerem Shalom, contrôlé par Israël, principal point d’entrée de l’aide entrante, et de se rendre en toute sécurité à l’autoroute Salah a-Din, une route principale nord-sud, pour livrer des fournitures à d’autres pays. certaines parties de Gaza, a indiqué l’armée. Il a indiqué que la pause était coordonnée avec l’ONU et les agences d’aide internationales.

Le passage souffre d’un goulot d’étranglement depuis que les troupes terrestres israéliennes sont entrées à Rafah début mai.

Des médecins palestiniens soignent un enfant blessé lors d'un bombardement israélien sur un appartement résidentiel dans le centre de Gaza, le 14 juin 2024.
Des médecins palestiniens soignent un enfant blessé lors d’un bombardement israélien sur un appartement résidentiel dans le centre de Gaza, le 14 juin 2024.

Mais un responsable israélien a déclaré que Netanyahu avait clairement fait savoir à son secrétaire militaire que les pauses étaient « inacceptables pour lui ».

L’annonce militaire a également été critiquée par le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, qui a déclaré que celui qui avait pris la décision était un « imbécile » et devrait perdre son emploi.

Ce conflit est le dernier d’une série d’affrontements entre les membres de la coalition de Netanyahu et l’armée sur la manière dont la guerre, qui en est à son neuvième mois, est menée.

Cela survient une semaine après que l’ancien général centriste Benny Gantz a quitté le gouvernement, affirmant que Netanyahu n’avait pas de stratégie efficace à Gaza.

Crise humanitaire

L’ONU a signalé à plusieurs reprises que Gaza connaissait une crise humanitaire, avec une famine généralisée et des centaines de milliers de personnes au bord de la famine.

Israël subit des pressions croissantes pour alléger le fardeau humanitaire qui pèse sur Gaza.

L’assaut des forces israéliennes contre Gaza a provoqué des destructions massives et des massacres de civils à un rythme sans précédent au cours de mes années en tant que Secrétaire général.

Antonio Guterres

Secrétaire général de l’ONU

Du 6 mai au 6 juin, l’ONU a reçu en moyenne 68 camions d’aide par jour, selon les chiffres du bureau humanitaire de l’ONU, connu sous le nom d’OCHA. C’est une baisse par rapport aux 168 camions par jour d’avril et bien en dessous des 500 camions par jour nécessaires, selon les groupes humanitaires.

Les besoins humanitaires n’ont fait que croître à mesure que plus d’un million de Palestiniens se sont rassemblés dans le sud et le centre de Gaza.

Le COGAT, l’organisme militaire israélien qui supervise la distribution de l’aide à Gaza, affirme qu’il n’y a aucune restriction à l’entrée des camions. Il indique que plus de 8 600 camions de toutes sortes, tant humanitaires que commerciaux, sont entrés à Gaza depuis tous les points de passage entre le 2 mai et le 13 juin, soit une moyenne de 201 par jour. Mais une grande partie de cette aide s’est accumulée aux points de passage et n’a pas atteint sa destination finale.

L’UNRWA a indiqué que moins d’un tiers des centres de santé de Gaza sont opérationnels et que plus de 50 000 enfants ont besoin d’un traitement contre la malnutrition aiguë. C’est l’agence des Nations Unies chargée d’aider les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie.

Mais Israël a reproché à l’ONU de ne pas autoriser l’aide à arriver à Gaza.

L’ONU nie cette allégation. Il affirme que les combats entre Israël et le Hamas rendent souvent trop dangereux pour les camions de l’ONU à l’intérieur de Gaza de se rendre à Kerem Shalom, qui se trouve juste à côté de la frontière israélienne.

Il indique également que le rythme des livraisons a été ralenti parce que l’armée israélienne doit autoriser les chauffeurs à se rendre sur le site, un système qui, selon Israël, a été conçu pour la sécurité des chauffeurs. En raison du manque de sécurité, des camions d’aide ont également, dans certains cas, été pillés par la foule alors qu’ils se déplaçaient sur les routes de Gaza.

Le nouvel arrangement vise à réduire le besoin de coordination des livraisons en offrant une fenêtre ininterrompue de 11 heures chaque jour pour que les camions entrent et sortent du passage.

Il n’était pas clair dans l’immédiat si l’armée assurerait la sécurité pour protéger les camions humanitaires alors qu’ils se déplacent le long de l’autoroute.

Laisser un commentaire

deux × 5 =