What is the new French movement #MeTooGarçons?

Jean Delaunay

#MeTooGarçons : Comment un acteur a déclenché une nouvelle vague #MeToo en France

La France est-elle confrontée à un moment charnière pour tous ceux qui ont été réduits au silence dans l’industrie du divertissement ? La campagne #MeTooGarçons constitue peut-être un petit pas dans cette direction, mais elle a certainement donné une voix aux hommes victimes d’abus.

Lancé par la militante américaine Tarana Burke en 2006, le hashtag #MeToo a été popularisé par l’actrice américaine Alyssa Milano sur les réseaux sociaux, et a contribué à la chute du producteur hollywoodien Harvey Weinstein. Cela a profondément ébranlé Hollywood et déclenché des conversations mondiales sur le sexisme, le harcèlement sexuel et les abus dont sont victimes les femmes à travers la planète, quel que soit leur secteur d’activité.

Si le mouvement s’est accéléré dans des pays comme le Royaume-Uni et la Suède, d’autres comme l’Italie et la France sont restés à la traîne – même si certaines affaires ont commencé à faire bouger les choses, comme les accusations de Til Schweiger en Allemagne ou la condamnation de Carlos Vermut en Espagne.

La vague d’accusations et de plaintes contre Gérard Depardieu en France a divisé l’industrie insulaire du divertissement du pays – mais il semble y avoir des progrès, comme en témoigne l’action de l’actrice française Judith Godrèche, qui a récemment exhorté les politiciens à créer une commission chargée d’enquêter sur les relations sexuelles. crimes et sexisme dans le cinéma français.

Et maintenant, depuis que l’acteur français Aurélien Wiik a lancé le mois dernier le hashtag #MeTooGarçons (#MeTooBoys), la France a vu décoller une nouvelle vague du mouvement #MeToo.

« Les garçons du cinéma se réveillent. »

Aurélien Wiik
Aurélien Wiik

Wiik, 43 ans, surtout connu pour son rôle dans la série Netflix Jusqu’ici tout va bien, a révélé avoir été victime de violences sexuelles de la part de son agent et des membres de son entourage entre l’âge de 11 et 15 ans.

L’acteur a expliqué que « jusqu’à mes 25 ans, on me proposait des rôles en échange de faveurs. Ils essayaient souvent de me droguer ». Il a poursuivi en affirmant qu’être maltraité « ne fait pas de vous moins un homme », avant de conclure par un message à ses agresseurs : « N’ayez pas peur, votre tour viendra. Vous savez qui vous êtes. Les garçons du cinéma se réveillent.

L’acteur a déclaré s’être inspiré du travail de l’actrice Judith Godrèche, qui a écrit dans Le Monde sur sa relation abusive avec le réalisateur Benoît Jacquot et sur les abus qu’elle a subis de la part du cinéaste Jacques Doillon.

Il semble que le discours de Godrèche lors de la 49ème cérémonie des César, il y a une semaine, ait aussi été un moment marquant. Fer de lance du mouvement français #MeToo, l’actrice a livré un plaidoyer contre les violences sexuelles faites aux femmes dans l’industrie cinématographique.

Judith Godrèche intervient lors de la 49ème cérémonie des César à Paris - 23 février 2024
Judith Godrèche intervient lors de la 49ème cérémonie des César à Paris – 23 février 2024

Pour sa part, Wiik a encouragé les hommes, acteurs et non-acteurs, à s’exprimer. En quelques jours, un nouveau mouvement libérant la voix masculine est né, avec des centaines de récits d’agressions sexuelles et de viols publiés en ligne.

« J’ai été agressée sexuellement par un cousin que je voyais chaque été. »

« Depuis l’âge de 9 ans jusqu’à l’âge de 15 ans, j’ai été maltraitée par mon beau-père. »

« Le médecin de famille m’a agressé quand j’avais 16 ans. »

« La première fois, j’étais trop jeune pour comprendre que ce que faisait ma nounou n’était pas normal. La première fois, j’avais sept ans. Cela a duré un an. Il était protégé et tout le monde a menti pour lui. »

On trouve du courage lorsque des personnalités sous les projecteurs s’expriment.

Des personnalités comme le chorégraphe et danseur français Yanis Marshall, qui a récemment dénoncé les agissements du chorégraphe de l’émission PopStar Bruno Vandelli. Il a partagé dans le journal français Le Parisien que Vandelli avait « pressé sa bite dure derrière moi pendant les cours qu’il me donnait et m’avait demandé d’embrasser sa bite avant de lui dire bonjour ».

La campagne #MeTooGarçons a également inspiré des personnalités publiques, comme Andy Kerbrat, député LFI (La France Insoumise), qui s’est également exprimé.

« J’ai été maltraité dès l’âge de trois ou quatre ans par un prédateur, décédé depuis donc il n’y a aucune possibilité de justice », a-t-il écrit sur X, suivi du hashtag #Metoogarçons. « On ne guérit pas, mais on se répare. Ensemble. »

Dans une interview accordée à BFMTV, Kerbrat a déclaré : « Sans le premier témoignage d’Aurélien Wiik, je ne sais pas si j’aurais pu m’exprimer. »

Un bilan masculin pour le cinéma français ?

S’adressant au Parisien, Wiik a déclaré qu’il attendait davantage de témoignages avant de le rendre public à nouveau. Alors que des centaines d’hommes s’expriment sur les réseaux sociaux, brisant les tabous, l’opportunité est désormais à portée de main et l’industrie française du divertissement est une fois de plus dans la ligne de mire. Plus précisément, le monde du cinéma.

Il y a eu récemment des plaintes pour harcèlement et agression sexuels de la part de l’acteur Francis Renaud contre le célèbre scénariste et réalisateur André Téchiné (Ma saison préférée, Roseaux sauvages).

« Ne souffrez jamais. N’oubliez jamais. Ne vous taisez jamais », a écrit Renaud dans un post sur X.

L’acteur de 56 ans, qui a joué dans plusieurs films d’Olivier Marchal, a posté une photo d’une plainte déposée contre Téchiné et le directeur de casting Gérard Moulévrier.

Trois délits sont évoqués contre les cinéastes : « harcèlement sexuel », « menaces de mort » et « agression sexuelle ».

En réponse aux accusations, André Téchiné a évoqué une approche « maladroite » lors d’un déjeuner avec l’acteur en 1990. « Je suis évidemment désolé que (Francis Renaud) ait été gêné par mon approche verbale sentimentale et maladroite lors de ce déjeuner », a déclaré le Réalisateur de 80 ans par l’intermédiaire de son avocat.  » J’avais bien sûr eu tort, à l’époque, de ne pas avoir pu percevoir que notre relation n’était pas sur un pied d’égalité à ses yeux en raison de mon statut de réalisateur. En revanche, je ne peux qu’exprimer mon incompréhension. aujourd’hui lors du dépôt de cette plainte pénale », a poursuivi le cinéaste.

De son côté, Casting Moulévrier a démenti les accusations portées contre lui.

Cela n’a pas empêché Renaud de publier activement sur ses comptes de réseaux sociaux et de continuer à dénoncer les violences sexuelles dans l’industrie cinématographique.

« Il est temps de briser l’omerta qui déshonore le cinéma depuis des années. »

#MeTooGarçons a également inspiré le directeur de casting Stéphane Gaillard, qui a lancé une messagerie – [email protected] – à destination des hommes victimes d’abus sexuels.

« Les garçons de l’industrie cinématographique s’expriment. Si vous avez été victime, vous pouvez raconter votre histoire dans l’anonymat le plus total », a-t-il écrit sur Instagram.

Un moment décisif à l’horizon ?

Des hommes s’étaient déjà manifestés dans le cadre de la campagne #MeToo pour témoigner d’agressions sexuelles, comme Anthony Rapp et Brendan Fraser. Ces témoignages restent moins fréquents que ceux des femmes, en partie à cause des tabous toujours présents autour de la virilité et de la honte liée aux stéréotypes sociétaux. Pourtant, des progrès sont réalisés – tant dans l’industrie cinématographique qu’en dehors de cette bulle dysfonctionnelle.

Il y a aussi le fait que les femmes sont encore plus susceptibles d’être exposées à une telle violence. Selon une étude de 2021, 17 % des femmes ont été agressées sexuellement par un « non-partenaire », contre 3 % des hommes.

La campagne #MeTooGarçons révèle que les hommes – dans tous les secteurs – ont également besoin de s’exprimer et, ce faisant, peuvent aider le mouvement #MeToo en général à prendre un nouvel élan en France. Leurs voix peuvent inciter tous les genres à partager leurs propres expériences de harcèlement, d’agression sexuelle et de discrimination sexuelle, dans l’espoir de conduire au même bouleversement qu’aux États-Unis.

Et si les violences sexuelles n’ont pas diminué malgré les prises de parole, #MeTooGarçons est une étape supplémentaire pour briser le silence autour des violences sexuelles, des tabous sexistes et dénoncer les agresseurs.

Les célébrités ont leur rôle à jouer pour montrer qu’aucun sexe n’est à l’abri des abus.

« Je ne lâcherai pas… J’attends de voir du changement », a déclaré Judith Godrèche dans une interview post-Césars accordée à Deadline.

Des changements sont en train de se produire, et le moment décisif pour tous ceux qui ont été réduits au silence en France semble se rapprocher un peu plus.

Laisser un commentaire

dix-huit − quatre =