People around a bonfire

Milos Schmidt

Maurice, au carrefour des cultures

Des siècles de migration et d’influences coloniales ont façonné l’île Maurice pour en faire l’un des pays les plus fascinants de la planète.

Dirigée à différents moments de son histoire par les Portugais, les Néerlandais, les Français et les Britanniques, elle abrite aujourd’hui une variété de groupes ethniques, chacun contribuant au tissu social et culturel de l’île.

Ses festivals, ses langues, ses religions et sa cuisine reflètent ce mélange éclectique d’influences, tandis que ses musées et son architecture offrent un aperçu fascinant d’une histoire complexe de colonialisme, de plantations de canne à sucre, d’esclavage et, finalement, d’indépendance.

Célèbre dans le monde entier pour ses plages vierges et son extraordinaire biodiversité, Maurice a bien plus à offrir au visiteur que ses atouts naturels.

Attractions de l’île

La capitale de l’île, Port Louis, est un patchwork vivant de cultures, qui n’est nulle part plus évident que dans son quartier chinois, situé à côté de la mosquée Jummah blanche et ornée. Les portes de l’amitié et les rues des épiceries chinoises s’animent pendant le Nouvel An chinois, avec des défilés et des danses du dragon sous des guirlandes de lanternes.

A proximité se trouve le marché central couvert, où vous trouverez de tout, des tomates aux t-shirts. Procurez-vous les ingrédients d’un pique-nique, dégustez la cuisine de rue dans sa halle alimentaire ou admirez simplement les images et les odeurs.

Également à Port Louis se trouve le Blue Penny Museum (bluepennymuseum.com), qui abrite deux des timbres les plus rares au monde, les timbres mauriciens de la « Poste » – émis en 1847 et valant des millions de dollars. Paradis des philatélistes, il fait également office de musée d’histoire, avec une collection de cartes anciennes, de peintures, de sculptures et de photos qui racontent l’histoire du passé colonial de Maurice.

L’un des souvenirs les plus poignants de l’histoire de l’île est l’Aapravasi Ghat, protégé par l’UNESCO, également à Port Louis, qui servait autrefois de dépôt d’immigration pour les travailleurs indiens expédiés dans le cadre du programme britannique de serviteurs sous contrat et envoyés dans les plantations de canne à sucre de tout l’Empire. .

La majorité des Mauriciens sont des descendants de ces Indiens, le site revêt donc une profonde signification pour la population locale.

Un autre rappel émouvant du passé est Le Morne Brabant, un autre site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Montagne petite mais difficile d’accès, elle était autrefois un refuge pour les esclaves en fuite, appelés « marrons ».

Le Morne Brabant
Le Morne Brabant

De nos jours, les visiteurs peuvent faire une randonnée jusqu’au sommet avec des guides qui racontent l’histoire de la journée tragique de 1835 où les soldats ont gravi la colline pour dire aux marrons que l’esclavage avait été aboli, mais les esclaves les ont vu arriver et se sont jetés du sommet avec peur.

Des exemples d’architecture coloniale sont disséminés à travers l’île, mais quelques-uns des meilleurs sont la maison-musée créole Eureka (qui abrite désormais également un restaurant – maison-eureka.restaurant.mu/en) à Moka, et le magnifique Château de Labourdonnais. (domainedelabourdonnais.com). Ce manoir à colonnades du XIXe siècle peut être visité avec une visite guidée, après quoi vous pourrez prendre un mini-train pour parcourir le parc.

Beaucoup de ces maisons ont été construites grâce aux revenus des plantations de canne à sucre, qui subsistent encore aujourd’hui. L’Aventure du Sucre (aventuredusucre.com) est un musée installé dans une ancienne sucrerie. Il raconte l’histoire de l’industrie sucrière mauricienne et son importance pour l’île au cours des 250 dernières années. Cependant, il ne s’agit pas seulement d’histoire, et les enfants adorent le sentier d’activités.

Où tradition et diversité se rencontrent

Le passé fascinant de l’île Maurice ne se limite pas à ses bâtiments. Geet-Gawai est une cérémonie mêlant chants folkloriques Bhojpuri, musique, danse et rituels qui remonte à l’époque des travailleurs sous contrat indiens arrivés au 19e siècle.

Femmes exécutant une danse traditionnelle
Femmes exécutant une danse traditionnelle

Les artistes jouent du dholak (un tambour à deux têtes), de l’harmonium et du manjira (petites cymbales), et les paroles décrivent des thèmes d’amour et de valeurs sociales. Traditionnellement joué lors des mariages au sein de la communauté de langue bhojpuri, le Geet-Gawai est de plus en plus joué devant le public.

Le séga est un autre art du spectacle dynamique, représentant encore davantage le multiculturalisme mauricien. Comme Geet-Gawai, Sega a été reconnu sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Mêlant musique, danse et conte, le séga s’inscrit dans les traditions créoles, avec des chants et des chorégraphies auxquelles chacun est encouragé à participer.

Les chansons de séga sont généralement chantées en créole mauricien, mais parfois mélangées à d’autres langues utilisées localement, comme le bhojpuri, le français ou l’anglais, un mélange que vous entendrez dans les rues, avec le tamoul, le chinois et d’autres langues.

Vous rencontrerez également un mélange de styles dans la cuisine mauricienne, qui mélange des plats de France, d’Afrique, d’Inde, de Chine et de bien d’autres pays. Les plats de riz Biriyani et les samosas sont populaires partout, tout comme le riz frit chinois, les nouilles et les rouleaux de printemps.

Riz biryani
Riz biryani

Les daubes françaises (ragoûts), le coq au vin et la salade niçoise sont également courants, ainsi que les croissants et les baguettes.

De nombreux plats reprennent cependant ces influences mais sont uniques à Maurice. Le Dholl puri (pain roti normalement farci de lentilles ou de curry et d’une sauce tomate épicée) est une collation de rue populaire, tout comme les gâteaux piments (beignets au piment). La rougaille est un mélange franco-créole classique de tomate et d’épices, servi en plat principal ou en accompagnement de nombreux plats.

Les festivals des îles ne sont pas moins éclectiques. L’Aïd est célébré à la fin du Ramadan avec des fêtes et des prières et Diwali, la fête hindoue de la lumière, a lieu chaque automne. Le Nouvel An chinois est une fête colorée, en particulier à Port-Louis, et Cavadee est célébré par la communauté tamoule en janvier ou février et marqué par des pèlerins portant des structures en bois ornées de fleurs et de feuilles de cocotier.

Ces expériences font toutes partie intégrante de ce qui rend Maurice si unique. Ajouté à la beauté de ses paysages naturels et à sa vaste gamme d’activités, le mélange de cultures de l’île forme un ensemble envoûtant et une expérience inégalée ailleurs sur terre.

Laisser un commentaire

15 + 13 =