People gather at Republique plaza in a protest against the far-right, Wednesday, July 3, 2024, in Paris.

Jean Delaunay

Marine Le Pen va-t-elle rejoindre le groupe européen d’extrême droite d’Orbán ?

Si tel est le cas, Patriotes pour l’Europe pourrait devenir la troisième force politique du Parlement européen. Marine Le Pen pourrait se prononcer peu après les élections françaises de dimanche.

Alors que le Rassemblement national domine les élections législatives françaises, ses alliés d’extrême droite ont construit un nouveau bloc politique au Parlement européen. Et dimanche, le groupe des « Patriotes d’Europe » du Premier ministre hongrois Viktor Orbán a gagné suffisamment de partisans pour obtenir une reconnaissance dans l’hémicycle.

Samedi, le Parti populaire danois et le parti nationaliste flamand indépendantiste Vlaams Belang ont annoncé leur décision d’adhérer, portant ainsi le nombre de Patriotes pour l’Europe à 23 députés, ce qui est suffisant pour atteindre le seuil du Parlement européen pour une reconnaissance formelle.

Parmi les autres partis impliqués figurent le Parti de la liberté d’extrême droite autrichien (FPOe), le parti centriste tchèque ANO, le Parti pour la liberté néerlandais (PVV), le parti d’extrême droite portugais Chega et le parti espagnol Vox.

La France n’a pas encore découvert si le Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen peut remporter une victoire historique ou produire un parlement sans majorité absolue et potentiellement des mois d’impasse politique.

La dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen arrive au siège du parti Rassemblement national, jeudi 4 juillet 2024 à Paris.
La dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen arrive au siège du parti Rassemblement national, jeudi 4 juillet 2024 à Paris.

La France pourrait avoir son premier gouvernement d’extrême droite depuis l’occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale si le Rassemblement national remporte la majorité absolue et que son leader de 28 ans, Jordan Bardella, devient Premier ministre.

Le parti est arrivé en tête du premier tour de scrutin la semaine précédente, suivi par une coalition de partis de centre-gauche, d’extrême-gauche et des Verts, ainsi que par l’alliance centriste de Macron.

Mais Marine Le Pen rejoindra-t-elle le groupe d’extrême droite d’Orbán ? C’est probable, et si c’est le cas, elle deviendrait la troisième force politique du Parlement européen.

Selon des sources proches des négociations, le Rassemblement national devrait fusionner avec Patriotes pour l’Europe dans les prochains jours. Si tous leurs membres décident de rejoindre le groupe, le nombre total de députés européens pourrait atteindre 86.

En plus de faire campagne en faveur des valeurs familiales conservatrices et de s’opposer à l’immigration, le groupe vise à mettre fin au soutien européen à la défense de l’Ukraine contre l’invasion russe.

Le président russe Vladimir Poutine, à droite, et le Premier ministre hongrois Viktor Orban arrivent pour faire des déclarations à la presse après leurs entretiens au Kremlin à Moscou, en Russie, vendredi,
Le président russe Vladimir Poutine, à droite, et le Premier ministre hongrois Viktor Orban arrivent pour faire des déclarations à la presse après leurs entretiens au Kremlin à Moscou, en Russie, vendredi,

Le racisme et l’antisémitisme ont entaché la campagne électorale française, tout comme les cybercampagnes russes, et plus de 50 candidats ont déclaré avoir été agressés physiquement.

Et cela a conduit le gouvernement à déployer 30 000 policiers dimanche.

La Hongrie a assumé la présidence tournante de l’UE ce mois-ci et vendredi, Orbán a semblé tirer parti de cette position en organisant une réunion surprise avec le président russe Vladimir Poutine à Moscou pour discuter de la guerre en Ukraine.

Les dirigeants européens ont rapidement condamné la visite, soulignant qu’elle n’avait pas été autorisée par eux et qu’Orbán ne représentait pas Bruxelles.

Laisser un commentaire

4 × un =