More private rentals are available than through social housing - but they are pricier

Jean Delaunay

Marché immobilier britannique : le visage changeant du marché locatif

Le paysage immobilier britannique a considérablement changé au cours des dernières décennies, avec une forte baisse des taux d’accession à la propriété. Il est important de noter que la proportion de locataires privés augmente, tandis que le nombre de locataires sociaux continue de diminuer.

La crise du logement est une préoccupation croissante dans toute l’Europe, avec des pénuries et une hausse des loyers de plus en plus répandues. Le sans-abrisme est également en augmentation, ce qui pose un problème important. Selon l’OCDE, le Royaume-Uni a le taux de sans-abrisme le plus élevé d’Europe, ayant plus que doublé au cours des 13 dernières années.

Le régime d’occupation du logement a connu des changements importants au Royaume-Uni au cours des dernières décennies. En Angleterre, la proportion de locataires privés a dépassé celle des locataires sociaux au début des années 2010 pour la première fois en plus de quatre décennies de données disponibles. De même, l’écart entre locataires privés et sociaux s’est réduit au Pays de Galles et en Écosse, même si les locataires privés ne sont pas encore plus nombreux que les locataires sociaux.

En 2022, environ 64 % des résidents anglais étaient propriétaires de leur logement. Le taux d’accession à la propriété était de 61 % en Écosse et de 71 % au Pays de Galles, selon les données gouvernementales.

Entre 2002 et 2022, la proportion de ménages occupés par leur propriétaire a diminué de 5,4 points de pourcentage (pp) en Angleterre et de 3,6 points de pourcentage au Pays de Galles, ce qui indique une nette tendance à la baisse. En Écosse, le taux est resté relativement stable, malgré de légères fluctuations au cours des 20 dernières années.

Au début du millénaire, environ 70 % des logements en Angleterre étaient occupés par leur propriétaire. Cependant, ce chiffre a commencé à baisser régulièrement après 2004, pour atteindre son point le plus bas vers 2015, juste en dessous de 63 %. Malgré une légère hausse ces dernières années, le nombre de propriétaires-occupants reste bien en deçà de son sommet du début des années 2000, ce qui indique un changement important sur le marché du logement.

L’accession à la propriété devient de plus en plus inabordable, car la croissance des prix de l’immobilier a dépassé celle des salaires, selon les notes du Parlement britannique.

En 1997, le travailleur médian à temps plein en Angleterre pouvait s’attendre à payer environ 3,5 fois son salaire annuel pour acheter une maison ; ce chiffre avait plus que doublé en 2020 pour atteindre 7,7.

Au Pays de Galles, le pourcentage de ménages occupés par leur propriétaire a commencé autour de 75 % en 2002, a connu une baisse progressive et s’est stabilisé juste en dessous de 70 % ces dernières années.

Les locataires privés ont dépassé les locataires sociaux en Angleterre au début des années 2010

Si l’on examine le marché locatif depuis 1980, des changements importants se sont produits au cours des quatre dernières décennies. Au début des années 1980, la location sociale était prédominante, représentant plus de 30 % du parc de logements. Cependant, cette proportion n’a cessé de diminuer, tombant sous la barre des 20 % au début des années 2000.

Le secteur locatif social comprend à la fois les logements des collectivités locales et ceux des bailleurs de fonds.

A l’inverse, la proportion de locataires privés a connu une augmentation notable. Débutant à un peu plus de 10 % en 1980, le secteur locatif privé a connu une croissance progressive, avec une nette accélération à partir du début des années 2000.

En 2022, la location privée a dépassé la location sociale, se stabilisant autour de 19-20 %.

Le logement social locatif est fourni par un bailleur social, généralement une autorité locale ou une association de logement, avec des loyers fixés à environ 50 % des taux du marché.

Politiques ayant un impact sur le régime d’occupation du logement au Royaume-Uni

Ces tendances indiquent une transformation substantielle du paysage du logement, reflétant les changements politiques et les facteurs économiques.

« Les politiques des vingt dernières années ont encouragé un fort marché de l’achat-location, avec des allègements fiscaux, des taux hypothécaires bas, des taux d’épargne terribles, etc. Cette situation s’est resserrée ces dernières années », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Paula Higgins, directrice générale de HomeOwners Alliance.

« Le droit d’achat, introduit par le Premier ministre britannique Margaret Thatcher, ainsi que le droit d’acquérir (acheter son logement dans une association de logement), ont sorti les propriétés du secteur locatif social », a-t-elle expliqué, soulignant les changements intervenus au cours des dernières décennies.

Dans leur rapport de recherche à la Chambre des communes, Hannah Cromarty et Cassie Barton ont déclaré que, outre les ventes du droit d’achat et la conversion de propriétés de loyer social en loyer abordable, les faibles niveaux d’offre de nouveaux logements à loyer social ont également contribué de manière significative à la baisse du nombre de logements disponibles en location sociale.

Une évolution similaire s’est produite en Écosse et au Pays de Galles, même si la proportion de locataires sociaux dépasse encore celle des locataires privés dans les deux régions.

En Écosse, la proportion de locataires sociaux a diminué, passant de 30 % en 2001 à 23 % en 2022, tandis que la part des locataires privés a augmenté de plus de 5 points de pourcentage, passant de 7,5 % à 12,7 %.

Au Pays de Galles, l’écart entre locataires privés et sociaux s’est considérablement resserré au milieu des années 2010, tombant en dessous de 2 points de pourcentage.

Alors que l’écart était de 12 points de pourcentage en 2001, il s’est réduit à moins de 3 points en 2022.

« Le gouvernement a donné la priorité à la construction de maisons privées, via le programme d’aide à l’achat, et non à un loyer abordable », a déclaré Paula Higgins.

Une recherche menée pour la National Housing Federation en 2021 estime que 8,5 millions de personnes en Angleterre sont confrontées à une certaine forme de besoin de logement non satisfait. « Pour plus de 4,2 millions de personnes, le logement social locatif serait le mode d’occupation le plus approprié pour répondre à ce besoin », suggère le rapport. Cela équivaut à 1,6 million de foyers.

Laisser un commentaire

treize − neuf =