"Manière responsable d'agir": l'agence spatiale européenne tente une rentrée assistée pour un satellite en retraite

Jean Delaunay

« Manière responsable d’agir »: l’agence spatiale européenne tente une rentrée assistée pour un satellite en retraite

L’Agence spatiale européenne (ESA) estime qu’il y a 2 000 engins spatiaux disparus sur un total de 10 000 engins spatiaux actuellement dans l’espace, dont la majorité pénètre dans l’atmosphère terrestre de manière naturelle plutôt que contrôlée.

Lancé en août 2018, le satellite d’observation européen Aeolus a dépassé toutes les attentes.

Il a bien survécu à sa durée de vie prévue en orbite, son instrument Aladin ayant transmis sept milliards d’impulsions de lumière UV pour profiler le vent de la Terre.

Malgré son objectif initial de mission de recherche pour tester une nouvelle technologie, Aeolus a connu un tel succès que pendant la majeure partie de ses cinq années de vie en orbite, il a fourni des données aux principaux centres météorologiques européens et a contribué à améliorer considérablement les prévisions météorologiques mondiales.

Maintenant, avec son carburant presque épuisé et la mission terminée, l’Agence spatiale européenne (ESA) ramènera Aeolus sur Terre dans ce qu’elle appelle la rentrée assistée «première du genre».

Les satellites sont aujourd’hui amenés à brûler entièrement ou à subir une rentrée contrôlée après la fin de leur mission.

Mais Aeolus n’a pas été conçu pour une rentrée contrôlée car le satellite a été planifié et fabriqué à la fin des années 1990 avant que la réglementation actuelle ne soit établie.

L’ESA veut réduire davantage le risque minimal de nuire aux humains ou aux infrastructures afin de « donner l’exemple » au milieu d’une quantité croissante de débris spatiaux.

« A l’ESA, nous sommes convaincus que c’est la manière responsable d’agir. Nous voulons démontrer si cela fonctionne, ou du moins que quelque chose peut tenter d’être fait pour réduire un risque déjà très faible de nuire à qui que ce soit ou à quoi que ce soit », a déclaré Isabel Rojo, directrice des opérations Aeolus à l’ESA.

Elle a ajouté que le nettoyage des débris spatiaux croissants en orbite au-dessus de nos têtes est l’un des principaux objectifs de l’ESA en ce moment.

« L’accès à l’espace est très grand maintenant, il est très ouvert. Il y a beaucoup de constellations en cours de lancement et beaucoup de satellites là-haut.

« Et si nous n’agissons pas de cette manière durable et responsable, c’est quelque chose qui pourrait devenir très rapidement incontrôlable. Ainsi, chaque agence et chaque entreprise ayant accès à l’espace devrait agir de manière responsable. Et c’est ce que nous essayons de faire, donner l’exemple et pas seulement avec des mots, mais avec des actions », a expliqué Rojo.

Aeolus a opéré à 360 kilomètres d’altitude en fin de mission et retombe actuellement sur Terre d’environ 1 kilomètre par jour, sa descente s’accélérant.

Une fois qu’il atteindra une altitude de 280 kilomètres le lundi 24 juillet, les contrôleurs de l’ESA enverront au satellite une série de commandes pour manœuvrer sa rentrée dans l’atmosphère terrestre.

À partir de là, les contrôleurs feront descendre progressivement le vaisseau spatial en quatre étapes.

« Nous abaissons son altitude à 250 kilomètres, puis encore plus loin à 150 puis 120. Il est donc clair que nous repoussons les limites de ce que le vaisseau spatial a été conçu pour endurer », a déclaré Rojo.

L’agence spatiale s’attend à ce qu’à environ 80 kilomètres, la plus grande partie brûle dans l’atmosphère.

Mais certains – 20% ou moins, selon les experts de l’ESA – survivront à la rentrée et atterriront dans un couloir de l’océan Atlantique le vendredi 28 juillet, a indiqué l’agence spatiale.

« Nous sommes convaincus que nous pouvons réussir avec cet effort pionnier qui établira une nouvelle norme pour la sécurité et la durabilité de l’espace maintenant et à l’avenir », a déclaré le responsable de la mission Aeolus de l’ESA, Tommaso Parrinello, dans un communiqué.

À partir de 2030, tous les engins spatiaux développés par l’ESA seront « neutres en débris », ce qui signifie qu’ils dégageront leur précieuse orbite terrestre une fois la mission terminée.

Pour en savoir plus sur cette histoire, regardez la vidéo dans le lecteur multimédia ci-dessus.

Laisser un commentaire

vingt − 4 =