Study finds ChatGPT and other AI tools are more talked about than used

Jean Delaunay

Malgré le buzz, les outils d’IA générative tels que ChatGPT sont peu utilisés au quotidien, selon une enquête

Une enquête menée auprès de 12 000 participants dans six pays a révélé que même si la plupart des gens ont entendu parler des outils d’intelligence artificielle générative (GenAI) comme ChatGPT, leur utilisation régulière reste faible.

Depuis le lancement de ChatGPT d’OpenAI en novembre 2022, l’IA générative est un sujet brûlant dans les discussions technologiques, gagnant une large couverture pour ses capacités.

Mais malgré le battage médiatique autour des nouvelles technologies d’intelligence artificielle (IA), une enquête récente révèle que peu de personnes utilisent régulièrement des outils d’IA comme ChatGPT.

L’enquête, menée par l’Institut Reuters et l’Université d’Oxford, a porté sur plus de 12 000 personnes dans six pays, dont la France, le Danemark et le Royaume-Uni, pour mesurer les attitudes à l’égard de l’utilisation des modèles GenAI.

Les résultats montrent qu’un pourcentage minime de personnes utilisent ChatGPT quotidiennement, et encore moins de personnes utilisent d’autres outils d’IA générative tels que Google Gemini et Microsoft Copilot.

Familiarisation du public avec les outils d’IA

Une majorité de personnes interrogées ont déclaré avoir entendu parler de certains outils d’IA populaires.

ChatGPT est apparu comme le plus reconnu, avec 61 pour cent des personnes interrogées au Danemark et 58 pour cent au Royaume-Uni indiquant qu’ils en étaient conscients.

Cependant, des outils similaires comme Google Gemini et Microsoft Copilot sont moins connus, puisque seulement 15 à 25 % des personnes les connaissent.

L’enquête a également révélé que les outils d’IA plus spécialisés, tels que Midjourney et Perplexity, sont peu reconnus par le grand public.

Les gens n’étaient pas non plus plus susceptibles de connaître les produits d’IA provenant de leur propre pays que les outils populaires à l’échelle internationale comme ChatGPT.

Par exemple, seulement 3 % des personnes interrogées en France ont déclaré connaître Mistral, une société française d’IA.

Même si une grande majorité de personnes ont entendu parler des outils d’IA très médiatisés, moins d’entre eux déclarent les utiliser réellement, et leur utilisation régulière reste rare, révèle l’enquête.

Comment les gens utilisent les outils d’IA

ChatGPT est l’outil d’IA le plus utilisé parmi les personnes interrogées dans six pays, étant deux à trois fois plus répandu que d’autres grands modèles linguistiques (LLM) comme Gemini de Google et Microsoft Copilot.

Cependant, la fréquence d’utilisation n’est pas particulièrement élevée.

En France et au Royaume-Uni, seulement 2 % des personnes interrogées ont déclaré utiliser ChatGPT quotidiennement, et encore moins d’autres outils d’IA ; en fait, personne au Royaume-Uni n’a déclaré utiliser Google Gemini quotidiennement.

La plupart des personnes interrogées qui ont essayé les outils d’IA générative ont mentionné qu’elles ne les avaient utilisés qu’une ou deux fois depuis leur lancement.

Pendant ce temps, les États-Unis affichent des taux d’utilisation plus élevés des LLM, avec 7 % des personnes utilisant ChatGPT quotidiennement et 11 % hebdomadairement.

L’étude a révélé que la différence la plus significative dans l’utilisation des outils d’IA a été observée dans différents groupes d’âge.

Les personnes plus jeunes étaient plus susceptibles d’adopter les outils d’IA et de les utiliser plus fréquemment.

Dans les six pays étudiés, 56 pour cent des personnes âgées de 18 à 24 ans et 43 pour cent de celles âgées de 25 à 34 ans ont déclaré avoir utilisé l’IA générative au moins une fois.

En revanche, seulement 16 pour cent environ des personnes âgées de 55 ans et plus ont utilisé ces outils.

Malgré des taux de sensibilisation et d’utilisation plus élevés parmi les populations plus jeunes, la fréquence globale d’utilisation reste faible.

Même si la plupart des personnes interrogées ont déclaré utiliser l’IA principalement dans leur vie personnelle plutôt qu’à des fins professionnelles ou académiques, les utilisations spécifiques de l’IA variaient.

Dans tous les pays interrogés, 24 pour cent des personnes interrogées ont utilisé l’IA générative pour recueillir des informations, tandis que 28 pour cent l’ont utilisée pour la création médiatique.

Pour ceux qui l’utilisent pour obtenir des informations, les utilisations les plus courantes incluent répondre à des questions factuelles (11 pour cent), demander des conseils (10 pour cent) et générer des idées (neuf pour cent).

D’autres utilisations pour obtenir des informations incluent le résumé de texte, les services d’assistance, les traductions et l’accès aux dernières nouvelles.

D’un autre côté, ceux qui utilisent l’IA générative pour la création multimédia l’utilisent souvent pour des tâches telles que la rédaction d’e-mails ou de lettres (neuf pour cent), la création d’images (neuf pour cent), la réalisation de vidéos (quatre pour cent) et le codage (cinq pour cent). pour cent).

Néanmoins, la majorité des personnes interrogées qui s’engagent dans la création médiatique avec l’IA générative déclarent qu’elles expérimentent ou jouent principalement (11 %).

Impact attendu de l’IA générative

La plupart des personnes interrogées s’attendent à ce que l’IA générative ait un impact significatif sur presque tous les secteurs de la société au cours des cinq prochaines années.

Selon le rapport, en moyenne 72 % des personnes interrogées s’attendent à ce que l’IA générative ait un impact majeur sur les entreprises de recherche et de médias sociaux.

De plus, 66 pour cent s’attendent à ce que cela ait un impact significatif sur les médias d’information, et un pourcentage similaire pense que cela influencera grandement le travail des scientifiques.

Les personnes interrogées pensent également que l’IA aura un impact significatif dans divers autres secteurs, notamment les soins de santé et les institutions financières (59 pour cent chacun), l’armée (56 pour cent) et les gouvernements (53 pour cent).

En outre, près de la moitié des personnes interrogées pensent que ces nouvelles technologies auront un impact important sur les citoyens ordinaires.

En moyenne, la plupart des personnes interrogées s’attendent à ce que l’IA générative améliore leur vie dans une certaine mesure, même si un nombre légèrement plus élevé prévoit un impact négatif sur la société dans son ensemble.

Laisser un commentaire

dix + 8 =