MEP Peter Liese debates the planned 2040 emissions reduction target in February with EU climate commissioner Wopke Hoekstra (in background)

Jean Delaunay

Maintenir les objectifs climatiques mais abandonner la bureaucratie, déclare le chef des Verts du PPE

Dans une interview exclusive, le coordinateur de la politique environnementale du Parti populaire européen explique à L’Observatoire de l’Europe que le groupe souhaite revoir une série de lois du Green Deal et pourquoi il pense que les objectifs climatiques doivent rester sacrosaints.

De l’annulation de l’interdiction des voitures à essence et diesel à la levée de la protection des loups, le porte-parole du PPE pour l’environnement, Peter Liese, a décrit ce que le parti de centre-droit espère réaliser au cours des cinq prochaines années.

Le chrétien-démocrate allemand, ancien médecin et député européen depuis 1994, s’est dit confiant d’être reconduit dans ses fonctions de porte-parole du groupe pour l’environnement demain (4 juillet), lorsque le PPE prévoit d’adopter son programme politique pour la prochaine législature.

Des fuites en début de semaine suggèrent que le groupe souhaite suspendre, voire inverser, certains aspects du Pacte vert pour l’Europe, le programme politique phare de la Commission von der Leyen. Liese a déjà agi, en appelant la semaine dernière à reporter la mise en œuvre du règlement de l’UE sur la déforestation (EUDR).

Dans une interview à L’Observatoire de l’Europe, Liese a suggéré que cette décision était révélatrice de la direction prise depuis que le groupe, déjà le plus important au Parlement européen, a élargi ses rangs à 188 sièges lors des élections du mois dernier, mais pas d’un revirement en matière de politique environnementale.

« Nous voulons conserver l’essence du Green Deal, mais nous voulons améliorer la législation là où elle est trop bureaucratique », explique Liese. Et l’EUDR n’est pas le seul dossier dans le viseur du groupe. Le député chevronné pointe également du doigt les limites d’émissions de CO2 des voitures, qui atteindront zéro en 2035, ce qui signifie une interdiction de fait pour les modèles à essence et diesel.

Il devrait y avoir une place pour les voitures conventionnelles fonctionnant avec des carburants synthétiques, dit-il. Les partisans de cette idée affirment que l’impact climatique de l’octane ou d’autres hydrocarbures fabriqués à partir d’électricité verte est minime, car le CO2 est capté et utilisé lors de leur fabrication. Les critiques affirment qu’il s’agit d’une utilisation très inefficace de l’énergie alors que le transport routier peut être électrifié directement.

Pour Liese, la loi doit être « neutre sur le plan technologique » et la transition doit être guidée par le marché, tandis que l’UE s’en tient à sa politique de réduction des émissions. « C’est à une entreprise de décider si elle investit dans des véhicules électriques ou dans des voitures fonctionnant uniquement au e-fuel, et nous ne sommes pas la nounou de l’industrie automobile qui lui dit ce qu’elle doit faire. »

Il est cependant catégorique : le PPE reste déterminé à atteindre l’objectif de réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre de 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici la fin de la décennie en cours (contre environ 32 % actuellement) et de parvenir à zéro émission nette d’ici 2050.

« Les objectifs sont largement soutenus », affirme Liese, tout en reconnaissant l’ampleur du défi. « Nous avons l’intention de réduire nos émissions de la même façon en six ans que durant les 34 dernières années », dit-il, ajoutant qu’il n’a parlé à aucune « personne raisonnable » qui conteste ces objectifs.

« C’est un effort énorme, mais nous devons le faire. C’est aussi notre obligation au niveau international, donc je me battrai pour cela. »

Dans le même temps, Liese semble moins convaincu du soutien de son parti à un objectif intermédiaire de 90 % d’ici 2040, sans lequel le groupe indépendant de scientifiques du climat de l’UE affirme que l’objectif de zéro émission nette sera impossible, et un objectif approuvé (sinon encore proposé officiellement) par la Commission européenne.

« Il y a beaucoup de collègues qui ne sont pas encore convaincus, ce n’est donc pas une position du PPE », dit-il.

C’est là que les choses se compliquent. Le PPE veut réviser le système d’échange de quotas d’émission de l’UE (ETS), un système de plafonnement et d’échange de quotas d’émission dans lequel les entreprises doivent se battre pour obtenir un approvisionnement annuel en baisse de quotas d’émission qui, selon la trajectoire actuelle, atteindra zéro d’ici 2039 – bien que le facteur de réduction dit linéaire après 2030 n’ait pas encore été négocié.

Liese critique l’hypothèse de la Commission dans son analyse d’impact pour l’objectif 2040 selon laquelle une réduction de base de 88 % peut déjà être supposée si la politique actuelle est pleinement mise en œuvre.

« L’industrie et le secteur de l’énergie ne produiront plus d’émissions d’ici 2039, c’est ce que prévoient les politiques actuelles qui n’ont pas encore été adoptées », déclare Liese. « Je pense que nous aurons un problème », déclare-t-il.

Outre une réduction plus lente du plafond des émissions après 2030, Liese soutient que les entreprises devraient pouvoir comptabiliser les « émissions négatives » issues de solutions technologiques telles que la capture directe du CO2 dans l’air (DAC). Le problème est que la DAC est très gourmande en énergie et reste pour l’instant une technologie de niche extrêmement coûteuse.

« Je compare toujours cela au photovoltaïque (solaire) », explique Liese. « C’était très cher et difficile à mettre en œuvre dans les années 90, mais aujourd’hui c’est très bon marché. »

Et ce n’est pas tout. Un deuxième système d’échange de quotas d’émission doit être mis en place en 2027, qui fixera un prix du carbone sur les carburants utilisés pour le transport routier et le chauffage des bâtiments. Des millions de ménages qui n’ont pas remplacé leur chaudière par une pompe à chaleur coûteuse verront leurs factures d’énergie augmenter, et les automobilistes en ressentiront les effets à la pompe.

Liese défend rigoureusement la législation qu’il a personnellement pilotée au Parlement – même si la Commission a reconnu qu’elle pourrait s’avérer controversée et que des voix dissidentes se sont élevées au sein du PPE, craignant une réaction négative de l’opinion publique.

« Je vois que nous sommes confrontés à un défi », affirme Liese, mais il soutient que sans un mécanisme basé sur le marché, les gouvernements ne seront pas en mesure d’atteindre l’objectif de 2030. « Tous les autres instruments au niveau national sont plus douloureux et plus coûteux », déclare Liese, comparant l’annulation du ETS 2 à l’abolition de l’objectif de 55 %.

Le système est doté d’un fonds social intégré destiné à protéger les citoyens les plus pauvres des prix élevés, mais Liese soutient que davantage pourrait être fait, peut-être avec la Banque européenne d’investissement finançant les paiements initiaux pour les conversions de maisons.

Quels autres aspects de la politique environnementale peut-on attendre du PPE ? Outre le système ETS et la question symbolique des émissions des voitures, Liese évoque quelques autres sujets qui ont attiré l’attention des médias ces dernières années.

Le PPE estime que l’élevage intensif – source de méthane, d’ammoniac et d’autres polluants – devrait être retiré du champ d’application de la directive sur les émissions industrielles et réglementé séparément, dit-il.

Les bovins sont déjà exemptés des limites de pollution atmosphérique, mais les élevages intensifs de porcs et de volailles sont concernés. La Commission doit revoir la législation d’ici fin 2026. « L’agriculture n’est pas une industrie, et c’est pourquoi il ne devrait pas s’agir d’une directive sur les émissions industrielles », déclare Liese.

Le PPE entend également aborder un autre sujet de discorde : la protection de la faune sauvage. « Nous voulons aussi ouvrir la directive sur les habitats pour modifier le statut de protection de certains animaux, comme les loups, les cormorans, etc. », dit-il à propos d’un processus déjà lancé par la Commission von der Leyen. « Mais s’il y a des animaux qui devraient être davantage protégés, je soutiendrais également un renforcement de cette protection. »

Le groupe de Liese serait également ouvert à une révision de la loi sur la restauration de la nature, à laquelle il s’est farouchement opposé lors de son difficile passage au Parlement et au Conseil de l’UE. « S’il y a une opportunité d’améliorer le texte, nous la saisirons bien sûr », dit-il.

Laisser un commentaire

2 + quatorze =