Maintenant que les feuilles ont commencé à tomber, l'Europe ne peut pas se permettre d'oublier la chaleur estivale

Jean Delaunay

Maintenant que les feuilles ont commencé à tomber, l’Europe ne peut pas se permettre d’oublier la chaleur estivale

Juste parce que l’été est désormais terminé, nous ne pouvons pas nous permettre de fuir ce défi : les changements à long terme mis en œuvre dès maintenant sont le moyen le plus efficace de repenser la façon dont nous construisons et vivons dans les villes avant qu’il ne soit trop tard, écrit Dima Zogheib.

Des records de chaleur ont été battus dans toute l’Europe, des attractions touristiques ont été fermées, des alertes rouges ont été lancées dans 23 villes italiennes et 1 200 enfants ont été évacués d’un camp d’été grec pour échapper aux incendies de forêt.

Les vagues de chaleur devraient devenir encore plus fréquentes et plus graves, le nombre de villes exposées à des températures extrêmes étant estimé à presque tripler d’ici 2050, et certains groupes, notamment ceux à faible revenu, les personnes âgées, les nourrissons et les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents.

Les villes européennes ont été pionnières en matière de résilience thermique à bien des égards – Athènes étant l’une des premières au monde à nommer un directeur du chauffage et des villes comme Séville nommant les vagues de chaleur pour sensibiliser le public.

Cependant, l’Europe ne peut pas laisser aux dirigeants des États et des villes le soin de lutter contre la chaleur urbaine. La question des îlots de chaleur urbains doit également être abordée au niveau des rues et des quartiers, par ceux qui façonnent l’environnement bâti. Et la nature doit être au cœur de la solution.

Le problème des îlots de chaleur urbains en Europe

L’environnement bâti contribue grandement à l’augmentation des températures dans les villes. Nous avons chassé la nature, bétonné nos rues et construit en hauteur en acier et en verre, créant ce que l’on appelle l’effet d’îlot de chaleur urbain (UHI), où les températures urbaines sont bien plus élevées que celles de leur environnement rural.

Nous avons récemment lancé notre Urban Heat Snapshot pour encourager les dirigeants municipaux, les urbanistes et tous ceux qui façonnent l’environnement bâti à mieux comprendre comment leurs conceptions peuvent atténuer les points chauds urbains, en particulier pour les communautés les plus vulnérables.

Dans la majorité des villes, les endroits les plus frais se trouvaient toujours dans les parcs, loin des zones résidentielles et commerciales.

Photo AP/Paul Blanc
Une fille boit de l’eau au robinet d’une fontaine publique à Madrid, juillet 2023

L’instantané cartographie les « points chauds » les plus extrêmes dans six grandes villes du monde – de Madrid au Caire. L’étude a révélé que le centre urbain de Madrid possède le « point chaud » UHI le plus extrême, avec des températures 8,5°C plus élevées que ses environs ruraux.

Et surtout, cela souligne que tout le monde dans les villes ne ressent pas la chaleur de la même manière.

Il peut y avoir de grandes différences d’un quartier à l’autre, le centre-ville bâti de Madrid connaissant des températures près de 8°C plus élevées que le parc du Retiro situé à une courte distance. Dans la majorité des villes, les endroits les plus frais se trouvaient toujours dans les parcs, loin des zones résidentielles et commerciales.

La bonne nouvelle est qu’il est possible de lutter contre la chaleur urbaine, et les villes peuvent faire plusieurs choses immédiatement.

Utiliser tous les espaces possibles pour la nature et augmenter la couverture arborée

Donner la priorité et investir dans la valeur, la qualité et la quantité de la nature dans les villes est indispensable pour réduire la chaleur urbaine. Dans de nombreuses villes européennes, la verdure est confinée à de petits espaces, et les gens se demandent dans quelle mesure il est possible d’ajouter différentes formes d’infrastructures vertes.

Mais les villes européennes anciennes et bien établies disposent de bien plus d’espace disponible qu’on ne le pense pour y ajouter de la nature.

Il a été prouvé que les arbres abaissent les températures dans les villes et réduisent la mortalité liée à la chaleur. En fait, une étude récente a révélé qu’une augmentation de 30 % de la couverture forestière dans les villes européennes aurait pu éviter 2 644 décès supplémentaires.

Photo AP/Gregorio Borgia
Une femme agite son éventail alors qu’elle se promène dans le centre-ville de Rome, août 2023.

En fait, plus de la moitié de l’espace urbain – y compris les toits et les rues – est constitué d’espaces ouverts, offrant ainsi un vaste espace pour déployer des infrastructures vertes et bleues afin de renforcer la résilience. Les urbanistes et les urbanistes doivent faire preuve de créativité pour déployer la nature de manière stratégique et équitable dans nos villes.

Il a été prouvé que les arbres abaissent les températures dans les villes et réduisent la mortalité liée à la chaleur. En fait, une étude récente a révélé qu’une augmentation de 30 % de la couverture forestière dans les villes européennes aurait pu éviter 2 644 décès supplémentaires.

Les technologies avancées permettent désormais aux concepteurs de comprendre exactement le type et le nombre d’arbres requis.

Créez des surfaces plus perméables et établissez des îlots de fraîcheur

Les surfaces perméables, comme le sol nu ou planté, ont tendance à absorber moins de chaleur que les surfaces imperméables comme le béton ou l’asphalte.

Les projets de drainage urbain durables ralentissent non seulement le ruissellement des eaux lors de fortes pluies, mais augmentent également les superficies d’espaces verts et rafraîchissent les quartiers lors des températures chaudes.

Quelque chose d’aussi simple que de ramener des fontaines d’eau potable dans les villes pourrait améliorer la santé des citoyens, devenant ainsi le principal point d’accès à l’eau en cas de sécheresse.

Photo AP/Paul Blanc
Des gens sont assis et se couvrent la tête du soleil après qu’une version réduite de la cérémonie de relève de la garde ait eu lieu devant le palais de Buckingham à Londres, en juillet 2022.

Nous devons créer un réseau d’espaces de refroidissement dans les villes pour que les gens puissent se réfugier contre la chaleur.

Par exemple, à Londres, nous avons travaillé à la cartographie des espaces frais où les habitants pourraient trouver des opportunités de s’abriter pendant les journées chaudes, dans le but de réduire les risques pour la santé liés au temps chaud.

Quelque chose d’aussi simple que de ramener des fontaines d’eau potable dans les villes pourrait améliorer la santé des citoyens, devenant ainsi le principal point d’accès à l’eau en cas de sécheresse.

Encourager le changement de comportement et déployer des outils numériques

Le design ne peut pas faire grand-chose. Fondamentalement, les gens devront changer leur façon de vivre dans les villes au cours de la prochaine décennie.

Les pays chauds du monde entier ont adapté leur vie à cela depuis des siècles, et il est temps d’en tirer des leçons : les villes d’Europe du Nord peuvent tirer des leçons des changements déjà constatés dans le Sud, tels que les siestes et les fermetures de magasins et de restaurants en cas de forte chaleur.

Nous disposons désormais des capacités numériques nécessaires pour combler le fossé entre la cause de l’effet UHI dans les villes et l’impact de nos conceptions sur la chaleur urbaine et nous devons les utiliser dans tous les projets.

L’adaptation des villes européennes à la chaleur extrême nécessite une vision et une mise en œuvre urgente.

Nous devrions concevoir au niveau des rues et des quartiers, en ramenant la nature dans toutes les villes, et pas seulement dans les parcs et les espaces verts existants, afin de construire des villes plus résilientes et plus inclusives pour tous.

Juste parce que l’été est désormais terminé, nous ne pouvons pas nous permettre de fuir ce défi : les changements à long terme mis en œuvre dès maintenant sont le moyen le plus efficace de repenser la façon dont nous construisons et vivons dans les villes, avant qu’il ne soit trop tard.

Laisser un commentaire

un × 2 =