Madrid, Francfort, Vienne : comment les villes européennes s'adaptent-elles aux canicules ?

Jean Delaunay

Madrid, Francfort, Vienne : comment les villes européennes s’adaptent-elles aux canicules ?

Avec de plus grands auvents d’arbres, des plans d’eau et des bâtiments écologiques, il n’est pas difficile d’aider les citoyens à se rafraîchir.

Une grande partie de l’Europe souffre des effets torrides de la canicule de Charon.

Ces phénomènes météorologiques extrêmes deviennent de plus en plus violents et fréquents en raison du changement climatique, et pour les pays occidentaux du moins, cela a été un aperçu effrayant de l’avenir.

Des journées record ont révélé à quel point nos villes sont mal équipées pour supporter des températures de plus de 40 ° C et plus. A l’inverse, ils nous ont également fait apprécier davantage les parties qui apportent du relief : les rues bordées d’arbres, les parcs verdoyants, les lidos et les lieux publics climatisés.

En raison de ce qu’on appelle « l’îlot de chaleur urbain »‘, les villes deviennent beaucoup plus chaudes que d’autres régions du pays car la chaleur est piégée entre les grands immeubles et absorbée par l’asphalte et le béton. Il faut donc des mesures innovantes pour les refroidir.

De Londres à Lisbonne, toutes les villes n’ont pas connu la canicule de la même manière. Alors, que pouvons-nous apprendre de ceux qui montrent la voie en matière d’adaptation climatique ?

« Rues sympas » à Vienne

Vienne est la ville la plus vivable au monde, selon le Global Liveability Index de l’Economist Intelligence Unit.

Elle obtient également un score élevé sur le front de l’atténuation du climat, car la capitale autrichienne a créé un plan climatique pour la première fois en 1999 et est devenue en 2018 l’une des premières villes d’Europe à définir une stratégie. identifier et combattre la chaleur urbaine.

Lorsque la chaleur devient trop écrasante, les résidents peuvent se promener dans les rues qui les rafraîchissent avec des «douches de brouillard» de fine brume.

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par #StreetExperiments (@street_experiments)

Ces « cool straßen » (rues cool) ne sont qu’une partie du plan d’infrastructures publiques du gouvernement municipal. Il a également introduit un nouveau réseau de pistes cyclables pour faire abandonner vos voitures productrices de chaleur (et polluantes) plus attrayant et s’est engagé à planter 4 500 nouveaux arbres chaque année.

En plus d’ajouter de nouveaux éléments à la ville, Vienne s’accroche à ce qui fonctionne. Il compte encore plus de 1 000 fontaines publiques et a conservé un vaste réseau de piscines municipales construites pour la première fois dans les années 1920.

Dubrovnik est une autre ville avec de belles fontaines à boire et, comme elle se trouve sur la mer, a construit des portes dans ses grands murs afin que les résidents et les touristes aient un accès rapide lorsqu’ils ont besoin de se rafraîchir.

‘Couloirs de ventilation’ à Francfort

Ancien lauréat de la Ville européenne des arbres, Francfort se porte déjà bien en matière de couverture verte. Les arbres peuvent réduire les températures de surface jusqu’à 12°C en été, selon une étude satellite récentedonc en avoir environ 200 000 dans les espaces publics est une aubaine certaine pour la capitale financière.

En tant que l’une des villes les plus chaudes d’Allemagne, une refonte majeure a également été nécessaire. Francfort a des couloirs de ventilationou ‘Luftleitbahnen’ : étendues de terrain où il n’y a pas de hauts bâtiments, ou de grandes étendues d’arbres, afin d’aspirer l’air plus frais des zones environnantes.

Euronews vert
La Luftleitbahn à Francfort, contribuant à rafraîchir les quartiers du centre-ville.

La Luftleitbahn sur la rivière Nidda, par exemple, permet à jusqu’à 40 000 m3 d’air froid par seconde de pénétrer dans la ville les nuits d’été.

De plus, Francfort exige que certains nouveaux bâtiments aient des toits « verts » recouverts de végétaux. Ceux-ci peuvent rester à une température stupéfiante de 40 ° C les jours ensoleillés que leurs homologues noirs traditionnels.

« Les toits verts ont de nombreux effets positifs », explique Lara-Maria Mohr du département de l’environnement de Francfort.

« Ils protègent un bâtiment, ils l’isolent et le refroidissent. Cela permet également de réduire les coûts.

« Le bruit est avalé, la poussière fine est filtrée par les plantes et les effets des fortes pluies sont amortis par le fait que la pluie peut être absorbée par le substrat. »

Abris climatiques à Madrid

Des journées d’été chaudes sont attendues en Espagne, jusqu’à un certain point.

L’année dernière, le centre-ville a égalé son record de chaleur de tous les temps de 40,7 ° C – qui n’avait été établi que l’année précédente. La station météo qui l’a enregistrée a plus de 100 ans.

Et tandis que les Méditerranéens se sont depuis longtemps adaptés leur travail et leur vie sociale autour de la chaleur, avec des départs plus tôt et des siestes l’après-midi – ce n’est pas une liberté offerte à tout le monde. Un balayeur de rue madrilène de 60 ans est décédé tragiquement d’un coup de chaleur l’année dernière, après s’être effondré au travail la veille.

Paul Blanc/AP
L’impact des vagues de chaleur n’est pas réparti de manière égale dans les villes.

Tous les citoyens ne vivent pas les canicules de la même manière.

Les résidents des zones à faible revenu sont également beaucoup moins susceptibles d’avoir un logement correctement isolé et d’avoir accès à des espaces verts et frais.

Pour essayer d’améliorer son bilan, Madrid a ouvert des abris climatiques dans des espaces publics climatisés tels que des bibliothèques et des centres communautaires pendant la canicule actuelle, et a mis en place une application pour accélérer l’accès aux piscines municipales fortement subventionnées de la ville.

Il y a aussi une stratégie à long terme pour rafraîchir la ville. Dans le cadre du plan ‘Madrid Island of Colour’ 2019, une ‘ceinture verte’ de 75 km de long‘ de forêt se construit autour de la capitale. Les images thermographiques des zones voisines montrent que les températures du sol ont déjà été réduites de 2°C en deux ans, rapporte Politico.

Quels sont les meilleurs moyens de refroidir les villes ?

Il existe de nombreuses autres façons dont les villes retiennent le mercure les jours trop chauds. À Nuremberg, par exemple, les lignes de tramway ont été recouvertes d’herbe pour les rafraîchir.

Alors que les architectes de Norwich ont construit 100 logements sociaux orientés nord-sud, avec des stores horizontaux sur les fenêtres orientées au sud, pour éviter le pire de la chaleur. Goldsmith Street est un exemple rare, au Royaume-Uni, de maisons rendues efficaces pour l’été et l’hiver.

De meilleurs logements et des environnements bâtis humains, transports verts, arbres et plans d’eau ; tels sont les principes clés des villes adaptées au climat. Mais avec des climats et des caractéristiques historiques si différents, comment les dirigeants européens et les urbanistes savent-ils exactement quoi faire ?

Plus d’arbres sont une victoire sur plusieurs fronts. Mais il est utile de savoir, par exemple, qu’il faut 40 % couverture de canopée dans la rue pour vraiment maximiser les avantages de ce que l’expert en urbanisme vert Jon Burke appelle «la technologie de climatisation la plus avancée de la nature».

Il y a des calculs clés à faire sur ce qui sont aussi, évidemment, des améliorations esthétiques. Le C40 Cool Cities Network est une organisation qui travaille dans ce sens. Il a aidé à développer un outil « Villes résilientes à la chaleur »qui permet aux décideurs de quantifier les avantages exacts de parcs spécifiques et d’infrastructures vertes, de rivières, de lacs et de surfaces fraîches et végétales.

Laisser un commentaire

11 + deux =