Macron rencontre Xi : Deux empereurs au bord de deux guerres

Martin Goujon

Macron rencontre Xi : Deux empereurs au bord de deux guerres

PARIS — Lorsque Xi Jinping s’assiéra lundi pour un banquet d’État avec Emmanuel Macron, le champagne qui coule à flot et les lustres scintillants du palais de l’Elysée ne pourront éclipser une vérité flagrante : ces deux empereurs s’apprêtent à se battre.

Premièrement, Xi – le dirigeant chinois le plus puissant depuis Mao Zedong – est accusé par les gouvernements occidentaux d’aider Vladimir Poutine à faire la guerre en Ukraine en fournissant de la technologie et des équipements à l’armée russe.

Deuxièmement, l’Union européenne et Pékin sont au bord d’une véritable guerre commerciale. Macron a poussé Bruxelles à se montrer plus ferme envers la Chine pour inonder le marché de véhicules électriques bon marché. En retour, Xi menace d’imposer des droits de douane sur le cognac, un geste douloureux qui a laissé le président français et son industrie locale des alcools avec un vilain mal de tête.

Même le faste et le cérémonial habituels qui accompagnent une telle visite d’État sont cette fois quelque peu atténués. Au lieu de recevoir Xi au château de Versailles, avec sa galerie des glaces, ses fontaines et ses vastes jardins à 20 km à l’ouest de Paris, Macron l’a invité à l’Elysée, sa résidence du centre-ville pour un sommet plus professionnel.

Les Chinois sont passés maîtres dans l’art du camouflet diplomatique. Il est difficile de passer à côté du message adressé à l’Europe dans la décision de Xi de se rendre de Paris en Serbie plus tard dans la semaine, puis en Hongrie pour rencontrer le Premier ministre Viktor Orbán. Les deux pays d’Europe centrale sympathisent avec Moscou et sont des sources d’irritation pour l’Occident, en particulier Bruxelles (que Xi ne devrait pas du tout se rendre).

Tout cela semble bien plus sombre que la propre visite d’État de Macron en Chine, il y a un peu plus d’un an. À l’époque, les étudiants chinois criaient « Je t’aime Macron » et les deux dirigeants semblaient engagés dans une romance naissante. Macron s’est même publiquement distancié – dans une interview de L’Observatoire de l’Europe – de suivre l’exemple américain à Taiwan.

La Chine de Xi, quant à elle, avait accueilli favorablement l’appel de Macron à une « autonomie stratégique » européenne, choisissant de le lire comme une expression d’un sentiment anti-américain.

Mais les temps ont changé. Non seulement Macron a reconnu plus ouvertement la nécessité de s’affirmer face à la menace commerciale de la Chine pour l’industrie européenne, mais il est désormais un fervent partisan de la lutte de l’Ukraine contre la Russie – et l’une des voix les plus bellicistes de l’UE face à la guerre de Poutine. La France, semble-t-il, veut être comptée.

« Les autorités chinoises ne comprennent que les rapports de force », a déclaré Anne Genetet, députée du parti Renaissance de Macron.

« Ils tentent de nous opposer aux États-Unis et aux autres membres de l’UE… Ils représentent 30 pour cent de l’industrie manufacturière mondiale, mais ce n’est pas une raison pour nous marcher dessus. »

Ces derniers mois, la France a poussé la Commission européenne à adopter une position plus agressive contre la domination de Pékin sur les technologies vertes du futur, notamment les voitures électriques. Et Xi sait que Macron est derrière tout cela.

Après que la Commission européenne a lancé une enquête anti-subventions contre les véhicules électriques fabriqués en Chine en octobre, Pékin a choisi de ne pas cibler les constructeurs automobiles allemands qui ont une présence massive en Chine, mais plutôt d’aligner des mesures visant à frapper le cognac français.

En janvier, Pékin a ouvert une enquête antidumping sur les producteurs européens d’alcool. Les marques françaises de brandy et de cognac de luxe représentent 99 pour cent de toutes les importations chinoises de ces liqueurs.

« La question du cognac fait en effet l’objet de la plus grande attention de la part des autorités françaises, au premier rang desquelles le président », a déclaré un responsable de l’Elysée aux journalistes avant la visite. « Cette question sera abordée lors des négociations, afin de garantir la préservation des intérêts français pendant et à l’issue de la procédure lancée par les autorités chinoises. »

Certaines conversations seront encore plus difficiles.

Xi a appelé à plusieurs reprises Poutine son meilleur ami. Il a également refusé à plusieurs reprises de faire quoi que ce soit pour arrêter l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie et a fourni à la Russie des technologies militaires à double usage, des composants de fabrication d’armes et des images satellite, préviennent les États-Unis.

Dans une récente interview accordée à L’Observatoire de l’Europe, l’ambassadrice américaine auprès de l’OTAN, Julianne Smith, a souligné le soutien de Pékin à Moscou, affirmant que la Chine ne pouvait plus proclamer sa neutralité dans le conflit. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a également décrit l’aide chinoise comme « (aider) Moscou à infliger davantage de morts et de destructions à l’Ukraine ».

A Paris, Macron fournira à Xi son « analyse de l’évolution du conflit et (sera) lui transmettra les positions ukrainiennes », a déclaré le même responsable de l’Elysée. Le président français « fera également part de ses inquiétudes quant aux activités de certaines entreprises chinoises qui pourraient être directement impliquées ou contribuer de manière significative à l’effort de guerre russe ».

Il y a beaucoup de place pour que les deux dirigeants se parlent.

« Il y aura un décalage entre les attentes », a déclaré Abigaël Vasselier, responsable des relations étrangères chez MERICS, un groupe de réflexion, et ancienne diplomate européenne travaillant sur la politique chinoise. « Les Chinois se rendent en France pour tenter de voir comment ils peuvent saper l’intention européenne de faire avancer les enquêtes (sur les véhicules électriques). (Mais) pour la France, cela va passer en deuxième position, après la guerre en Ukraine.»

Lors de sa visite en Chine l’année dernière, Xi a invité Macron au domicile de son père, dans la province du Guangdong. Cette semaine, Macron tentera d’exercer le charme en emmenant Xi dans le lieu de vacances de son enfance dans les Pyrénées.

Selon Juliana Bouchaud, experte UE-Chine auprès du cabinet de conseil aux entreprises Rhodium Group, Macron joue un « double jeu » avec Pékin.

Il fait à la fois pression sur Bruxelles pour qu’elle utilise des armes commerciales pour défendre l’industrie européenne et tente de maintenir des relations avec Xi. « D’un point de vue diplomatique, si vous regardez la relation bilatérale, elle est assez câline », a déclaré Bouchaud.

Cette fois, les câlins pourraient être plus tendus.

Laisser un commentaire

17 + quatorze =