Macron perd de l'influence face aux partisans du libre-échange européen alors qu'il se bat sur son propre terrain

Martin Goujon

Macron perd de l’influence face aux partisans du libre-échange européen alors qu’il se bat sur son propre terrain

Alors qu’il combat l’extrême droite dans son pays, l’Union européenne Le protectionniste en chef, Emmanuel Macron, est sur le point de perdre son influence sur la politique commerciale du bloc — après avoir passé des années à en piloter l’agenda.

Et cela fait sourire les partisans du libre-échange au sein du bloc.

Des pays comme l’Allemagne, la Suède et la Finlande sont frustrés depuis des années par la lenteur des progrès de l’UE dans la conclusion d’accords commerciaux avec des partenaires du monde entier – ce que le bloc doit faire, selon eux, pour diversifier ses relations économiques loin d’une Chine affirmée et d’une Russie hostile, et pour améliorer ses performances économiques en déclin.

Alors que les centristes de Macron sont confrontés à la défaite face au Rassemblement national (RN), parti d’extrême droite anti-immigration, au second tour des élections législatives de dimanche, il aura du mal à former un gouvernement viable et, par conséquent, à influencer la manière dont l’Europe est dirigée.

Et pour la faction libre-échangiste européenne, un Macron affaibli et distrait crée une opportunité.

« Dans les domaines où nous ne sommes pas d’accord, je pense qu’il y a une opportunité pour essayer de faire avancer les choses », a déclaré un diplomate européen, qui a obtenu l’anonymat pour discuter de la politique d’un autre pays.

A Bruxelles, Macron est accusé de bloquer les accords commerciaux, notamment un accord majeur avec le bloc latino-américain des pays du Mercosur. Son exceptionnalisme français se définit également par son attachement à l’autonomie stratégique, un concept fourre-tout qui englobe tout, de la défense à la politique industrielle.

Dans le cadre de ses efforts visant à renforcer les défenses commerciales de l’Union, Paris a joué un rôle déterminant dans le lancement d’une enquête très médiatisée sur les véhicules électriques chinois, qui a atteint son apogée le mois dernier. Et elle a fait pression pour créer le poste de responsable de l’application des règles commerciales au sein de la direction générale du commerce de la Commission européenne, dont le premier titulaire a été le Français Denis Redonnet.

La croisade de Macron a remodelé l’agenda commercial de l’UE, freinant le moteur du libre-échange de l’UE tout en imposant des conditions environnementales plus strictes aux accords qui prévoient des sanctions lorsque les pays ne les respectent pas.

Paris risque de perdre son influence sur la scène européenne si le Rassemblement national obtient la majorité absolue au second tour des élections de dimanche. Cela forcerait Macron à adopter une politique dite de « référendum ». cohabitation avec Jordan Bardella, l’étoile montante de l’extrême droite de 28 ans, comme Premier ministre.

Même si cette perspective semble aujourd’hui moins certaine après le retrait de candidats de la course pour consolider les voix contre l’extrême droite, Macron pourrait avoir du mal à former un gouvernement stable. Ses propres modérés étant condamnés à une lointaine troisième place, il lui sera difficile de reconduire le ministre délégué au Commerce Franck Riester dans son prochain gouvernement.

Le prochain gouvernement français représentera Paris au Conseil de l’UE, un forum réunissant les chefs de gouvernement des 27 pays de l’Union. Et, quelle que soit la personne qui occupera la résidence du Premier ministre à Matignon, cela signifie que la France ne pourra pas parler d’une seule voix.

« Si nous devions évoluer vers une cohabitationil est clair qu’au niveau des différents formats du Conseil de l’UE, la participation de ministres RN pourrait évidemment perturber les négociations des 27″, a déclaré Elvire Fabry, chercheuse senior à l’Institut Jacques Delors à Paris.

L’Allemagne, souvent en désaccord avec la France sur la politique commerciale de l’UE, tente déjà de combler le vide.

Dans une attaque contre Paris et Bruxelles quelques jours avant le scrutin, le chancelier Olaf Scholz a fustigé la politique commerciale de l’UE. Il a appelé l’Union à conclure des accords commerciaux « réservés à l’UE », qui ne seraient pas soumis à la ratification des parlements nationaux et régionaux, un processus qui peut prendre des années.

Le président français, conscient que sa position est précaire, prend déjà des mesures pour laisser son empreinte – et son entourage – aux postes clés de l’UE.

La semaine dernière, dans une tentative de dernière minute pour consolider l’influence de Paris, il a approuvé la nomination du commissaire européen à l’industrie, Thierry Breton, comme prochain commissaire européen de la France, lors d’une réunion des dirigeants de l’UE.

« Macron en est parfaitement conscient. C’est pourquoi il a demandé à Breton de rester à son poste, de maintenir le statu quo actuel », a déclaré le diplomate.

Mais l’optimisme des pays les plus libéraux sur le plan économique ne signifie pas qu’un accord controversé comme le Mercosur – en préparation depuis plus de deux décennies – atteindra bientôt sa ligne d’arrivée.

L’époque glorieuse où l’on concluait un accord de libre-échange après l’autre est révolue depuis longtemps, l’UE recherchant des partenariats plus ciblés et ponctuels avec les pays – et ses partenaires faisant preuve de plus de fermeté pour se rapprocher des normes écologiques de plus en plus strictes de l’UE.

De retour en France, l’Assemblée nationale risque d’être encore plus sceptique à l’égard des accords commerciaux après les élections de dimanche, durcissant probablement la position de Paris sur une question politique déjà difficile pour le pays.

Bien qu’il soit perçu comme protectionniste dans le cadre de l’UE, Macron a été diabolisé par ses adversaires de gauche et de droite comme un membre à part entière de l’élite néolibérale mondiale.

Ils ont profité de sa vie antérieure en tant que banquier d’investissement Rothschild pour le ternir en le présentant comme un fanatique du libre marché prêt à sacrifier les agriculteurs et les petites entreprises françaises en laissant entrer un flot d’importations bon marché.

« Sur la question des accords commerciaux, nous aurons là une consolidation plus évidente d’une position française très anti-commerciale, s’appuyant sur une stratégie de veto plus forte », a déclaré M. Fabry.

« Cela pourrait en tout cas orienter la stratégie de la Commission européenne vers des accords ad hoc plus ciblés et vers le soutien de projets avec des pays tiers basés sur des investissements conjoints. Nous sommes loin d’une simple ouverture du marché. »

Et si les législateurs français deviennent encore plus farouchement opposés aux accords commerciaux en général, une poussée en faveur d’accords commerciaux plus rationalisés au sein de l’UE pourrait offrir une voie de sortie aux partisans du libre-échange du bloc.

De tels accords commerciaux ne nécessiteraient que l’approbation du Conseil de l’UE et du Parlement européen. Ils n’auraient pas besoin d’être ratifiés par les parlements des pays membres, un processus qui peut prendre des années.

« Le résultat des élections n’affaiblira pas l’agenda de sécurité économique et de défense commerciale, qui sont de plus en plus consensuels », a déclaré Marie-Pierre Vedrenne, députée européenne centriste membre de l’alliance libérale de Macron.

« Mais on peut s’attendre à ce que cela ait un impact plus important sur les accords de libre-échange. »

Laisser un commentaire

19 − quatorze =