Macron parie sur la Chambre lors des élections pour briser la dynamique d'extrême droite en France

Martin Goujon

Macron parie sur la Chambre lors des élections pour briser la dynamique d’extrême droite en France

PARIS — Jupiter ne sera pas éclipsé. Et certainement pas par son ennemi juré : l’égérie de l’extrême droite française, Marine Le Pen.

Le président français Emmanuel Macron fait tout pour le tout, en appelant à des élections anticipées susceptibles d’apporter de grandes victoires à l’extrême droite. Mais cela pourrait aussi faire perdre à Le Pen son élan alors qu’elle vise le plus grand prix : la présidence en 2027.

C’est le pari non-conformiste que fait le président français après la victoire spectaculaire du Rassemblement national dimanche soir. Le parti d’extrême droite anti-immigration devrait remporter les élections européennes en France avec 32 % des voix, soit plus du double de celui du parti libéral centriste du président.

Depuis des semaines, le Rassemblement national clame qu’il est « prêt à gouverner » et souhaite la dissolution de l’Assemblée nationale si la liste présidentielle perd les élections. Le principal candidat du Rassemblement national, Jordan Bardella, 28 ans, a même proposé de devenir Premier ministre de Macron s’il obtenait la majorité au Parlement.

Aujourd’hui, Macron a écourté son tour de victoire aux élections européennes en offrant une opportunité de transformer leurs désirs en réalité, faisant le calcul à haut risque qu’une élection législative dans trois semaines pourrait saper la marée d’extrême droite en France.

À aucun moment dans l’histoire le Rassemblement national n’a paru plus proche du pouvoir, avec plus d’eurodéputés et de parlementaires que jamais, et des sondages d’opinion montrant que le soutien à l’extrême droite française progresse dans de nouvelles catégories d’électeurs. Tous les regards sont tournés vers la capacité de Le Pen à renverser son rôle de vice-présidente éternelle aux élections présidentielles françaises et à gagner en 2027.

L’idée de Le Pen à l’Élysée est considérée avec horreur à Bruxelles, où la France penche vers l’extrême droite est considérée comme posant des défis existentiels à l’UE. Même si Le Pen a adouci son image et atténué sa rhétorique incendiaire et eurosceptique, son parti reste en marge de la politique sur un certain nombre de questions. Le Rassemblement national s’est abstenu à plusieurs reprises sur l’aide à l’Ukraine, veut à terme quitter le commandement intégré de l’OTAN et s’oppose à de nombreuses mesures législatives historiques de l’UE ces dernières années.

Dimanche, elle a adopté un ton populiste et patriotique – et a délivré un message contre l’internationalisme de Bruxelles – affirmant qu’elle voulait « mettre fin à cette époque douloureuse du mondialisme ».

Le pari de Macron est simple : il vise à faire tomber Le Pen sur terre d’un coup. Même si les élections européennes ont donné une victoire décisive au Rassemblement national, il est peu probable que les élections législatives aboutissent à une victoire aussi nette. Le Rassemblement national obtiendra davantage de sièges au Parlement mais n’en remportera probablement pas suffisamment pour être en mesure de gouverner.

«Cela freinera presque certainement Le Pen. Parce que le scénario de base n’est pas qu’elle obtienne la majorité aux élections législatives », a déclaré Mujtaba Rahman, responsable Europe du groupe Eurasia, un cabinet de conseil en risques. « Je ne pense pas que Le Pen fera aussi bien aux législatives, c’est un scrutin à deux tours, c’est un groupe d’électeurs différent qui va être mobilisé. »

Les élections législatives françaises n’utilisent pas le même système électoral que les élections européennes. Pour remporter un siège de député, il faut obtenir 50 pour cent des voix au premier tour ou, dans le cas contraire, faire face à un second tour. En fait, il est beaucoup plus difficile pour un candidat d’extrême droite de remporter un siège au Parlement national.

Bruxelles étant considérée comme une préoccupation très lointaine, les élections européennes sont généralement celles où le vote de protestation s’exprime le plus fortement. En revanche, les élections législatives se déroulent à deux tours – le 30 juin et le 7 juillet – qui favorisent historiquement les partis plus traditionnels, les électeurs de gauche et de droite se ralliant généralement au candidat le plus traditionnel pour battre l’extrême droite.

Tous les regards sont tournés vers la capacité de Marine Le Pen de renverser son rôle de vice-championne des élections présidentielles françaises et de gagner en 2027. | Daniel Dorko/Hans Lucas/AFP via Getty Images

Ce rassemblement contre l’extrême droite est le même courant politique que Macron a exploité pour battre Le Pen – de 59 % contre 41 % – lors de l’élection présidentielle de 2022.

Mais avec la montée de l’extrême droite dans toute l’Europe, les vérités d’hier ne sont plus garanties dans la nouvelle réalité politique d’aujourd’hui.

Macron profitera probablement des trois prochaines semaines pour mobiliser ses partisans contre la menace d’extrême droite. Un tel cri de ralliement a fonctionné dans le passé, mais l’extrême droite est désormais plus dominante en France qu’elle ne l’a jamais été. Il existe une chance extérieure que le Rassemblement national remporte la majorité des sièges au Parlement et force le président français à former un gouvernement de coalition, ce qui donnerait à l’extrême droite un pouvoir imprévu.

La décision de Macron de convoquer des élections législatives, quelques semaines seulement avant les Jeux olympiques de 2024, a stupéfié de nombreuses personnes, même au sein de son propre parti, et a déclenché une profonde incertitude politique.

Dimanche soir, une heure seulement après la publication des résultats provisoires, le président français a annoncé qu’il ne continuerait pas « comme si de rien n’était » après la raclée de son parti.

« La France a besoin d’une majorité claire dans la sérénité et l’harmonie. Être Français, dans l’âme, c’est choisir d’écrire l’histoire, sans se laisser guider par elle », a déclaré Macron.

Reprenant le récit politique de la nuit, la décision de Macron a éclipsé la victoire spectaculaire de Bardella. Les députés n’ont qu’une semaine pour annoncer leur candidature aux prochaines élections, et la dissolution de l’Assemblée nationale a suspendu le fonctionnement du Parlement et du Sénat.

« Il a répondu à un choc (défaite) par encore un choc, on parle plus des élections législatives que des élections européennes », a déclaré l’expert en communication Arnaud Stéphane, sur la chaîne de télévision française BFMTV.

Selon Rahman, Macron se dirigeait vers une crise politique cette année, quel que soit le résultat des élections. « Il pouvait voir ce qui était écrit sur le mur. Il savait que des élections anticipées approchaient. Il voulait prendre les devants et prendre l’initiative », a-t-il déclaré.

L’Assemblée nationale française est de plus en plus paralysée depuis que la coalition de Macron a perdu sa majorité absolue aux élections législatives de 2022. ad hoc s’entend avec les conservateurs Les Républicains pour faire adopter une loi, mais le gouvernement n’aurait pas pu tergiverser plus longtemps. À l’automne, les législateurs seront appelés à voter sur une question centrale des conservateurs : le budget, dans un contexte de déficits croissants.

Et il est probable que l’opposition, de l’extrême droite à l’extrême gauche, aurait voté pour renverser le gouvernement.

Mais même si la décision audacieuse de Macron change la donne dans les semaines à venir, le résultat d’élections législatives anticipées est loin d’être une certitude.

« Après une élection présidentielle, une élection parlementaire donne généralement une forte majorité au président, car ses électeurs sont soutenus et l’opposition est groggy », a déclaré Benjamin Morel, politologue à l’université Paris Panthéon-Assas.

Même si la décision audacieuse de Macron change la donne dans les semaines à venir, le résultat d’élections législatives anticipées est loin d’être une certitude. | Daniel Dorko/Hans Lucas/AFP via Getty Images

« Mais qui sait qui se mobilisera pour ces élections anticipées ? il ajouta. On ne sait pas si le camp de Macron ou celui de Le Pen seront plus touchés par l’abstention après les élections européennes.

Il est cependant probable que le Rassemblement national augmentera son nombre de sièges au Parlement, passant de 88 sur les 577 que compte aujourd’hui l’Assemblée. Mais la question est maintenant de savoir dans quelle mesure ils s’en sortiront.

Un sondage divulgué mené par Les Républicains en décembre de l’année dernière a montré que le Rassemblement national pourrait réaliser des gains majeurs lors d’élections anticipées et obtenir 243 à 305 députés, potentiellement plus que le seuil nécessaire pour obtenir une majorité.

Dans ce scénario improbable, Macron serait obligé, par tradition, de nommer un Premier ministre du Rassemblement national, qui serait chargé de définir la politique du gouvernement.

Cela rapprocherait alors Le Pen du pouvoir.

Laisser un commentaire

cinq + 2 =