Macron, c’est déjà fini.  Quelqu’un peut-il arrêter Le Pen ?

Martin Goujon

Macron, c’est déjà fini. Quelqu’un peut-il arrêter Le Pen ?

PARIS — Emmanuel Macron est confronté à un choix amèrement douloureux : tout mettre en œuvre pour stopper l’extrême droite, ou tenter de sauver ce qui reste de son mouvement autrefois dominant avant qu’il ne s’éteigne.

Pour le dirigeant français de 46 ans, le premier tour des élections législatives de dimanche a été une humiliation tout aussi personnelle que son ascension éclatante à la présidence en tant qu’étranger frais il y a sept ans.

Il a convoqué des élections anticipées, après une défaite désastreuse face à l’extrême droite aux élections européennes de juin, avec un seul objectif en tête : stopper la dérive extrémiste de la France. Il a obtenu l’effet inverse.

La deuxième économie européenne et sa seule puissance nucléaire est désormais plus proche que jamais d’inaugurer pour la première fois un gouvernement d’extrême droite, après que le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen a pris une avance spectaculaire lors de la première étape du scrutin. .

Si le second tour du 7 juillet obtient une majorité parlementaire pour le Rassemblement national – et les prévisions suggèrent que c’est possible – la France se retrouvera en terrain inconnu. La France sera gouvernée, au moins en partie, par des hommes politiques qui se sont fait un nom en sympathisant avec Vladimir Poutine tout en promettant de déchirer l’Union européenne, de mener une guerre contre les migrations et de quitter l’OTAN.

Bien que le parti de Marine Le Pen ait assoupli certaines de ses positions les plus tranchées, il reste profondément sceptique à l’égard des positions politiques occidentales dominantes. Une victoire à cette élection renforcerait considérablement ses chances de remporter la présidence française en 2027.

« On peut dire avec lucidité que la détoxification du Rassemblement national atteint sa phase finale », estime Bruno Cautrès, analyste politique à Sciences Po.

« Ils ont remporté les élections européennes trois fois de suite et Marine Le Pen a accédé deux fois au second tour de l’élection présidentielle ; s’ils remportent la deuxième élection la plus importante en France (les élections législatives), ils deviendront un courant dominant », a-t-il ajouté.

Selon l’analyse de l’institut de sondage Ipsos, les résultats attendus du parti de Le Pen le placent à proximité du pouvoir. Son parti a obtenu 33,2 pour cent des voix au premier tour, ce qui signifie que l’extrême droite pourrait obtenir entre 230 et 280 sièges au Parlement, selon l’institut.

Le seuil pour obtenir la majorité absolue au Parlement étant de 289 sièges, l’extrême droite pourrait même être en mesure de former un gouvernement d’ici une semaine, avec le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, comme Premier ministre.

La question est maintenant de savoir si quelque chose ou quelqu’un peut l’arrêter.

La proximité de Marine Le Pen avec la majorité absolue dépend de la façon dont les autres partis, et Macron, réagiront à sa victoire éclatante. | François Lo Presti/Getty Images

La mesure dans laquelle Le Pen se rapprochera de la majorité absolue dépendra de la façon dont les autres partis, et Macron, réagiront à sa victoire éclatante. Mettent-ils leurs divergences de côté et s’unissent-ils pour battre l’extrême droite ?

Les élections législatives sont un scrutin complexe à deux tours, au cours duquel les deux candidats qui obtiennent le plus de voix au premier tour passent au second tour. Mais lors de cette élection cruciale, la participation a été élevée, ce qui signifie que dans environ 315 circonscriptions, un troisième candidat, souvent un membre de la coalition « Ensemble » de Macron, s’est également qualifié pour le second tour.

Dimanche soir, les alliés de Macron cherchaient à savoir quoi faire.

Les candidats d’ensemble ont été éliminés dans la moitié des 577 circonscriptions françaises. Le groupe parlementaire centriste de Macron devrait passer de 250 députés à moins de 100 à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, ses alliés centristes font face à d’énormes pressions pour se retirer de la course dans de nombreux domaines et conseillent à leurs partisans de voter pour l’alliance de gauche, qui comprend des radicaux d’extrême gauche, dans le but de battre Le Pen.

Après la publication des premières projections, des milliers de Français se sont rassemblés sur la place de la République à Paris pour protester contre l’extrême droite. Les scènes rappellent les manifestations contre Jean-Marie Le Pen, le père de Marine, qui s’est qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle de 2002 comme candidat du parti alors connu sous le nom de Front national.

À l’époque, les partis et les électeurs s’unissaient contre l’extrême droite, mettant de côté leurs divergences pour battre le candidat extrême dans le cadre d’une politique connue sous le nom de cordon sanitaireMais la politique européenne a radicalement changé au cours des deux dernières décennies.

Le parti d’extrême gauche France Insoumise et son chef Jean-Luc Mélenchon est sans doute devenu un ennemi encore plus grand pour les centristes que Le Pen, après une année passée à se battre à l’Assemblée nationale. Macron lui-même a passé une grande partie de cette campagne à critiquer la politique de l’alliance de gauche Nouveau Front populaire, qui comprend l’extrême gauche, la qualifiant de « grotesque » et de destructrice pour la France.

S’exprimant quelques heures après la défaite, le Premier ministre Macron, Gabriel Attal, a souligné ce point : il a appelé à « ne pas voter pour le Front national », mais il a laissé entendre que les candidats appartenant à la coalition de Macron ne devraient se retirer que dans les cas où un candidat Les candidats issus des « forces républicaines » étaient mieux placés pour gagner – peut-être en excluant les candidats français insoumis.

Le Premier ministre Macron, Gabriel Attal, a appelé à « ne pas voter pour le Front national ». | Ludovic Marin/Getty Images

Le signe le plus clair de cordon sanitaire La rupture est venue de l’allié de Macron et ancien Premier ministre Edouard Philippe, qui a explicitement appelé les électeurs à s’opposer également au Rassemblement national et à la France insoumise.

« Alors que la gauche a fait de Macron son grand adversaire, et que Mélenchon et Macron se livrent depuis des mois une immense bataille politique, il est difficile de ressusciter le cordon sanitaire« , a déclaré Bruno Jeanbart, sondeur d’OpinionWay. « Nous ne savons pas non plus si cela fera une différence auprès des électeurs. » Jeanbart a ajouté que les électeurs centristes s’abstiennent souvent lorsqu’ils ont le choix entre l’extrême gauche et l’extrême droite.

Les candidats qualifiés pour le second tour ont jusqu’à mardi soir pour décider s’ils se retireront de la course ou s’ils continueront à se battre. Dimanche soir, il est apparu que dans de nombreuses circonscriptions, le troisième candidat le mieux placé se retirait pour aider un adversaire à battre le Rassemblement national.

Cela signifie que les estimations de sièges pour l’extrême droite étaient « déjà dépassées » car elles étaient basées sur les scrutins du second tour avant que les candidats ne commencent à se retirer, selon Brice Teinturier, directeur de l’institut de sondage Ipsos, s’exprimant sur BFMTV.

Le Rassemblement national a déclaré qu’il ne tenterait pas de former un gouvernement s’il n’obtient pas la majorité absolue au Parlement. Dimanche, Le Pen a insisté sur le fait que Bardella ne deviendrait Premier ministre que si le Rassemblement national avait le soutien du Parlement. Traditionnellement, le président français nomme un Premier ministre issu du plus grand groupe parlementaire de l’Assemblée nationale.

« Sans majorité claire, il y aura toujours de vieux féodaux, une inertie volontaire et des manœuvres politiques qui feront échouer la véritable alternative dont le pays a besoin », a déclaré Le Pen lors d’un événement de campagne à Hénin-Beaumont, dans l’est du pays.

Des milliers de Français se sont rassemblés sur la place de la République à Paris pour protester contre l’extrême droite. | L’Observatoire de l’Europe

Pour obtenir la majorité absolue, Marine Le Pen aurait dû conclure un accord avec les députés du parti conservateur Les Républicains. Mais l’alliance pré-électorale de Marine Le Pen avec le chef de file des Républicains Eric Ciotti a déclenché une vive réaction de la part des poids lourds du parti.

Si les élections aboutissent à un Parlement sans majorité, le projet politique de Macron pourrait mettre un peu plus de temps à mourir.

Laisser un commentaire

19 − dix-huit =