Macron a tort de penser que le parapluie nucléaire français peut protéger l'Europe

Martin Goujon

Macron a tort de penser que le parapluie nucléaire français peut protéger l’Europe

Dans un passage clé de son récent discours à la Sorbonne, le président français Emmanuel Macron a insisté sur le fait que la Russie ne devait absolument pas gagner sa guerre d’agression contre l’Ukraine. Pour faire face à la menace posée par les armes nucléaires du président russe Vladimir Poutine, il a soutenu que l’Europe avait besoin de sa propre défense nucléaire. Et sur ce front, a-t-il ajouté, la France pourrait jouer un rôle essentiel.

Quel pourrait être exactement le rôle de la France, Macron ne l’a pas précisé. Dans une interview ultérieure, il est cependant revenu sur ce thème, faisant référence au prochain sommet de la Communauté politique européenne qui se tiendra au Royaume-Uni, et s’est engagé à mener un débat approfondi sur la manière dont la dissuasion nucléaire française pourrait contribuer à la sécurité européenne. Il a dit espérer finaliser cette discussion « dans les mois à venir ».

La question est : Macron pourrait-il faire allusion à quelque chose de similaire à la politique britannique ?

Le Royaume-Uni est également un État doté de l’arme nucléaire, mais contrairement à la France, il a déjà exposé sa politique concernant l’utilisation de sa dissuasion nucléaire pour défendre ses alliés.

Les ogives nucléaires du Royaume-Uni sont montées sur des missiles Trident lancés par des sous-marins de la classe Vanguard, censés être indétectables lors des patrouilles. Et l’un de ces sous-marins est toujours en mer, prêt à lancer ses missiles nucléaires si on le lui ordonne.

Il est presque inconcevable que la Grande-Bretagne utilise ses armes nucléaires en cas d’attaque contre un allié de l’OTAN plutôt que contre le Royaume-Uni lui-même. | André Nesterenko/Getty Images

Les ogives britanniques sont à haut rendement, chacune ayant une force explosive 6 fois plus destructrice qu’Hiroshima. Ils sont conçus pour détruire les villes ennemies en guise de représailles à une attaque nucléaire contre le Royaume-Uni. Mais comme l’objectif général est de dissuader un ennemi de lancer une attaque nucléaire en premier lieu, si jamais on en arrivait là, l’exercice aurait échoué.

Le Royaume-Uni a « déclaré » ou « affecté » ses armes nucléaires à la défense de l’OTAN depuis 1962, même si le Premier ministre du pays reste seul à contrôler ces armes. Selon le gouvernement britannique : « Nous n’envisagerions d’utiliser nos armes nucléaires que dans des circonstances extrêmes d’autodéfense, y compris la défense de nos alliés de l’OTAN (c’est nous qui soulignons). »

Pourtant, rares sont ceux qui croient sérieusement que le Royaume-Uni lancerait réellement des missiles nucléaires contre des villes russes si Moscou avait d’abord attaqué un allié de l’OTAN et non directement le Royaume-Uni.

D’une part, si la Russie pensait que le Royaume-Uni avait lancé une attaque nucléaire contre ses villes, elle riposterait très probablement en lançant une attaque similaire contre le Royaume-Uni. De plus, le simple fait qu’un sous-marin Vanguard lance un missile Trident risquerait de révéler sa position. — des informations qui pourraient donner aux forces russes la possibilité de le détruire. Et comme le Royaume-Uni ne disposerait probablement que d’un seul sous-marin nucléaire en mer, il pourrait finir par sacrifier sa capacité à répondre ou à dissuader une attaque nucléaire sur ses propres côtes.

Ainsi, quelle que soit la politique officielle du Royaume-Uni, il est presque inconcevable que la Grande-Bretagne utilise ses armes nucléaires en cas d’attaque contre un allié de l’OTAN plutôt que contre le Royaume-Uni lui-même. Les missiles nucléaires Trident peuvent constituer un moyen de dissuasion efficace contre les frappes nucléaires contre le Royaume-Uni, mais ils n’offrent que peu de protection à ses alliés.

La France, quant à elle, possède plus d’armes nucléaires que le Royaume-Uni, la plupart de ses ogives étant déployées dans ses sous-marins de la classe Le Triomphant, et d’autres sur des porte-avions ou des avions terrestres. Cependant, la France n’a jamais « déclaré » ni « assigné » ses armes nucléaires à l’OTAN. Les armes nucléaires françaises sont là pour défendre seule la France, et jusqu’à récemment, les gouvernements français n’ont jamais prétendu le contraire.

Pour bien comprendre ce que Macron voulait dire dans son discours à la Sorbonne, il faut rappeler son discours à l’Elysée de 2020, où il évoquait l’utilisation des armes nucléaires françaises. Dans cette déclaration, Macron a laissé entendre que la France pourrait les utiliser pour défendre ses alliés européens. Il a déclaré que la dissuasion nucléaire était un gardien de dernier recours des intérêts vitaux du pays, mais il a également ajouté que ces intérêts avaient désormais une dimension européenne.

Malgré le style quelque peu delphique de ces discours, Macron semble avoir suggéré une copie conforme de la politique britannique. Il a bien entendu raison de « sentir le café » en ce qui concerne les risques pour la défense européenne qui résulteraient du désengagement américain. L’un des risques serait que la Russie puisse dominer ses alliés européens non dotés d’armes nucléaires en menaçant ou en utilisant des armes nucléaires tactiques dans tout conflit.

La doctrine russe actuelle considère que les armes nucléaires tactiques (ou sur le champ de bataille) à faible puissance sont « un moyen contrôlable d’obtenir des résultats sur le champ de bataille et de mettre fin aux hostilités ». Selon des documents russes récemment divulgués, même la perte de moyens militaires conventionnels, tels que des aérodromes, dans un conflit pourrait déclencher une réponse nucléaire tactique de la part de la Russie. Et il y a quelques semaines à peine, le Kremlin a annoncé des exercices tactiques d’armes nucléaires pour améliorer leur préparation au combat.

Il s’agit d’une réponse claire aux commentaires formulés par Macron et le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron. Cameron avait déclaré que c’était à l’Ukraine de décider si elle utilisait les armes données par le Royaume-Uni pour atteindre des cibles en Russie, et Macron avait évoqué la possibilité que les troupes de l’OTAN combattent en Ukraine.

Mais dans l’état actuel des choses, la France ne dispose pas de ses propres armes nucléaires tactiques pour fournir une réponse limitée ou graduée à l’utilisation de telles armes par la Russie – peut-être la raison pour laquelle Macron a exclu toute utilisation de ces armes sur le champ de bataille, ainsi que toute réponse graduée à l’utilisation de ces armes par la Russie. agression nucléaire, dans son discours de 2020.

Dans l’état actuel des choses, la France ne dispose pas de ses propres armes nucléaires tactiques pour fournir une réponse limitée ou graduée à l’utilisation de telles armes par la Russie. | Matthieu Delaty et Hans Lucas/Getty Images

Sans les États-Unis, l’Europe n’aurait tout simplement pas de réponse concrète à l’utilisation d’armes nucléaires tactiques par la Russie. Et bien qu’elle dispose d’un arsenal nucléaire plus important que celui du Royaume-Uni, ce serait le principal facteur qui empêcherait la France de lancer une frappe nucléaire contre la Russie pour défendre ses alliés. La Russie ne croirait tout simplement pas que la France lancerait des frappes nucléaires contre ses villes en réponse à des frappes nucléaires tactiques de la Russie, par exemple sur des bases militaires dans les pays baltes.

Les parapluies nucléaires de la France et de la Grande-Bretagne sont bien réels – mais la vérité est qu’ils sont seulement assez larges pour couvrir la France et le Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

quatorze − 4 =