Actor Toby Jones stars as Alan Bates in Mr Bates vs The Post Office.

Jean Delaunay

M. Bates contre La Poste : le pouvoir extraordinaire des séries télévisées pour créer le changement

Une série télévisée en quatre parties, axée sur un scandale de la Poste britannique, a démontré l’énorme pouvoir du docudrame en matière de sensibilisation. En une semaine, le gouvernement a modifié sa politique alors que le tollé général s’intensifiait face à des cas réels impliquant des centaines de personnes confrontées à des allégations de fraude erronées.

Entre 2000 et 2014, plus de 900 postiers britanniques se sont retrouvés pris au piège dans un réseau obscur de fausses accusations, injustement accusées de vol, de fraude et de fausse comptabilité.

Les conséquences ont été désastreuses : certains ont été emprisonnés, d’autres ont plongé dans les dettes financières et ont été aux prises avec la faillite et, tragiquement, plusieurs se sont suicidés.

Ce qui est apparu plus tard, c’est que le véritable coupable était un système informatique comptable défectueux appelé Horizon, fourni par la société technologique japonaise Fujitsu, installé dans les succursales des bureaux de poste locaux en 1999.

Cette épreuve a depuis été qualifiée de « l’une des plus grandes erreurs judiciaires de l’histoire de notre nation ».

Malgré une enquête de deux ans, une large couverture médiatique et des années de campagne, ce n’est que cette année que les horreurs du scandale ont atteint le statut d’indignation nationale.

Alors que le moment des comptes se préparait depuis longtemps, il a été dynamisé par un docudrame télévisé ITV en quatre parties diffusé le 1er janvier.

La série intitulée, M. Bates contre la postea non seulement captivé l’attention du public, mais a également servi de catalyseur à l’action du gouvernement, incitant les législateurs à réagir rapidement face au tollé général.

Porter le scandale de la Poste sur le petit écran

Les acteurs photographiés sur une affiche du drame d'ITV
Les acteurs photographiés sur une affiche du drame d’ITV « Mr Bates vs the Post Office »

Écrit par Gwyneth Hughes, nominée aux Golden Globes, et réalisé par BroadchurchDe James Strong, la série semi-fictionnelle dépeint la quête incessante de justice menée par le directeur de la succursale, Alan Bates, pendant près de deux décennies.

En tant qu’ancien sous-maître de poste, Bates (brillamment interprété à l’écran par Toby Jones) a joué un rôle central dans la révélation du scandale et la création de la Justice for Subpostmasters Alliance (JFSA) en 2009.

Le premier épisode se déroule de manière assez similaire à celui d’un Miroir noir. On nous montre les défis pénibles auxquels sont confrontés les sous-maîtres de poste dans diverses régions du Royaume-Uni, interprétés par un brillant casting de visages reconnaissables, d’Adam James, Shaun Dooley à Julie Hesmondhalgh et Alex Jennings.

Alors que les travailleurs luttent contre les anomalies du système informatique Horizon, ils tombent entre les mains de la Poste, qui, plutôt que de se lancer dans une enquête sur les causes profondes de ces problèmes, choisit de rejeter la faute sur le sous-système. maîtres de poste.

Monica Dolan incarne Jo Hamilton dans
Monica Dolan incarne Jo Hamilton dans « Mr Bates vs The Post Office »

Il convient particulièrement de noter le portrait émouvant que fait Monica Dolan de Jo Hamilton, une commerçante et sous-maître de poste, bien-aimée dans son pittoresque village du Hampshire. Dans une scène poignante, alors qu’elle est au téléphone avec la ligne d’assistance Horizon, elle voit l’écart qu’elle a signalé doubler sous ses yeux. Elle perd 4 000 £ en un seul clic. Et comme le souligne l’émission, elle est tenue entièrement responsable de cette perte selon les termes de son contrat avec la Poste.

C’est une montre difficile et déchirante. La série parvient à transmettre avec force le fardeau mental des victimes et les complexités du système judiciaire, les longues procédures administratives et les incertitudes du pouvoir. Vous ressentez la détresse de chaque personnage alors qu’il se rend compte que les chiffres ne s’additionnent tout simplement pas.

Mais l’expérience visuelle n’est pas seulement stressante ; cela suscite également un profond sentiment de colère. Vous êtes témoin des atroces magouilles de la Poste, qui a choisi de tromper les victimes en présentant à tort leurs plaintes comme des cas isolés et en envoyant leur vie dans une spirale descendante.

Et même si condenser plus de 20 ans d’une affaire complexe en un drame de quatre heures n’est pas une mince affaire, la série réussit à offrir une télévision engageante et accessible.

Un catalyseur de changement

Les logos du bureau de poste sont affichés à Londres, le mercredi 10 janvier 2024.
Les logos du bureau de poste sont affichés à Londres, le mercredi 10 janvier 2024.

M. Bates contre la poste a dépassé les attentes d’ITV. L’émission est devenue la nouvelle série dramatique la plus regardée de la chaîne de diffusion depuis plus d’une décennie, surpassant le lancement de Downton Abbey en 2010, et a atteint une audience moyenne de 9,8 millions par épisode.

Et l’impact du drame a dépassé le simple public ; cela a galvanisé l’action.

Après la sortie de l’émission, plus d’un million de personnes ont signé une pétition en ligne appelant l’ancienne directrice générale du bureau de poste, Paula Vennells (interprétée dans la série par Lia Williams), à perdre son titre de Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique qu’elle a reçu en 2018. a depuis déclaré qu’elle renoncerait à cet honneur.

En outre, le Premier ministre britannique Rishi Sunak s’est depuis engagé à introduire une législation sans précédent pour « exonérer et indemniser rapidement les victimes ».

« C’est l’une des plus grandes erreurs judiciaires de l’histoire de notre pays », a-t-il déclaré.

Le pouvoir du drame

Qui a bombardé Birmingham ?  (1990)
Qui a bombardé Birmingham ? (1990)

La réponse de M. Bates contre la poste est la preuve du pouvoir extraordinaire du docudrame pour créer un lien avec le public et susciter des changements significatifs.

Comme l’a expliqué la scénariste de la série, Gwyneth Hughes, au Guardian, le drame consiste « à tendre la main à travers la scène ou à travers l’écran, à vous attraper à la gorge et à dire : souciez-vous de moi. Et quand ça marche, c’est incroyablement puissant. , il a été mis au service de cet événement terrible de l’histoire de notre pays. Si vous voulez vraiment attirer l’attention des gens, racontez-leur une histoire. Et dans ce cas-ci, une histoire vraie.

M. Bates contre la poste rejoint désormais les rangs des docudrames passés qui ont attiré l’attention du public et poussé les politiciens à agir.

Un précédent notable est celui de l’écrivain politique Chris Mullin et du producteur Ian McBridge. Qui a bombardé Birmingham ?, un drame de 1990 qui revient sur l’arrestation des Six de Birmingham, qui, en 1975, ont été condamnés à perpétuité pour leur implication présumée dans les attentats à la bombe dans les pubs de l’IRA. Le docudrame détaillait méticuleusement à la fois les failles des preuves médico-légales contre les hommes et les nombreux abus physiques et psychologiques auxquels ils avaient été soumis. Un an plus tard, grâce à une visibilité accrue, les six condamnations ont été annulées.

De même, la pièce télévisée de Ken Loach de 1966 Cathy rentre à la maisona sensibilisé davantage à l’itinérance et à la crise du logement, et a conduit à des discussions à la Chambre des communes et à la création de l’association caritative pour les sans-abri Shelter.

Alors que le scandale de la Poste se poursuit et que des centaines de personnes concernées n’ont toujours pas reçu l’indemnisation qui leur est due,M. Bates contre la poste a indéniablement accéléré le cours de la justice.

Comme M. Bates Le réalisateur James Strong a fait remarquer sur BBC Radio Bristol : « Il est vraiment important que le théâtre montre ce genre d’histoires, il est vraiment important que nous les dramatisons. »

« Le pouvoir est là, nous devons donc faire plus. »

Laisser un commentaire

seize − 12 =