Tackling homelessness in Europe: a more

Milos Schmidt

Lutter contre le sans-abrisme en Europe : une approche plus « radicale »

Dans cet épisode de Real Economy, le journaliste d’L’Observatoire de l’Europe Paul Hackett découvre comment fournir aux sans-abri un logement comme point de départ plutôt que comme objectif final, transforme la vie et devient rapidement une solution à long terme.

Selon les données nationales, le sans-abrisme en Espagne a augmenté de 25 pour cent au cours de la dernière décennie. De telles statistiques ont contraint les autorités et les ONG à trouver une nouvelle méthode pour lutter contre le sans-abrisme.

La solution proposée est étonnamment simple : donner un logement à chaque personne vivant dans la rue. Développée pour la première fois aux États-Unis, l’initiative connue sous le nom de Housing First est de plus en plus adoptée en Europe.

Contrairement aux approches traditionnelles, elle n’exige pas que les individus répondent à certains critères avant de bénéficier d’une aide au logement. L’idée est que les personnes sans abri ont plus de chances de se créer un avenir meilleur s’ils ont d’abord un toit au-dessus de leur tête.

Carlos Martínez Carrasco a vécu plusieurs années dans la rue en Espagne avant qu’une initiative Housing First ne lui fournisse un appartement dans la banlieue de Madrid.

Il a déclaré à Real Economy que l’appartement a changé sa vie à tous points de vue : « Je ne manque plus des choses que l’on fait quand on est dans la rue et je peux cuisiner. Je n’ai pas besoin de trouver un moyen de laver les vêtements. .. Je peux sortir l’esprit tranquille en sachant que j’ai un endroit où revenir. Je suis très heureux aujourd’hui. »

Housing First considère le logement comme un droit et non comme une récompense, comme le prévoit le principe 19 du socle européen des droits sociaux. Il stipule :

  • l’accès au logement social ou à une aide au logement devrait être assuré à ceux qui en ont besoin
  • les personnes vulnérables ont droit à une assistance et une protection appropriées contre les expulsions forcées
  • Un hébergement et des services adéquats devraient être offerts aux personnes et aux familles sans abri afin de promouvoir l’inclusion sociale.

Deux ONG, Provivienda et Hogar Si, cogèrent plusieurs initiatives de logement d’abord en Espagne, dont celle qui a offert à Carlos un logement à Madrid. Financé par la municipalité de Madrid (Comunidad de Madrid) à travers le Fonds social européen, ce projet continue de bénéficier d’un taux d’occupation et de rétention de 100 %.

Gema Callardo, directrice générale de Provivienda, a déclaré à Real Economy : « Les fonds européens (FSE+) sont principalement utilisés pour mettre en œuvre des initiatives innovantes et des solutions innovantes pour le sans-abrisme, et sont également utilisés pour augmenter le stock de logements sociaux et abordables. Deux solutions fondamentales pour réduire le sans-abrisme en Espagne.

Que peut faire l’UE pour inverser la tendance croissante du sans-abrisme ?

Chaque État membre de l’UE s’est engagé à consacrer au moins 25 pour cent de ses ressources du FSE+ à la lutte contre l’inclusion sociale et au moins 3 pour cent à la lutte contre le dénuement matériel.

La Plateforme européenne de lutte contre le sans-abrisme travaille également dur pour apporter des changements tandis que le Housing First Europe Hub, créé en 2016 par la Y-Foundation finlandaise et la FEANTSA, cherche à donner un logement à chaque personne vivant dans la rue.

Au moment où l’Europe met des centaines de milliards d’euros sur la table pour relancer l’économie, nous pensons qu’une toute petite partie de cet argent devrait également être utilisée pour lutter contre cette exclusion extrême (le sans-abrisme), pour rendre nos sociétés plus inclusives.

Yves Letermé

Plateforme européenne de lutte contre le sans-abrisme et ancien Premier ministre de Belgique

Yves Leterme, ancien Premier ministre belge et président du comité directeur de la Plateforme européenne de lutte contre le sans-abrisme, estime que les États membres peuvent apprendre les uns des autres : « (Nous devons) rassembler les États membres et convenir du type d’outils politiques que nous doivent être utilisés en fonction de leurs expériences – parce que certains États membres ont réussi à résoudre ce problème avec beaucoup de succès, tandis que d’autres sont à la traîne. »

Les progrès dans le contexte économique actuel ne seront pas faciles, mais les faits montrent qu’avec des politiques et des incitations appropriées, le changement est possible.

Pour le rapport complet de Paul, cliquez sur la vidéo dans le lecteur multimédia ci-dessus.

Laisser un commentaire

4 + 20 =