Lutte contre la biopiraterie : un entrepreneur éthiopien relance la culture du teff pour préserver son patrimoine ancestral

Jean Delaunay

Lutte contre la biopiraterie : un entrepreneur éthiopien relance la culture du teff pour préserver son patrimoine ancestral

Le teff est l’ingrédient vedette de la cuisine éthiopienne, mais cette céréale est également victime de la biopiraterie, c’est-à-dire l’exploitation contraire à l’éthique des connaissances indigènes et des ressources biologiques. Dans cet épisode, nous rencontrons Yonas Alemu, un homme qui s’engage à inverser cette tendance en modernisant la production de teff.

« Le fait que nous soyons laissés pour compte. Et que l’Éthiopie, ses agriculteurs et sa communauté ne bénéficient pas du tout du teff est quelque chose que nous ne devrions pas accepter. Et personnellement, je ne peux pas accepter ». Yonas Alemu est un entrepreneur éthiopien engagé : aider les agriculteurs éthiopiens à bénéficier de la commercialisation du teff, la plus petite céréale du monde, originaire de la Corne de l’Afrique.

Dans cet épisode, nous nous sommes rendus en Éthiopie pour rencontrer Alemu et en savoir plus sur la façon dont son entreprise de transformation de teff, Lovegrass, lutte contre la biopiraterie – la pratique consistant à exploiter les connaissances indigènes sans autorisation appropriée.

De l’entrepôt de Lovegrass aux champs de teff, nous avons exploré les défis auxquels les Éthiopiens sont confrontés dans la production de cette culture indigène et exploré les solutions possibles. Et comme toujours, la gastronomie locale a joué un rôle clé dans notre voyage. Cette fois, nous avons dégusté du chechebsa, un plat de petit-déjeuner éthiopien à base de teff.

Yonas Alemu et son combat contre la biopiraterie

« Quand j’étais enfant, j’ai grandi dans une famille d’agriculteurs en Ethiopie, cultivant du teff », raconte Alemu, lors de notre rencontre dans son usine Lovegrass, non loin d’Addis-Abeba, la capitale de l’Ethiopie.

Dans les années 80, Alemu quitte sa famille pour poursuivre ses études en Europe et finit par travailler dans la finance. En 2015, une prise de conscience soudaine a changé le cours de sa vie : « Le teff devenait de plus en plus populaire dans les supermarchés britanniques, mais pas un seul kilo ne provenait d’Éthiopie. Il se développait en fait en Amérique, en Afrique du Sud, en Espagne et en Australie ».

Suad Ahmed pour Euronews Culture
« Quand j’étais enfant, j’ai grandi dans une famille d’agriculteurs en Ethiopie, cultivant du teff », raconte Alemu, lors de notre rencontre dans son usine Lovegrass.

Ce phénomène est également connu sous le nom de biopiraterie, un concept sous-exploré que l’avocat Patrik Agejo, spécialisé en droit privé et en biopiraterie, décrit comme : « l’exploitation et la commercialisation de ressources biologiques sans compensation pour le propriétaire initial de ces plantes ».

Cette dynamique favorise généralement les pays occidentaux au détriment des pays marqués par l’instabilité politique et économique, comme l’Éthiopie.

En 2003, après avoir mené des recherches avec l’État éthiopien, une entreprise néerlandaise dépose un brevet controversé pour la farine de teff. En 2020, à la suite d’un procès intenté par le gouvernement éthiopien, la licence de l’entreprise a été invalidée.

Malgré cette victoire, il n’existe aucune réglementation internationale sur la biopiraterie. Ce manque de cadre juridique menace la capacité des agriculteurs éthiopiens à exploiter commercialement leurs cultures indigènes. C’est pourquoi Yonas Alemu s’est engagé à renforcer la production de teff.

Notre mission est de faire en sorte que le teff devienne l’un des ingrédients qui aident l’Éthiopie dans sa lutte contre la pauvreté.

Même si l’Éthiopie est aujourd’hui le principal fournisseur de teff, la culture reste quelque peu sous-exploitée : « Il existe un potentiel pour obtenir jusqu’à 3,2 tonnes (de teff) par hectare. Actuellement, la productivité au niveau national n’est que de 1,8 tonne par hectare », explique Taye Tadesse, expert de l’Institut éthiopien de recherche agricole.

Les raisons de cette production limitée sont structurelles : les agriculteurs éthiopiens dépendent des bœufs et des vaches pour les récoltes et ont rarement accès à des machines et à des variétés de céréales pouvant être cultivées plus facilement. Et Alemu, grâce à son enfance dans une famille d’agriculteurs, est conscient des conditions difficiles dans lesquelles les parents doivent travailler.

Suad Ahmed pour Euronews Culture
Un agriculteur éthiopien plante du teff.

«Nous grandissons en connaissant le kachi kachi, la pierre que nous ressentons lorsque nous mangeons notre injera (pain plat à base de teff)», explique Alemu. « Ce qui se passe, c’est que les vaches marchent dessus s’il est au sol. Et lorsque les agriculteurs récupèrent le teff, le sable fin entre dans l’emballage ».

Cela entrave la capacité des agriculteurs éthiopiens à vendre leurs produits sur le marché, et c’est là qu’intervient Lovegrass. L’entreprise collabore avec trois fermes en grappe (groupes d’agriculteurs travaillant ensemble), en leur proposant des formations et des variétés de semences pouvant être plantées à l’aide de machines.

« Nous prenons tous ces différents engagements pour garantir que les agriculteurs puissent produire davantage et avoir la capacité de valoriser ce qu’ils produisent », explique le PDG.

L’année dernière, les agriculteurs de Lovegrass ont récolté 2 tonnes de teff et cette année, Alemu s’attend à un résultat encore meilleur.

Chechebsa – Goûtez le petit-déjeuner typiquement éthiopien

Pour mieux comprendre comment est produit le teff, nous avons rencontré Yasinu et Keyria, deux agriculteurs récoltant le teff de manière traditionnelle : avec des bœufs. Ils nous ont préparé du chechebsa, un plat traditionnel éthiopien, généralement consommé au petit-déjeuner.

Suad Ahmed pour Euronews Culture
Keyria, le fermier, tient une assiette de chechebsa faite maison.

Ingrédients pour 2 personnes

250 gr de teff

un verre d’eau

une cuillère à café de sels

Préparation

Mélanger les ingrédients en une pâte épaisse

déposer la pâte sur un moule et l’étirer

Une fois le pita cuit, coupez-le en morceaux et placez-le dans un bol.

mélangez-le avec du beurre

Ajoutez du berbère et du yaourt

Apprécier!

Si vous avez envie de plus de recettes et d’histoires sur les ingrédients indigènes africains, écoutez les 10 premiers épisodes de notre série.

Laisser un commentaire

trois + vingt =