European Parliament

Jean Delaunay

L’Union européenne a-t-elle les ressources à la hauteur de ses ambitions ?

Les appels à réformer les institutions pour rendre l’UE plus efficace, plus démocratique et mieux adaptée aux défis contemporains se multiplient.

Quinze ans se sont écoulés depuis la dernière mise à jour d’un traité de l’Union européenne.

Signé en 2007 et entré en vigueur depuis 2009, le traité de Lisbonne a clarifié la répartition des compétences entre l’UE et ses États membres, a donné à l’UE sa propre personnalité juridique et a prévu pour la première fois une procédure formelle pour le retrait d’un État membre de l’UE. l’Union.

Depuis lors, l’élargissement est l’une des raisons régulièrement avancées par les partisans d’une réforme des institutions, des traités et du budget de l’UE, mais elle est loin d’être la seule. La guerre en Ukraine, la transition numérique et énergétique, la lutte contre le changement climatique et les inégalités sociales, autant de défis mondiaux qui nécessitent que l’UE dispose d’une plus grande capacité d’action, selon la Fondation européenne d’études progressistes dans son rapport « UE Traités : pourquoi ils ont besoin de changements ciblés ».

L’élargissement et la réforme interne ont été régulièrement à l’ordre du jour des institutions européennes ces dernières années. Fin novembre, le Parlement européen a donné son feu vert à des propositions visant à réformer les traités européens. Lors du sommet de Grenade début octobre, la présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen, a également appelé à l’élargissement de l’UE sans attendre une modification des traités. Les citoyens ont également formulé des recommandations et des propositions sur l’avenir de l’Union lors de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, une série de débats organisés entre 2021 et 2022.

Concrètement, quelles propositions de réforme ont été avancées ? Comment seraient-ils adoptés ? Voici sept domaines clés de réforme.

1. Prise de décision et élargissement

Tout d’abord, les députés demandent des changements dans les mécanismes de vote au sein du Conseil. Afin d’éviter un blocage des institutions, ils prônent la généralisation du vote à la majorité qualifiée dans tous les domaines où l’unanimité est encore requise.

Actuellement, la majorité qualifiée est atteinte lorsqu’au moins 55 % des États membres (soit 15 sur 27) votent pour et lorsque ces États membres représentent au moins 65 % de la population de l’UE.

Dans plusieurs domaines politiques, nous devons passer de l’unanimité au vote à la majorité qualifiée, sinon nous serons paralysés. C’est le cas dans l’action extérieure. C’est le cas de la politique fiscale. C’est également le cas en matière de politique sociale.

Maria João Rodrigues

Président de la Fondation européenne d’études progressistes

Les députés réclament également un système plus bicaméral qui renforcerait le rôle du Parlement et un renversement des rôles actuels dans l’élection du président de la Commission : à l’avenir, le Parlement proposerait le président de la Commission et le Conseil. les approuverait.

Afin de préparer les institutions européennes à l’élargissement, le « Groupe des Douze », groupe de travail franco-allemand sur les réformes institutionnelles, préconise l’abolition du droit de veto dans le domaine des affaires étrangères, le maintien d’un nombre maximum de 751 députés et l’extension du pouvoir de veto. format du trio à cinq présidences au Conseil de l’UE.

2. Paix et sécurité

La guerre en Ukraine a également mis en lumière « l’étendue et les limites du pouvoir de l’Union européenne », affirme la Fondation européenne d’études progressistes dans son rapport. Alors que les États membres ont déployé une série de sanctions contre la Russie et apporté un soutien économique, militaire et humanitaire à l’Ukraine, la guerre a démontré leur incapacité à anticiper cette crise, leur dépendance à l’égard des États-Unis pour leur propre défense et leur dépendance aux importations de gaz russe. .

Nous sommes confrontés à un contexte international différent et l’Europe doit accroître sa capacité de défense, pour soutenir l’Ukraine.

Maria João Rodrigues

Président de la Fondation européenne d’études progressistes

Les députés européens proposent donc la création d’une union de défense dotée de capacités militaires.

3. Consolider l’État de droit

L’une des principales faiblesses de l’Union européenne a été, ces dernières années, son incapacité à protéger l’État de droit dans tous les États membres.

Daniela Schwarzer

Membre du conseil d’administration de la Fondation Bertelsmann

La défense de l’État de droit et de la légitimité démocratique de l’UE pourrait être renforcée par des réformes institutionnelles. À cette fin, les auteurs du rapport « Navigating the High Seas: EU Reform and Enlargement in the 21st Century » recommandent d’augmenter la conditionnalité budgétaire et d’améliorer l’article 7 du Traité sur l’Union européenne (TUE), qui accorde le droit de vote à un État membre dans le Conseil soit suspendu s’il ne respecte pas les valeurs fondamentales telles que la démocratie, l’État de droit et les droits de l’homme.

La Commission européenne a déclenché l’article 7 pour la première fois en 2017 contre la Pologne, alors que Varsovie envisageait une réforme menaçant l’indépendance du pouvoir judiciaire. En 2018, la Hongrie a été visée par la même procédure suite à des inquiétudes concernant l’indépendance du pouvoir judiciaire, la liberté d’expression, la corruption et les droits des minorités. Conditionné à un vote unanime moins un seul vote au Conseil, l’article 7 n’a jamais abouti.

« L’article 7 n’a pas fonctionné simplement parce que si un pays est accusé d’enfreindre ces règles, il suffit qu’un autre pays bloque une décision prise à son encontre. La Hongrie et la Pologne se sont protégées mutuellement à plusieurs reprises ces dernières années. ans », explique Daniela Schwarzer, membre du conseil d’administration de la Fondation Bertelsmann.

4. Changement climatique

Le traité sur le fonctionnement de l’UE fait déjà référence à la protection de l’environnement. En outre, les députés ont demandé que la réduction du réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité soient ajoutées aux objectifs de l’Union. La Fondation européenne d’études progressistes propose également d’introduire une nouvelle compétence exclusive pour l’UE en matière de politique internationale de lutte contre le changement climatique, ce qui permettrait à l’Union de négocier d’une seule voix les règles environnementales.

L’Europe doit jouer un rôle clé dans l’amélioration de la gouvernance mondiale face au changement climatique.

Maria João Rodrigues

Président de la Fondation européenne d’études progressistes

5. Transition énergétique

La flambée des prix de l’énergie suite à la guerre en Ukraine a mis en évidence la dépendance de certains pays européens vis-à-vis du gaz russe.

Les députés européens proposent la création d’une Union européenne de l’énergie intégrée pour garantir un approvisionnement énergétique stable, abordable et durable pour les Européens. Cette stratégie repose sur cinq piliers : la sécurité énergétique, un marché intérieur intégré de l’énergie, l’efficacité énergétique, la décarbonation de l’économie, ainsi que la recherche et l’économie.

Il serait très utile de renforcer davantage l’Union européenne dans le domaine des achats d’énergie. Une plateforme gazière commune est donc une très bonne idée, mais on peut faire davantage.

Daniela Schwarzer

Membre du conseil d’administration de la Fondation Bertelsmann

6. Transition numérique

Le traité de Lisbonne ne fait aucune mention du terme « numérique ». De nombreux experts insistent donc sur la nécessité d’actualiser le texte.

Il faut donc se demander comment, par le biais de réglementations, ainsi que par la mise à disposition de ses propres infrastructures et plateformes numériques publiques, l’Europe peut contribuer à créer un espace numérique mondial sûr, car l’avenir est bien sûr numérique à bien des égards.

Daniela Schwarzer

Membre du conseil d’administration de la Fondation Bertelsmann

L’Union européenne a déjà adopté des textes importants sur les questions numériques. Le Digital Markets Act (DMA), par exemple, encadre l’activité économique des principales plateformes numériques telles que YouTube, Facebook, Amazon et Microsoft dans l’Union européenne. Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) protège les données personnelles des utilisateurs. Selon les auteurs du rapport « Les traités de l’UE : pourquoi ils ont besoin de changements ciblés », les questions numériques devraient être une compétence partagée entre l’UE et les États membres, afin de garantir l’accès à Internet, le droit à la déconnexion, l’éducation numérique, le droit de vivre sans avoir besoin des technologies numériques et le droit à un environnement sûr.

7. Santé

Enfin, la pandémie de COVID-19 a mis en évidence la nécessité d’une coordination et d’une coopération à l’échelle européenne dans le domaine de la santé.

Une crise sanitaire par définition transnationale, qui ne s’arrête pas aux frontières, nécessite une action commune.

Daniela Schwarzer

Membre du conseil d’administration de la Fondation Bertelsmann

Un espace européen des données de santé, un accès équitable aux soins de santé au sein de l’UE, l’achat groupé de vaccins et de médicaments, la gestion des maladies rares et le développement de médicaments orphelins ne sont que quelques-uns des biens publics qui pourraient être développés. Autant de biens publics qui pourraient être développés à l’échelle européenne si les compétences de l’UE étaient étendues, selon la Fondation européenne d’études progressistes.

D’un autre côté, certains opposants à de telles réformes estiment que ces pouvoirs devraient être dévolus aux États membres et réclament une plus grande souveraineté nationale. D’autres considèrent parfois que des modifications des traités sont inutiles car les textes autorisent déjà certaines de ces mesures.

Comment les traités sont-ils modifiés ?

1. Procédure de révision ordinaire

Le gouvernement d’un État membre, le Parlement européen et la Commission européenne peuvent soumettre une proposition de modification des traités au Conseil de l’Union européenne (composé des ministres des gouvernements des États membres).

Le gouvernement d’un État membre, le Parlement européen et la Commission européenne peuvent soumettre une proposition de modification des traités au Conseil de l’Union européenne (composé des ministres des gouvernements des États membres).

Le Conseil de l’Union européenne soumet à son tour ces propositions au Conseil européen (composé des chefs d’État ou de gouvernement des États membres), dont le président peut choisir de convoquer une Convention.

Une conférence des représentants des gouvernements des États membres est ensuite convoquée par le président du Conseil européen pour adopter par consensus les amendements proposés aux traités. Ces amendements doivent ensuite être ratifiés par tous les États membres.

2. Procédure de révision simplifiée

Le traité de Lisbonne crée une procédure simplifiée pour modifier les politiques et actions internes de l’UE.

Cette procédure évite la nécessité de convoquer la Convention et la Conférence des Représentants.

Les amendements aux traités doivent être ratifiés par tous les États membres.

3. Clauses passerelles

Les clauses passerelle sont une deuxième procédure de révision simplifiée utilisée dans deux scénarios.

Pour les actes législatifs adoptés par le Conseil de l’UE à l’unanimité, le Conseil européen peut autoriser les Conseils à statuer à la majorité qualifiée.

Pour les actes législatifs adoptés par le Conseil de l’UE selon une procédure législative spéciale, le Conseil européen peut autoriser le recours à la procédure législative ordinaire.

Laisser un commentaire

3 × trois =