Lula réprimande l'UE pour avoir proféré des "menaces" lors des pourparlers pour débloquer l'accord commercial avec le Mercosur

Jean Delaunay

Lula réprimande l’UE pour avoir proféré des « menaces » lors des pourparlers pour débloquer l’accord commercial avec le Mercosur

Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a critiqué l’Union européenne pour avoir formulé des exigences environnementales lors des négociations d’un accord de libre-échange.

Une série d’exigences de pré-ratification pour se conformer à l’accord de Paris, protéger la biodiversité et faire respecter les normes du travail ont été présentées dans une lettre que la Commission européenne a envoyée plus tôt cette année. aux quatre pays qui composent le groupe Mercosur : Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay.

Le départ de Bruxelles visait à s’appuyer sur l’élan politique injecté par la victoire électorale de Lula et à sortir de l’impasse de l’accord de libre-échange UE-Mercosur, au point mort depuis longtemps. L’accord mammouth est en préparation depuis plus de 20 ans et se heurte toujours à la résistance de certains gouvernements européens, comme la France, l’Autriche et l’Irlande, qui ont exprimé leurs inquiétudes concernant la déforestation dans la forêt amazonienne et la concurrence posée par les produits agricoles à faible coût fabriqués en Amérique Latine.

« L’Europe a joué une carte agressive. La lettre que l’Europe a écrite au Mercosur était une lettre qui menaçait de sanctions si nous ne respections pas certaines exigences environnementales », a déclaré Lula mercredi matin, lors d’une conférence de presse.

« Deux partenaires stratégiques ne discutent pas des menaces. Nous discutons des propositions. »

Le président a insisté sur le fait que son pays n’avait pas besoin de prouver ses références vertes à Bruxelles, car le Brésil obtient déjà plus de 80% de sa production d’électricité à partir de sources renouvelables, un taux que la plupart des États européens ont encore un long chemin à parcourir pour atteindre.

« Nous n’acceptons pas la lettre supplémentaire de l’Union européenne. Il est impossible de concevoir parmi des partenaires historiques comme nous que quelqu’un écrive une lettre aussi menaçante », a déclaré Lula aux journalistes.

« Nous n’avons pas de problème. Nous préparons une réponse et nous pensons que l’Union européenne acceptera sereinement notre réponse. Je pense que la lettre européenne supplémentaire était peut-être l’œuvre de quelqu’un qui pensait qu’en faisant pression sur nous, nous donner. »

Lula a déclaré que la contre-proposition rédigée par son gouvernement serait envoyée à Bruxelles dans « deux ou trois semaines » une fois que le Mercosur aura approuvé le texte.

« Vous prenez un pays comme la France », a poursuivi le président, développant son argumentation.

« La France est très attachée à la protection de ses produits agricoles, de ses petites et moyennes exploitations agricoles, de ses volailles, de ses légumes, de ses fromages, de son lait et de ses vins. De même que la France a le droit souverain de défendre bec et ongles son patrimoine productif, nous devons aussi défendre les nôtres. La richesse de la négociation, c’est que quelqu’un doit céder.

La Commission européenne n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires. Sa présidente, Ursula von der Leyen, a juré conclure l’accord avant la fin de l’année, un calendrier que Lula partage également.

« Je suis très optimiste », a déclaré le dirigeant brésilien. « Pour la première fois, je suis très optimiste sur le fait que nous allons conclure cet accord cette année. »

L’agresseur et l’agressé

Les commentaires de Lula font suite à un sommet de deux jours à Bruxelles entre les 27 membres de l’Union européenne et les 33 membres de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), le premier du genre depuis huit ans.

« Le Brésil retrouve le plaisir de faire de la politique internationale. Le Brésil retrouve son rôle de premier plan », a déclaré Lula, qualifiant la réunion de « vraiment réussie » et « extraordinaire ».

Le sommet a abordé un large éventail de sujets, tels que le développement durable, les matières premières critiques, la lutte contre le changement climatique, la sécurité régionale, les droits du travail et l’égalité des sexes. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a également fait partie des discussions, mais plutôt que de rapprocher les deux parties, la question n’a fait que révéler la fracture politique entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud.

Dans les jours qui ont précédé le sommet, les diplomates européens ont poussé à un langage fort de condamnation de la guerre d’agression du Kremlin, ce que certains pays d’Amérique latine considéraient avec scepticisme en raison de leurs liens commerciaux avec la Russie et de leur volonté de maintenir une politique étrangère indépendante .

Après des heures effrénées de négociations, les deux parties se sont entendues sur deux paragraphes qui expriment « une profonde préoccupation face à la guerre en cours contre l’Ukraine » et appellent à une « paix juste et durable ».

La Russie, l’agresseur, n’est à aucun moment mentionnée nommément.

Malgré la douceur du langage, le Nicaragua, l’un des rares alliés qu’il reste à Moscou sur la scène mondiale, a refusé d’entériner les conclusions communes.

« Nous discutions de la vision de 60 pays. Et, par conséquent, les gens doivent comprendre que tout le monde ne sera pas d’accord avec tout le monde, tout le monde n’a pas la hâte, la même vision des choses », a déclaré Lula. « Je pense que la rencontre avec l’Ukraine s’est tenue au bon moment. Il n’y avait rien que nous ne sachions déjà. »

Lula, dont les commentaires explosifs sur l’invasion avaient auparavant semé la consternation parmi les alliés occidentaux, a déclaré que la communauté internationale devait « convaincre la Russie et l’Ukraine que la paix est la meilleure voie à suivre », un commentaire qui semblait mettre les deux belligérants sur le même plan.

« Pour l’instant, ni (Volodymyr) Zelenskyy ni (Vladimir) Poutine ne veulent parler de paix parce que chacun pense qu’il va gagner. Mais nous voyons une certaine fatigue : le monde se lasse de cette guerre », a déclaré Lula. « Ensuite, le temps viendra où il y aura la paix et il faudra qu’il y ait un groupe de pays capables de parler à la Russie et à l’Ukraine. »

Interrogé pour savoir si le retrait des troupes russes du territoire ukrainien devait être une condition préalable aux pourparlers de paix, Lula a donné une autre réponse ambivalente.

« Le retrait fait partie de l’accord de paix », a-t-il déclaré, sans faire explicitement référence à l’armée russe. « Le condition sine qua non parler de paix, c’est arrêter la guerre. Tant que les gens tireront, il n’y aura pas de pourparlers. Et c’est ce qui se passe. »

Laisser un commentaire

quatre × cinq =