Mykola Solskyi, Ukraine

Jean Delaunay

L’Ukraine n’est « pas entièrement satisfaite » du nouvel accord céréalier de l’UE, mais peut le faire fonctionner, déclare le ministre de l’Agriculture

L’Ukraine n’est « pas entièrement satisfaite » du dernier accord céréalier conclu par les pays de l’UE, mais elle peut le faire fonctionner, a déclaré le ministre de l’Agriculture du pays.

Dans un compromis trouvé mercredi soir, les États membres ont convenu de durcir le régime de libre-échange avec l’Ukraine en élargissant la liste des « produits sensibles » pouvant être soumis à des droits de douane, qui comprend désormais la volaille, les œufs, le sucre, l’avoine, le maïs et les gruaux. et chérie.

L’accord renforce la surveillance des tendances du marché pour permettre le recours à des « mesures correctives », un terme vague qui ouvre la porte à des interdictions au niveau national.

Au total, on estime que ces ajustements feront perdre à Kiev 86 millions d’euros supplémentaires, en plus des 240 millions d’euros prévus dans la proposition initiale.

Mais pour Mykola Solskyi, ministre ukrainien de la politique agraire et de l’alimentation, les nouvelles ne sont pas aussi mauvaises que les gros titres pourraient le suggérer.

« C’est un compromis entre de nombreux pays, y compris mon pays, l’Ukraine. Nous comprenons tous qu’il s’agit d’une situation unique en raison de la guerre que nous traversons actuellement », a déclaré Solskyi à L’Observatoire de l’Europe dans une interview.

« Honnêtement, bien sûr, nous ne sommes pas entièrement satisfaits. Nous aimerions d’autres conditions pour la poursuite de cet accord. Mais en même temps, nous voulons vous dire ‘merci’ pour ces opportunités de commerce à nouveau », a-t-il ajouté.

« Nous comprenons que lorsque vous discutez d’un compromis, personne ne peut être pleinement satisfait. Il est donc plus ou moins possible de poursuivre les échanges commerciaux dans une situation aussi difficile. »

Solskyi a approuvé la prévision de 330 millions d’euros de pertes économiques pour le pays, mais a noté qu’il était « difficile » de calculer un montant précis en raison de la trajectoire toujours changeante de l’agression russe, qui peut entraver davantage la capacité commerciale du pays.

« Nous sommes actuellement dans une situation de guerre. Personne ne sait ce qui peut arriver demain », a-t-il déclaré.

L’année dernière, l’UE a été plongée dans un débat tendu sur les produits agricoles ukrainiens, que le bloc a exemptés de droits de douane et de quotas pour soutenir l’économie de ce pays déchiré par la guerre. Le régime spécial a été vivement contesté par les agriculteurs de Pologne, de Hongrie, de Slovaquie, de Roumanie et de Bulgarie, qui estiment que ces produits représentent une concurrence déloyale, font baisser les prix et occupent trop de place dans le stockage.

Actuellement, la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie ont mis en place des interdictions unilatérales pour restreindre le flux de céréales ukrainiennes, malgré les appels répétés de Bruxelles et de Kiev.

« Le secteur agricole a toujours été et sera toujours très sensible dans la plupart des pays d’Europe », a déclaré le ministre.

« Pas de temps pour les émotions »

Les tentatives diplomatiques visant à résoudre ce conflit qui dure depuis un an ont donné jusqu’à présent des résultats mitigés.

La Pologne, sous le nouveau gouvernement de Donald Tusk, un homme politique qui s’est déclaré pro-européen, a maintenu les interdictions pour contenir la colère des agriculteurs et des camionneurs, qui ont organisé des blocus le long de la frontière.

Varsovie a montré sa volonté de parvenir à une solution durable avec Kiev et les deux parties ont tenu jeudi une réunion de haut niveau, que Solskyi a qualifiée de « sérieuse et honnête », même si aucune avancée n’a été annoncée.

Les autorités polonaises ont proposé un système de licences pour contrôler les flux agricoles et ont suggéré que le transit du blé et du maïs ukrainiens pourrait cesser à compter du 1er avril. Une telle décision serait douloureuse pour Kiev, car la Pologne constitue la principale route vers l’Europe occidentale.

« Notre opinion est qu’il est impossible d’interdire » le transit, a déclaré Solskyi. « Nous comprenons qu’il y a beaucoup d’émotions autour de ces questions mais l’heure n’est pas aux émotions. »

Alors que la réaction contre les produits alimentaires ukrainiens s’est concentrée en Europe de l’Est, les dernières semaines ont montré un changement de mentalité en France, pays qui a rejoint l’année dernière une lettre dénonçant les interdictions polonaises, hongroises et slovaques. Aujourd’hui, Paris prévient que la perturbation des marchés risque d’éroder le soutien du public à l’Ukraine et qu’une action plus ferme est nécessaire.

Lors des dernières négociations sur le libre-échange, la France s’est jointe à la Pologne pour faire pression en faveur d’un amendement clé : la sauvegarde automatique permettant d’appliquer des droits de douane sur les « produits sensibles » s’ils dépassent les niveaux moyens de 2022-2023 devait être prolongée jusqu’en 2021.

En ajoutant à l’équation une année d’avant-guerre, la coalition souhaitait réduire le seuil et faciliter la réduction des droits de douane. La France et la Pologne ont également exigé une liste plus longue de « produits sensibles » pour couvrir le blé, un produit largement vendu.

« Nous comprenons le gouvernement français, comme d’autres gouvernements qui subissent la pression des agriculteurs », a déclaré Solskyi. « La France est très agraire. Ils ont beaucoup d’agriculteurs là-bas. Ils s’intéressent beaucoup à ce domaine. C’est pourquoi ils sont très sensibles aux discussions sur la volaille et les œufs. »

Le compromis trouvé mercredi excluait le blé mais prolongeait la période de référence au deuxième semestre 2021, une demi-victoire pour le camp pro-restrictions.

« Je ne pense pas que cela arrivera très bientôt », a déclaré le ministre à propos de la probabilité de droits de douane. « Bien sûr, ce n’est pas ce que nous voulons. Mais nous avons beaucoup plus de capacités. »

Tout au long de son entretien, Solskyi s’est montré confiant que les tensions agricoles de longue durée seraient maîtrisées en 2024, à mesure que les entreprises ukrainiennes retourneraient progressivement sur leurs marchés « traditionnels » d’Asie et d’Afrique et réduiraient donc leurs échanges avec les clients européens.

« Nous sommes en guerre et tout peut changer. C’est pourquoi tout le monde veut être très prudent avec les règles européennes. Mais, à mon avis, il y a beaucoup moins de risques », a-t-il déclaré.

A la question de savoir si la solidarité européenne avec l’Ukraine va diminuer ou augmenter dans les mois à venir, Solskyi a répondu : « J’espère qu’elle sera au moins la même ».

Laisser un commentaire

17 + 13 =