Technicians of Ukrainian mobile telephone network operator Kyivstar, deliver jerrycans with fuel to a phone tower on the outskirts of Kyiv, Ukraine, 2022.

Jean Delaunay

L’Ukraine fait face à une facture d’après-guerre de 4,38 milliards d’euros pour restaurer l’industrie des télécommunications paralysée par les attaques russes

Il faudra 10 ans et des milliards d’euros pour réparer les infrastructures vitales du réseau de télécommunications en Ukraine, affirment les responsables.

L’Ukraine estime qu’elle aura besoin de 4,67 milliards de dollars (4,38 milliards d’euros) sur 10 ans pour réparer une victime négligée mais coûteuse de l’invasion russe en cours : son réseau de télécommunications.

Stanislav Prybytko, directeur général de la direction du haut débit mobile au ministère ukrainien de la Transformation numérique, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next dans une série d’estimations que la Russie a détruit plus de 4 300 stations de base mobiles et un quart des réseaux Internet du pays depuis février 2022.

Le réseau de fibre optique du pays a également été touché, avec plus de 30 000 km de câbles répartis dans toute l’Ukraine endommagés ou détruits lors des combats jusqu’à présent.

« La guerre continue et les pertes augmentent chaque jour qui passe », a déclaré Prybytko à L’Observatoire de l’Europe Next.

« Les communications électroniques sont l’un des domaines stratégiques et les plus importants pour le fonctionnement de l’État… toute panne ou défaillance dans ce secteur a des conséquences critiques pour toutes les sphères de l’existence de la population ».

Où se produit la plupart des pertes

La Banque mondiale a estimé les dommages causés au secteur des télécommunications à 2,1 milliards de dollars (1,97 milliard d’euros) dans un rapport de décembre 2023 consulté par L’Observatoire de l’Europe Next, mais a confirmé le chiffre de Prybytko concernant les besoins globaux.

En effet, le plan de reconstruction de l’Ukraine comprendrait non seulement la réparation physique des infrastructures de télécommunications, mais également le « renforcement des capacités en matière de cybersécurité et dans d’autres domaines ».

Ces dommages aux infrastructures de communication critiques, poursuit le rapport, ont augmenté de 29 % entre 2022 et 2023.

Le rapport de la Banque mondiale révèle que les dommages causés aux télécommunications ne sont pas ressentis de la même manière dans tout le pays, ni selon la personne qui fournit ces services.

Quarante-cinq pour cent des dommages totaux au réseau sont ressentis par les opérateurs de haut débit fixe, suivis de près par les opérateurs de téléphonie mobile avec 43 pour cent.

Le reste est réparti entre la poste et les radiodiffuseurs.

Les opérateurs de Lifecell et Vodafone Ukraine, deux des trois sociétés de télécommunications « principales » opérant dans le pays, ont déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next que jusqu’à présent, leurs entreprises ont été en mesure d’assumer les coûts liés à leurs réseaux endommagés, mais ne pourront pas le faire. donc si la guerre continue indéfiniment.

Vodafone a déjà dépensé 2 milliards de hryvnia (47 millions d’euros) pour réparer plus de 900 de ses sites endommagés, mais un représentant de la société a précédemment déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next que les dégâts pourraient valoir le double.

Une situation similaire chez Lifecell, où au moins 1 000 sites ont été réparés depuis le début de l’invasion au prix de 150 millions de dollars (138 millions d’euros) provenant des bénéfices propres de l’entreprise.

Pour les petits prestataires, le tableau est beaucoup moins positif.

Environ 720 fournisseurs de services mobiles et Internet « ont subi des pertes substantielles » au cours de la guerre, a déclaré Prybytko, et près d’une centaine d’entre eux sont au bord de la faillite.

La zone la plus touchée par les dégâts causés aux télécommunications est à égalité entre l’oblast de Donetska et l’oblast de Kharkivska avec 17 pour cent chacun, selon le rapport de la Banque mondiale.

Les régions de l’oblast de Zaporizka, de l’oblast de Khersonska et de l’oblast de Kyivska ont également été durement touchées, représentant toutes entre 11 et 13 pour cent du total des dommages causés aux infrastructures de télécommunications du pays.

Prybytko a déclaré que les estimations restent les plus fiables dont dispose le gouvernement, mais qu’elles pourraient ne pas refléter les dégâts déjà causés au cours des premiers mois de 2024.

« Extrêmement difficile » d’atteindre les zones occupées d’Ukraine

Prybytko et les estimations de la Banque mondiale n’incluent que les dégâts observés dans les zones occupées non russes.

Prybytko, ainsi que Lifecell et Vodafone, ont déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next qu’il était « extrêmement difficile » d’évaluer les dégâts dans les zones du pays occupées par la Russie.

La Russie occupe une partie des régions ukrainiennes de Donetsk, Kherson, Louhansk, Mykolaïv et Zaporizhzhya ainsi que l’île de Crimée.

« La première chose que font les Russes après avoir occupé les villes ukrainiennes est de priver les gens de communication », a déclaré Prybytko.

«Souvent, ils détruisent ou sapent complètement l’infrastructure des télécommunications ou emportent du matériel en Russie».

Des ingénieurs sont régulièrement envoyés sur les lignes de front de l’effort de guerre ukrainien avec seulement un casque et une petite trousse de premiers secours pour réparer les stations de base mobiles touchées par les bombardements russes, ont déclaré Lifecell et Vodafone à L’Observatoire de l’Europe Next.

Leur personnel n’est envoyé sur place que lorsqu’il est jugé suffisamment sûr pour le faire. À certaines occasions, les deux fournisseurs ont déclaré que leur personnel avait été intégré aux forces de défense nationale ukrainiennes pour effectuer leurs réparations dans des zones dangereuses.

Prybytko a déclaré qu’il sera difficile de restaurer les télécommunications à leur niveau d’avant-guerre tant que « les conditions ne seront pas réunies pour une vie sûre des consommateurs et des fournisseurs de services ».

Pourtant, la Banque mondiale estime qu’environ 12 % de tous les foyers ukrainiens ont perdu leur connexion au service mobile : un problème, note le rapport, qui « affecte non seulement les communications personnelles, mais également les services essentiels et les activités économiques ».

« La décentralisation nous sauve »

Malgré ce que Prybyto appelle des « bombardements constants », il a déclaré qu’il souhaitait que les alliés de l’Ukraine sachent que le gouvernement et les prestataires privés travaillent ensemble pour maintenir les citoyens connectés.

Le gouvernement a donné l’exemple de Kharkiv, où, selon lui, 80 pour cent des stations de base mobiles de la ville sont toujours opérationnelles même si « presque toutes les infrastructures énergétiques critiques sont presque détruites » par les récentes attaques russes.

« Cela est possible, en partie, parce que les sociétés d’exploitation se sont préparées à l’avance aux pannes, ont acheté des générateurs et mis en place des équipes techniques pour travailler dans des conditions critiques », a déclaré Prybytko.

Dès le premier jour de la guerre, Prybytko a déclaré que son ministère, les régulateurs des télécommunications du pays et les fournisseurs individuels avaient uni leurs forces pour garantir que les Ukrainiens puissent rester connectés. Cela signifie que les opérateurs mobiles partagent leurs tours de téléphonie cellulaire, leurs générateurs et même leurs bases sont détruites.

Les trois principaux opérateurs du pays ont également supprimé l’itinérance nationale dès le début de l’invasion, afin que les clients puissent rester connectés à un réseau ou à un autre.

L’Ukraine comble les lacunes de ce service de télécommunications privées avec d’autres types de communication, a déclaré Prybytko.

L’Ukraine est également l’un des plus grands utilisateurs de Starlink de SpaceX, une série de satellites spatiaux qui transmettent des signaux radio aux utilisateurs sur Terre, avec 47 000 unités utilisées par le pays, selon Prybytko.

« Si l’Internet fixe tombe en panne en raison d’une panne de courant, la communication mobile est utile, et vice versa », a déclaré Prybytko.

«Et si les occupants russes détruisent complètement les réseaux traditionnels, la communication par satellite Starlink vient à la rescousse.

«(Cette) décentralisation nous sauve».

Dans certains cas, dit Prybytko, le secteur des télécommunications est même en croissance.

Au cours de la deuxième année de l’invasion, le gouvernement a déclaré avoir installé l’accès à Internet dans plus de 5 000 centres éducatifs, 3 500 écoles maternelles et 571 établissements de santé.

L’un de leurs objectifs cette année, a déclaré Prybytko, est d’ouvrir des zones Wi-Fi gratuites dans les bibliothèques, les écoles et les centres de services. Un nouveau projet pilote pour les réseaux 5G pourrait suivre.

L’Ukraine s’efforce également de rendre son domaine des communications électroniques « plus transparent » en vue de son « intégration éventuelle dans l’Union européenne », a déclaré Prybytko.

Il s’agit de la deuxième partie d’une série de deux volets examinant l’impact de l’invasion russe sur les télécommunications ukrainiennes en difficulté. Lisez la première partie ici.

Laisser un commentaire

3 − deux =