L'UE prend position contre les résidus pharmaceutiques dans les eaux usées

Jean Delaunay

L’UE prend position contre les résidus pharmaceutiques dans les eaux usées

À Uppsala, en Suède, un projet pilote innovant visant à débarrasser l’eau des polluants fait des vagues.

Chaque année, la station d’épuration d’Uppsala traite environ 20 millions de mètres cubes d’eaux usées. Un cocktail de puissants polluants – résidus de médicaments contre la dépression, l’inflammation, l’anxiété et l’hypertension artérielle – a été détecté dans l’eau.

« Nous parlons de nanogrammes par litre. C’est donc un niveau très bas. Mais certaines de nos substances prioritaires pourraient déjà avoir un effet négatif sur l’environnement aquatique à ces niveaux très bas », déclare Anna Maria Sundin, ingénieure en développement chez Uppsala Vatten. .

Euronews
Station d’épuration d’Uppsala, Suède

Ces résidus pharmaceutiques peuvent gravement affecter les organes internes et les cycles de reproduction des poissons et des amphibiens. Le projet pilote de la station d’épuration d’Uppsala vise à résoudre ce problème en éliminant au moins 80 % de cinq de ces substances nocives.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, le projet utilise des technologies complexes telles que le charbon actif et l’échange d’anions. Cependant, ceux-ci présentent des défis importants en raison des propriétés variées des composés. Sundin déclare: « Les différents composés de différentes substances ont des propriétés chimiques et physiques différentes. Et cela affecte l’efficacité de l’élimination. »

L’urgence des technologies d’élimination améliorées ne peut être surestimée, en particulier compte tenu de l’ampleur mondiale du problème. On estime que 4 000 ingrédients pharmaceutiques actifs sont utilisés dans les médicaments dans le monde, et jusqu’à 90 % des doses orales peuvent être excrétées par notre corps sous forme de substances actives.

Ce problème persistant s’étend bien au-delà de la Suède. Stefan Berggren, directeur du Centre suédois de connaissances sur les produits pharmaceutiques dans l’environnement, explique : « L’un des problèmes est qu’ils sont très résistants à la décomposition dans le corps… ils atteindront l’environnement en tant que substance assez persistante ».

Ce problème a attiré l’attention de la Commission européenne, qui a proposé de renforcer l’évaluation des risques environnementaux pour toutes les entreprises pharmaceutiques mettant leurs médicaments sur les marchés de l’UE. Elle envisage même de refuser l’autorisation de mise sur le marché lorsque les entreprises ne fournissent pas d’évaluations complètes ou suffisamment étayées.

Euronews
Centre suédois de connaissances sur les produits pharmaceutiques dans l’environnement

Elin Engdahl, responsable des politiques à la Société suédoise pour la conservation de la nature, estime qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction, mais appelle à de nouvelles actions. « Nous devons essayer de verdir le secteur de la santé. Maintenant, l’industrie pharmaceutique développe davantage de produits pharmaceutiques verts ; ils sont plus biologiques, ils peuvent se dégrader plus facilement. Mais ils sont aussi plus chers », dit-elle.

Le projet pilote à Uppsala se terminera en 2024, mais la quête pour atténuer l’impact environnemental des résidus pharmaceutiques dans notre eau se poursuit. En tirant parti des technologies de pointe et en menant des politiques qui encouragent les pratiques durables, nous pouvons espérer protéger nos écosystèmes aquatiques pour les générations futures.

Dans sa proposition de directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires, la Commission s’emploie également à réduire l’impact environnemental des médicaments en étendant un régime de responsabilité qui s’applique également aux développeurs de produits pharmaceutiques.

Laisser un commentaire

dix-neuf − trois =