L’UE peut-elle devenir une puissance géopolitique efficace au Moyen-Orient ?

Jean Delaunay

L’UE peut-elle devenir une puissance géopolitique efficace au Moyen-Orient ?

Compte tenu des tensions croissantes et de la concurrence internationale dans une région très instable, si l’UE cherche à devenir un acteur fort dans la région MENA, elle doit défendre ses valeurs par des actions concrètes et non par des déclarations contradictoires, écrivent Assem Dandashly et Christos Kourtelis.

Au cours des trois dernières décennies, les efforts de l’Union européenne pour façonner le cadre de son voisinage méridional n’ont cessé de croître.

Depuis le lancement du Partenariat euro-méditerranéen en 1995 et de la Politique européenne de voisinage (PEV) en 2004 jusqu’à l’Union pour la Méditerranée en 2008, la conviction dominante parmi les décideurs politiques à Bruxelles était que fournir un soutien à la fois financier et technique permettrait à l’UE de utiliser son pouvoir normatif pour persuader ses voisins d’accepter ses valeurs.

Les progrès dans le domaine du libre-échange ont aidé l’UE à intégrer davantage les économies du sud de la Méditerranée dans le marché de l’UE et à faire progresser certaines de ses normes et règles.

Pourtant, les événements du Printemps arabe au début des années 2010 ont révélé les limites de l’UE dans la promotion de ses normes et valeurs démocratiques dans la région.

Les révisions de la PEV et l’accent mis sur une démocratie profonde et une croissance inclusive ont montré que l’UE avait pris conscience de ses erreurs antérieures en matière de politique étrangère.

Il avait également le potentiel de devenir la référence que les populations du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) attendaient pour un changement positif dans la région.

Cependant, la réémergence de la politique de sécurité de l’UE axée sur la stabilité a conduit à des compromis dans la promotion de la démocratie et des droits de l’homme, comme en témoignent le traitement réservé aux migrants et aux demandeurs d’asile de la région MENA au cours de la dernière décennie et la faible réponse des autorités. le Service européen pour l’action extérieure contre les revers démocratiques en Tunisie et en Égypte.

Exiger d’être vu ne suffit pas

Pourtant, l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie l’année dernière a poussé l’UE à faire preuve de plus d’assurance et de cohésion dans son voisinage.

La guerre a apparemment permis de faire progresser davantage la politique étrangère et de sécurité du bloc en quelques mois qu’au cours des dernières décennies.

Le dernier conflit entre le Hamas et Israël est apparu comme une nouvelle opportunité pour Bruxelles de démontrer ce que le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré avec audace : « l’éveil de l’Europe géopolitique ».

L’émergence d’une Europe géopolitique efficace ne peut se faire en exigeant simplement d’être reconnue comme une véritable puissance ou en emboîtant le pas aux États-Unis.

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, attend le début d'une réunion du Conseil d'association UE-Israël au bâtiment du Conseil de l'UE à Bruxelles, en octobre 2022.
Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, attend le début d’une réunion du Conseil d’association UE-Israël au bâtiment du Conseil de l’UE à Bruxelles, en octobre 2022.

Cependant, l’émergence d’une Europe géopolitique efficace ne peut pas se faire en exigeant simplement d’être reconnue comme une véritable puissance ou en emboîtant le pas aux États-Unis.

Sans une identité de défense commune, l’UE ne peut pas agir comme une puissance au sens traditionnel et sa réponse à l’attaque du Hamas du 7 octobre a jusqu’à présent érodé ses propres valeurs.

En plus de cela, il a mis en péril les initiatives diplomatiques visant à étendre son influence dans la région MENA au sens large. En conséquence, la stratégie actuelle de l’UE (ou son absence) a eu plusieurs conséquences.

De simples mots ne forceront pas à repenser

Premièrement, cela a compromis le potentiel de l’UE à jouer le rôle de pivot du processus de médiation visant à résoudre le conflit.

Bien que les décideurs politiques de l’UE aient bien fait de dénoncer l’attaque du Hamas, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, n’a publié qu’une brève déclaration lors de sa visite en Israël, dans laquelle elle soutenait « le droit d’Israël à se défendre contre les terroristes du Hamas, dans le plein respect des principes humanitaires internationaux ». loi. ».

De telles déclarations ne suffisent manifestement pas à prévenir ou à arrêter la mort d’Israéliens et de Palestiniens innocents, car une action plus ferme est nécessaire.

Le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le dirigeant palestinien Yasser Arafat se serrent la main pour marquer la signature de l'accord de paix à Washington, septembre 1993.
Le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le dirigeant palestinien Yasser Arafat se serrent la main pour marquer la signature de l’accord de paix à Washington, septembre 1993.

Lorsque Washington a négocié l’accord intérimaire du Sinaï entre Israël et l’Égypte en 1975, le président américain Gerald Ford a refusé de signer de nouveaux contrats d’armement avec Israël jusqu’à ce que ce dernier fasse des concessions significatives.

Cela a envoyé un signal clair au gouvernement israélien de l’époque : il n’avait pas carte blanche de la part d’acteurs internationaux importants pour mener sa politique au Moyen-Orient. De la même manière, l’UE (avec les États-Unis) pourrait aujourd’hui utiliser sa puissance commerciale pour obtenir des résultats géopolitiques et forcer toutes les parties prenantes à réévaluer leurs politiques.

Une politique étrangère unique est nécessaire

Deuxièmement, l’UE a montré un déficit fondamental de cohérence tant verticale qu’horizontale, comme lors de presque toutes les crises récentes de la région MENA.

Le problème actuel est que le manque de coordination ne permet pas à l’UE de s’impliquer collectivement dans la diplomatie internationale.

Si l’UE souhaite renforcer son influence géopolitique et faire progresser les efforts internationaux en faveur d’une paix à long terme dans la région, l’uniformité politique est cruciale.

Les troupes de l'ONU gardent les tentes où les chefs d'état-major israéliens et égyptiens se réunissent pour discuter de la séparation de leurs forces respectives pendant la guerre du Yom Kippour, janvier 1974.
Les troupes de l’ONU gardent les tentes où les chefs d’état-major israéliens et égyptiens se réunissent pour discuter de la séparation de leurs forces respectives pendant la guerre du Yom Kippour, janvier 1974.

L’histoire récente des relations euro-méditerranéennes offre d’importantes leçons pour aujourd’hui.

Après la guerre du Yum Kippour, déclenchée par une attaque surprise d’une coalition d’États arabes le jour du Grand Pardon le 6 octobre 1973, les hommes politiques européens ont démontré leur capacité à comprendre les menaces sécuritaires que l’escalade de la violence dans la région faisait peser sur l’Europe.

Une coordination efficace entre Paris, Londres et Bonn a conduit à une politique étrangère distincte de celle des États-Unis. Cette stratégie a élargi la présence de la CEE dans la région MENA à travers le dialogue euro-arabe, même si les efforts diplomatiques de l’Europe pour résoudre le conflit ont diminué au cours des années suivantes.

Défendre les valeurs de l’UE par des actions concrètes

Troisièmement, l’approche de l’UE face à la crise actuelle peut sérieusement nuire à son image auprès des sociétés civiles arabes méditerranéennes.

Des enquêtes ont démontré que les citoyens des pays arabes de la Méditerranée continuent de faire preuve de confiance à l’égard de Bruxelles, même si la gestion de la crise migratoire et les réactions de l’UE au coup d’État militaire en Égypte et aux crises libyenne et syrienne suscitent des critiques de plus en plus sévères au sein de la communauté internationale. dernières années.

L’idée selon laquelle les institutions occidentales sont incapables de proposer des solutions à cette crise sapera la coopération indispensable dans la mise en œuvre de nombreux programmes de développement de l’UE avec les acteurs locaux, qui seront plus enclins à rechercher le soutien d’autres donateurs hostiles aux valeurs et aux politiques géopolitiques de l’UE. objectifs.

Compte tenu des tensions croissantes et de la concurrence internationale dans une région très instable, si l’UE cherche à devenir un acteur efficace dans la région MENA, elle doit le faire en défendant ses valeurs par des actions concrètes et non par des déclarations contradictoires.

Jusqu’à présent, les appels à l’auto-confinement et au soutien humanitaire apparaissent comme le plus petit commun dénominateur et ne signalent pas que l’UE a la capacité ou la volonté d’agir comme une véritable puissance géopolitique.

Laisser un commentaire

quatre × un =