L’UE ne peut espérer une unité tant qu’elle n’aura pas résolu le problème de Schengen

Jean Delaunay

L’UE ne peut espérer une unité tant qu’elle n’aura pas résolu le problème de Schengen

Une chaîne est aussi solide que son maillon le plus faible, comme dit le proverbe, et Bruxelles ne peut se permettre un manque d’unité ou de cohérence en matière de libre circulation. Si un pays mérite de faire partie de Schengen, il doit y être autorisé, écrit Cristian Gherasim.

Nous sommes en 2023, et le monde semble assis sur une poudrière sur le point d’exploser, et l’heure n’est pas à l’ambiguïté et aux détails.

Pourtant, l’Union européenne traîne les pieds dans la résolution de l’un des principes les plus controversés mais fondamentaux qui sous-tendent son existence : la libre circulation de ses citoyens.

L’accord de Schengen est au cœur de ce principe, la zone abolissant tous les types de contrôles aux frontières mutuelles pour pas moins de 23 de ses États membres.

Cependant, au fil des années, l’accord qui a vu le jour en 1985 et n’a cessé de s’étendre à mesure que le bloc grandissait, est devenu une pomme de discorde entre certains en raison de deux questions principales : une clause du traité qui permet aux États membres de réintroduire temporairement les contrôles aux frontières, et le processus d’élargissement de l’espace Schengen qui exige un vote unanime de tous les États membres.

Les conditions générales stipulées dans les accords de Schengen finissent parfois par être mal utilisées, la politique jouant un rôle important, et la question de l’ouverture des frontières peut rapidement devenir un sujet de discussion majeur en campagne électorale.

Qui suspend Schengen et pourquoi ?

À la suite des élections régionales en Allemagne, la coalition des « feux tricolores » au pouvoir a décidé de paraître dure à l’égard de l’immigration en rétablissant les contrôles aux frontières avec la Pologne et la République tchèque, affirmant que cela faisait partie d’une campagne visant à mettre fin au trafic d’êtres humains.

La Slovénie a également intensifié la surveillance à la frontière avec la Croatie, invoquant des problèmes d’immigration clandestine. Notamment, un an après son entrée en fonction, le parti libéral au pouvoir à Ljubljana a plongé dans les sondages – et il devient clair que l’idée derrière cette décision est que jouer la carte de l’immigration pourrait contribuer à inverser la tendance.

Le parti populiste Smer, qui a remporté les récentes élections législatives en Slovaquie, réclame désormais des contrôles aux frontières avec la Hongrie en invoquant l’immigration.

Les voitures traversent la frontière de Rupa entre la Croatie et la Slovénie sans interruption, janvier 2023
Les voitures traversent la frontière de Rupa entre la Croatie et la Slovénie sans interruption, janvier 2023

Le parti populiste polonais PiS espérait également s’accrocher au pouvoir en instaurant des contrôles aux frontières avec la Slovaquie sur la question de l’immigration. Même s’il n’a pas réussi à former le nouveau gouvernement, le PiS devrait toujours être une voix anti-immigration forte au parlement national et européen.

À cela s’ajoutent également des inquiétudes exprimées par le Danemark et la Suède, les deux pays du nord qui ont également décidé de rétablir les contrôles aux frontières après les récents incendies du Coran.

La récente attaque terroriste à Bruxelles – qui aurait été déclenchée par l’incendie du Coran en Suède – et la violente incursion du Hamas en Israël le 7 octobre ont également incité la Première ministre italienne Giorgia Meloni à assumer l’entière responsabilité du rétablissement des contrôles aux frontières avec la Slovénie, citant des inquiétudes. d’un nouvel extrémisme violent.

Qu’est-ce que cela signifie pour les candidats à l’adhésion et qu’est-ce que l’UE risque de perdre ?

Pourquoi la Bulgarie et la Roumanie sont-elles laissées pour compte ?

L’une des questions les plus controversées de ces dernières années liées à Schengen est le blocage de l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’espace sans frontières par l’Autriche et les Pays-Bas.

L’argument néerlandais en faveur du maintien de la Bulgarie à l’écart tournait autour de la présence du crime organisé et de la corruption dans ce pays des Balkans, membre de l’UE depuis 2007.

Cependant, la Bulgarie et la Roumanie ont toutes deux mis en œuvre avec succès le mécanisme de coopération et de vérification et, selon la Commission européenne, les deux pays ont réalisé des progrès dans la lutte contre la corruption et dans la réforme judiciaire. Pour la Bulgarie, cela signifiait également de nouveaux espoirs d’adhésion à l’espace Schengen.

Au cours des dernières années, la Commission européenne et le Parlement européen ont déclaré à plusieurs reprises que les deux pays remplissaient les conditions pour devenir membres de Schengen et ont exhorté tous les États membres à voter pour leur adhésion.

Des musiciens de rue jouent en plein air à Sofia, octobre 2011
Des musiciens de rue jouent en plein air à Sofia, octobre 2011

Au cours des dernières années, la Commission européenne et le Parlement européen ont déclaré à plusieurs reprises que les deux pays remplissaient les conditions pour devenir membres de Schengen et ont exhorté tous les États membres à voter pour leur adhésion.

Pourtant, l’Autriche – qui n’a pas de frontière avec la Roumanie – a justifié son veto en affirmant que le pays était un point d’entrée pour les migrants en Autriche et dans l’UE. Tout cela, même si, selon Frontex, la Roumanie, tout comme le reste de la frontière orientale du bloc, ne représente pas un risque migratoire majeur.

Cet été, le Parlement européen a publié un communiqué de presse soulignant le fardeau économique que le maintien des deux pays en dehors de Schengen fait peser sur les entreprises et les populations, contribuant à l’augmentation des prix des marchandises et des voyages.

Il est intéressant de noter que le Parlement européen estime également que l’entrave à la libre circulation des marchandises entre les États membres européens accroît la pollution et constitue un fardeau supplémentaire pour les objectifs de neutralité climatique de l’UE.

Il y a toujours place à l’amélioration

Mais tout n’est pas rose. Même si Bucarest et Sofia ont effectivement rempli toutes les conditions pour faire partie de l’espace Schengen, malgré des améliorations, la Bulgarie est toujours considérée comme le pays le plus corrompu de l’UE, la Roumanie lui emboîtant le pas.

La frontière orientale de la Roumanie avec l’Ukraine est l’une des frontières les plus lucratives en termes de contrebande de cigarettes et de commerce illicite dans l’UE.

un policier des frontières roumain surveillant à travers des jumelles le no mans land entre l'Ukraine et la Roumanie près de Halmeu, janvier 2013
un policier des frontières roumain surveillant à travers des jumelles le no mans land entre l’Ukraine et la Roumanie près de Halmeu, janvier 2013

Certains progrès ont été réalisés puisque Stop Contrabanda, un site Web surveillant les saisies de cigarettes, a rapporté que les autorités avaient saisi des millions de cigarettes de contrebande l’année dernière. Pourtant, le problème persiste et peut effectivement s’avérer être un handicap pour l’UE et l’OTAN en période de conflit.

Néanmoins, une adhésion des deux pays à l’espace Schengen aurait plus de sens pour l’UE. Cela contribuerait à mieux gérer les frontières extérieures en mettant en commun les ressources et en sécurisant les routes cruciales pour l’acheminement des céréales hors d’Ukraine.

Alors que l’accord sur les céréales de la mer Noire est en lambeaux et que les ports ukrainiens sont bombardés presque quotidiennement, la Roumanie joue un rôle central dans l’acheminement des céréales d’Ukraine.

Retarder le transport à travers les frontières de l’UE pourrait avoir un impact sur l’approvisionnement alimentaire, pouvant conduire à des pénuries, voire à des hausses de prix.

Ce qui peut être fait?

Une chaîne est aussi solide que son maillon le plus faible, comme dit le proverbe, et Bruxelles ne peut se permettre un manque d’unité et de cohérence en matière de libre circulation.

Si un pays mérite de faire partie de Schengen, il devrait y être autorisé. Avec la montée du populisme, l’UE n’a certainement pas besoin que les États membres pensent qu’ils ont été injustement traités ou qu’ils cherchent d’autres partenaires en dehors du bloc.

Cela amène finalement la conversation au vote à l’unanimité qui devra peut-être être reconsidéré.

Il n’est peut-être pas dans l’intérêt de l’UE qu’en temps de guerre et de grand besoin d’unité, les caprices d’un pays prévalent sur les décisions de tous les autres États membres.

Après tout, c’est l’avenir de l’UE qui est en jeu, et avec elle, celui de ses 27 États membres.

Laisser un commentaire

quatorze − 7 =