The EU

Jean Delaunay

L’UE invite le ministre israélien des Affaires étrangères à discuter de la coopération bilatérale à la lumière de la guerre à Gaza

Josep Borrell a confirmé mercredi qu’il avait demandé au ministre des Affaires étrangères Israel Katz de participer à un Conseil d’association « ad hoc » UE-Israël.

Le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères, Josep Borrell, a convoqué le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, pour discuter du respect par le pays de ses obligations en matière de droits de l’homme dans le cadre de l’accord de coopération UE-Israël, également connu sous le nom d’accord d’association.

Borrell a fait cette annonce sur la plateforme de médias sociaux X mercredi après-midi, un peu plus d’une semaine après que les 27 ministres des Affaires étrangères de l’UE ont soutenu à l’unanimité cette décision lors d’une réunion à Bruxelles.

Lundi dernier, Borrell a déclaré aux journalistes que les ministres des Affaires étrangères avaient soutenu la création d’un Conseil d’association – le forum dans lequel l’UE et Israël discutent de leur coopération bilatérale – afin de « discuter de la situation à Gaza (…) du respect des droits de l’homme ». ainsi que la manière dont Israël entend se conformer à l’arrêt de la Cour internationale de Justice (CIJ) lui appelant à cesser son offensive à Rafah.

Cette décision intervient trois mois après que le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez et le Taoiseach de l’époque Leo Varadkar ont lancé un appel en faveur d’une révision urgente de l’accord d’association UE-Israël, citant de sérieuses inquiétudes concernant la campagne militaire israélienne à Gaza et les violations potentielles des droits de l’homme et du droit international. .

Alors que Borrell affirmait que les ministres des Affaires étrangères lui avaient donné un mandat clair pour convoquer le Conseil d’association, selon des sources d’L’Observatoire de l’Europe, deux États membres avaient exprimé des réserves.

Un diplomate de l’un de ces deux pays a déclaré vouloir avoir des éclaircissements sur les autres options qui s’offrent à l’UE avant de convoquer Israël.

Mais la ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib, dont le gouvernement assure la présidence tournante semestrielle du Conseil de l’UE, a déclaré jeudi dernier qu’elle espérait que le Conseil d’association pourrait se tenir « d’ici un mois ». La Belgique cédera fin juin la présidence du Conseil au gouvernement hongrois, fervent partisan d’Israël.

Signé en 2000, l’accord d’association UE-Israël fournit la base juridique des relations commerciales de l’UE avec Israël. L’article 2 de l’accord stipule que la coopération est « basée sur le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques ».

L’Europe est le principal partenaire commercial d’Israël, représentant un peu moins d’un tiers de tous les échanges commerciaux, ce qui signifie que l’accord est considéré comme un outil puissant permettant au bloc de faire pression sur le cabinet de guerre de Netanyahu pour qu’il s’abstienne de son offensive dans la bande de Gaza déchirée par la guerre.

Certains gouvernements, notamment l’Irlande, ont plaidé pour que l’UE adopte une position plus ferme et utilise les outils à sa disposition pour dissuader le gouvernement de Netanyahu de poursuivre son offensive à Gaza, où plus de 36 000 Palestiniens ont perdu la vie au cours des huit premiers mois de l’année. la guerre, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Micheál Martin, a déclaré la semaine dernière aux journalistes que les ministres des Affaires étrangères de l’UE avaient évoqué pour la première fois la possibilité de sanctionner Israël.

« Pour la première fois lors d’une réunion de l’UE, de manière réelle, j’ai assisté à des discussions significatives sur les sanctions », a déclaré Martin, reconnaissant certaines différences entre les positions des États membres.

« Le droit international humanitaire et le respect des droits de l’homme sont la raison d’être de l’Union européenne et les événements mettent réellement cette question au premier plan », a déclaré Martin.

Laisser un commentaire

1 × 5 =