A woman walks past the UNRWA headquarters in Gaza

Jean Delaunay

L’UE « extrêmement préoccupée » par l’implication présumée du personnel de l’ONU dans les attaques du 7 octobre contre Israël

L’Union européenne s’est déclarée vendredi « extrêmement préoccupée » par les allégations selon lesquelles le personnel de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens aurait été impliqué dans les attaques du Hamas contre Israël le 7 octobre.

La Commission européenne et le chef de la politique étrangère Josep Borrell ont également appelé dans une déclaration commune l’UNRWA à « faire preuve d’une transparence totale sur les allégations et à prendre des mesures immédiates contre le personnel impliqué ».

L’UNRWA a annoncé vendredi qu’il enquêtait sur l’implication potentielle de plusieurs membres de son personnel dans les attaques du Hamas du 7 octobre, qui ont fait plus de 1 200 morts israéliens et provoqué une guerre à Gaza qui a coûté la vie à plus de 26 000 Palestiniens.

Selon un communiqué du Département d’État américain, les allégations concernent douze employés de l’UNRWA.

Le chef de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a déclaré vendredi qu’il avait immédiatement licencié les employés soupçonnés d’être impliqués « pour protéger la capacité de l’agence à fournir une aide humanitaire » à la bande de Gaza assiégée.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, est « horrifié par cette nouvelle », selon son porte-parole.

Les États-Unis ont réagi en suspendant leur financement à l’UNRWA pendant que les enquêtes étaient en cours. L’agence des Nations Unies a joué un rôle central en garantissant que l’aide vitale parvienne à la population de Gaza depuis le déclenchement de la guerre.

L’exécutif européen affirme quant à lui qu’il « évaluera les mesures à prendre » et « tirera les leçons » des résultats de l’enquête.

Le commissaire européen chargé du voisinage, Olivér Várhelyi, et le commissaire chargé de l’aide humanitaire, Janez Lenarčič fait écho les appels à une enquête transparente.

Les paiements de l’UE au titre de l’aide au développement aux territoires palestiniens ont été temporairement suspendus en réponse aux attentats du 7 octobre, dans l’attente d’un examen visant à garantir qu’aucun argent de l’UE ne parvienne par inadvertance entre les mains du Hamas, désigné organisation terroriste par le bloc.

Des contrats d’une valeur de 331 millions d’euros ont été examinés, sans détournement de fonds vers des groupes terroristes, permettant ainsi à l’aide au développement d’affluer à nouveau.

L’UE est le plus grand donateur d’aide au développement dans les territoires palestiniens, avec une part importante de l’aide acheminée via l’UNRWA, pour soutenir les familles vulnérables et déplacées.

Pour la période 2021 à 2023, la contribution de l’UE au budget-programme de l’UNRWA s’est élevée à 281 millions d’euros.

Laisser un commentaire

cinq × 1 =