L’UE est-elle déjà engagée dans une guerre commerciale avec la Chine ?

Martin Goujon

L’UE est-elle déjà engagée dans une guerre commerciale avec la Chine ?

BRUXELLES — Qu’ont en commun la vanille, les tuyaux en acier et les voitures électriques ?

Vous l’aurez deviné : l’Union européenne enquête sur les importations de ces produits en provenance de Chine pour savoir s’ils sont vendus à perte ou s’ils sont injustement subventionnés par Pékin. La Chine, en retour, soupçonne l’Europe de dumping de cognacs haut de gamme sur son marché – et laisse entendre que les voitures de luxe et la viande de porc européennes pourraient bientôt faire l’objet de restrictions.

La dynamique du tac au tac suggère que l’UE – qui a enregistré l’année dernière un déficit commercial bilatéral de biens de près de 300 milliards d’euros et qui veut maintenant réduire cet écart – pourrait bientôt sombrer dans une guerre commerciale avec la Chine.

Mais le sont-ils déjà ?

Nous le saurons bien assez tôt. Voici le point de vue de L’Observatoire de l’Europe sur la façon dont cela pourrait se dérouler :

Les passionnés du commerce à Bruxelles – et les patrons de l’industrie automobile à Stuttgart, Munich et Wolfsburg – attendent nerveusement les résultats de l’enquête de l’UE visant à déterminer si la Chine subventionne injustement son industrie des véhicules électriques.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a lancé l’enquête l’automne dernier et, selon son calendrier, tous les droits provisoires devraient être notifiés aux acteurs du marché d’ici début juin, ce qui signifie que le commerce pourrait devenir un problème lors du compte à rebours final avant les élections européennes. , qui se tiendra du 6 au 9 juin.

Pékin considère (à juste titre) que la France est à l’origine de l’enquête sur les véhicules électriques et a riposté avec sa propre enquête sur le dumping des « eaux-de-vie distillées au vin de l’UE » – alias le cognac français. | Georges Gobet/AFP via Getty Images

Les importations européennes de véhicules électriques chinois ont bondi ces dernières années – ayant plus que doublé entre 2021 et 2023 pour atteindre plus de 430 000 véhicules par an, pour une valeur de 10 milliards d’euros, estime le Peterson Institute for International Economics, basé à Washington. Dans le même temps, les exportations européennes de véhicules électriques vers la Chine sont négligeables, et Bruxelles craint que le marché européen ne soit submergé, ce qui pourrait anéantir son industrie nationale.

Même si Bruxelles est sûre de trouver des preuves d’aides d’État injustes, on ne sait pas encore quel niveau de droits d’importation elle imposera aux véhicules électriques chinois fabriqués par des entreprises comme BYD. L’UE applique actuellement des droits de douane de 10 pour cent sur toutes les voitures importées – il faudrait qu’ils s’élèvent à 50 pour cent pour uniformiser les règles du jeu, estiment les analystes du Rhodium Group.

La Commission se trouve en territoire inconnu avec cette enquête, étant donné que les véhicules électriques sont des produits très complexes et que ces enquêtes portent généralement sur des produits plus en amont qui n’impliquent pas de chaînes d’approvisionnement aussi complexes.

C’est également la première fois depuis longtemps que la branche commerciale du bloc ouvre une enquête de sa propre initiative et non, comme c’est généralement le cas, sur la base d’une plainte de l’industrie.

En scrutant les subventions à la fabrication de batteries, à la conception automobile ou à la fourniture d’acier, l’UE s’attaque à un secteur dans lequel les constructeurs automobiles chinois ont pris de l’ampleur, mais souvent grâce à l’apport technologique de coentreprises avec leurs homologues européens. Les sociétés allemandes Mercedes, Volkswagen et BMW ont toutes des usines en Chine et dépendent du plus grand marché automobile du monde pour l’essentiel de leurs revenus.

Sans surprise, tous les patrons de l’industrie automobile européenne ne partagent pas l’enthousiasme de la Commission pour l’enquête.

L’Europe affirme que les milliards dépensés par les dirigeants chinois ont engendré une surcapacité industrielle. Bruxelles, citant des économistes internationaux, souligne que Pékin devrait plutôt stimuler la demande des consommateurs nationaux plutôt que de rejeter sa production excédentaire sur le marché mondial.

Washington est allé plus loin, le président Joe Biden ayant quadruplé les droits d’importation sur les véhicules électriques chinois, les portant à 100 %. La différence, cependant, est que les fabricants chinois ont à peine pris pied aux États-Unis, alors qu’ils progressent rapidement pour pénétrer le marché européen.

Absolument, l’UE a lancé enquête après enquête cette année. Avec les dernières enquêtes sur les tuyaux en acier, l’additif alimentaire lysine et la vanilline, un composant gustatif, le décompte s’élève à pas moins de 13. Aucune n’est aussi médiatisée que l’affaire des véhicules électriques, mais cela ne veut pas dire que Pékin n’acceptera pas avis.

En outre, l’Europe utilise désormais l’arsenal économique qu’elle a constitué, en utilisant une combinaison d’outils commerciaux et concurrentiels pour faire face aux offres chinoises pour les appels d’offres européens pour les parcs éoliens et aux ventes de scanners de sécurité aéroportuaire, ainsi qu’aux propres achats d’équipements médicaux par Pékin.

Pékin considère (à juste titre) que la France est à l’origine de l’enquête sur les véhicules électriques et a riposté avec sa propre enquête sur le dumping des « eaux-de-vie distillées au vin de l’UE » – alias le cognac français. Le président Emmanuel Macron, qui a accueilli le président Xi Jinping ce mois-ci, a revendiqué la victoire à l’issue de leurs entretiens, affirmant que le dirigeant chinois ne voulait pas imposer de droits de douane préventifs.

Mais les fabricants de cognac n’y croient pas, affirmant avec fatalisme qu’ils sont voués à devenir des « dommages collatéraux » dans la lutte pour les véhicules électriques.

Aujourd’hui, la Chine jette son dévolu sur les voitures de luxe allemandes. Dans une interview avec les médias d’État, Liu Bin, un haut conseiller automobile, a recommandé d’augmenter à 25 % les droits de douane temporaires sur les véhicules à gros moteur importés d’Europe – une mesure qui nuirait aux constructeurs de voitures de sport et de SUV Porsche.

Alors que les marques automobiles allemandes sont exposées à la Chine, leurs modèles haut de gamme seraient en mesure de subir un tel choc, selon Matthias Schmidt, un analyste automobile européen : « Les modèles concernés sont tous des modèles haut de gamme haut de gamme qui peuvent soit absorber cela dans des conditions plus élevées. des prix ou des marges plus faibles, mais restent rentables. De la même manière, les analystes s’attendent à ce que les exportateurs chinois soient en mesure d’accepter toute décision de l’UE dans le cadre de son enquête sur les subventions.

« Aucun dommage économique majeur n’est à prévoir », estime Jürgen Matthes, de l’Institut allemand de recherche économique. Les exportations automobiles sont en baisse en proportion du produit intérieur brut et ne représentent désormais qu’environ 0,3 pour cent. En outre, les menaces de droits de douane imposées par Pékin sur les voitures de luxe ne réduiront probablement les exportations que « dans une mesure limitée ».

De plus, le fabricant de batteries CATL et le géant des véhicules électriques BYD investissent déjà dans des usines hongroises afin de pouvoir éviter les obligations de l’UE dans quelques années. Ils suivent une stratégie similaire au Mexique pour contourner les tarifs douaniers américains.

Bingo ! L’UE a lancé l’attaque il y a plus de dix ans, dans le but d’imposer des droits de douane d’au moins 48 % sur les panneaux solaires chinois parce qu’ils érodaient la propre production de l’UE.

Dès que les dirigeants chinois ont menacé de cibler les importations de vins et de voitures de l’UE, Bruxelles a reculé.

« Le gouvernement chinois sait très bien mobiliser quelqu’un d’autre pour faire du lobbying en sa faveur », a déclaré l’avocat commercial Laurent Ruessmann, qui a représenté les producteurs solaires européens. « À l’époque, c’était l’industrie automobile allemande, et maintenant c’est la même chose avec le cognac. La Chine veut juste qu’ils marchent vers Macron et disent : « Nous devons boucler notre ceinture ! » »

L’UE a lancé l’attaque il y a plus de dix ans, dans le but d’imposer des droits de douane d’au moins 48 % sur les panneaux solaires chinois parce qu’ils érodaient la propre production de l’UE. | STR/AFP via Getty Images

Cela dépend à qui vous demandez. Depuis un certain temps, l’UE invente de nouveaux mots à la mode pour décrire la réduction de sa dépendance à l’égard de certains pays – « réduire les risques » est le dernier en date.

Bien sûr, les eurocrates – et Pékin, pour sa part – soulignent qu’ils font tout conformément aux règles de l’Organisation mondiale du commerce et que le bloc se contente de défendre un système commercial fondé sur des règles et des preuves. Les guerres commerciales étant par nature politiques, l’UE niera toujours l’existence de toute offensive.

La réponse de Pékin est également une question de timing géopolitique. Donald Trump étant un concurrent sérieux pour reprendre la Maison Blanche en novembre, ce qui risquerait de bouleverser l’alliance transatlantique, Pékin pourrait être incité à éviter une guerre commerciale totale avec l’Europe à ce stade, selon un haut diplomate européen.

« La Chine joue ici le jeu du long terme », a déclaré le diplomate, qui a bénéficié de l’anonymat pour s’exprimer franchement. «Si l’on attend assez longtemps que Trump revienne, les gouvernements européens subiront une forte pression de la part des milieux d’affaires pour qu’ils se lient à nouveau d’amitié avec Pékin.»

Laisser un commentaire

sept + 10 =