L'UE élabore un plan d'aide militaire "durable" à l'Ukraine

Martin Goujon

L’UE élabore un plan d’aide militaire « durable » à l’Ukraine

Un document interne divulgué montre que l’UE suggère un parapluie de sécurité à long terme pour renforcer les défenses de l’Ukraine.

BRUXELLES — L’UE veut s’engager à défendre l’Ukraine sur le long terme.

Le Service européen pour l’action extérieure a rédigé un plan, obtenu par L’Observatoire de l’Europe, qui recommande au bloc de prendre une liste complète d' »engagements de sécurité envers l’Ukraine » pour les années à venir alors qu’il repousse l’assaut de la Russie.

Les suggestions couvrent toute la gamme, allant de la garantie d’un flux « soutenu » d’armes à Kiev, à la formation et à l’entraînement militaires continus, au partage de renseignements et à la mise en relation des entreprises de défense ukrainiennes et européennes.

Et plus tard, le projet de document du service diplomatique de l’UE ajoute : « L’adhésion de l’Ukraine à l’UE serait en soi un engagement de sécurité. Pour l’aider à y parvenir, affirme-t-il, l’UE doit élaborer un « soutien financier à long terme et prévisible » afin que l’Ukraine puisse se reconstruire.

Les recommandations sont principalement un résumé des efforts de l’UE déjà en cours pour soutenir l’Ukraine. Mais pris ensemble, ils se distinguent par leur ampleur et leur longévité suggérée, décrivant essentiellement des milliards de soutien potentiel dans les années à venir – un sujet politiquement délicat étant donné que les économies sont tendues et que certains pays répugnent à donner plus d’argent à l’UE.

Les prescriptions s’inscrivent dans le contexte d’un débat plus large entre alliés occidentaux sur la manière de garantir la survie continue de l’Ukraine non seulement cet été, mais dans un avenir prévisible au-delà.

« Plus nous pouvons parler d’engagements à long terme, plus nous pouvons envoyer à Poutine le message qu’il ne peut pas compter sur la fatigue européenne, à cause des élections ou pour toute autre raison », a déclaré un diplomate de l’UE, s’exprimant de manière anonyme pour discuter librement du plan.

Cependant, a ajouté le diplomate, cela « ne signifie pas que nous parions que la guerre durera ».

Un porte-parole du corps diplomatique de l’UE a déclaré qu’il ne commentait pas les documents divulgués.

En plus de l’UE, de grandes puissances occidentales comme les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France s’efforcent de créer leur propre « parapluie » de sécurité qui permettrait à d’autres pays de se joindre et de prendre leurs propres engagements pour fournir une aide militaire continue à l’Ukraine.

Par ailleurs, l’OTAN travaille sur les moyens de moderniser l’armée ukrainienne et de se préparer à rejoindre un jour l’alliance militaire.

Les promesses de sécurité de l’UE s’ajouteraient à ces plans, bien qu’elles aient un peu moins de résonance.

L’UE en tant qu’entité est, par conception, limitée dans ce qu’elle peut faire militairement. Bien qu’il puisse fournir une assistance comme la formation et l’éducation militaires, par exemple, il ne peut pas réellement donner des armes à l’Ukraine. Au lieu de cela, Bruxelles a encouragé les pays de l’UE à envoyer leurs propres armes en offrant des remboursements partiels pour ces dons.

Le document envisage ce système de remboursement comme un pilier du soutien militaire à long terme de l’UE à l’Ukraine, affirmant que les responsables proposeront « bientôt » un plan visant à créer une cagnotte « dédiée » à ces efforts qui se poursuivraient jusqu’en 2027.

« Ce sera un élément central de (l’) engagement de sécurité de l’UE envers l’Ukraine à court et à long terme », indique-t-il.

L’UE a partiellement remboursé les pays pour leurs dons d’armes par le biais d’un fonds autrefois peu connu appelé la Facilité européenne pour la paix. Ce pot d’argent se trouve en dehors du budget normal de l’UE, permettant son utilisation pour des armes. La configuration permet également aux dirigeants de l’UE d’approuver de nouvelles injections de fonds sans affecter le budget ordinaire de l’UE.

Récemment, les dirigeants ont autorisé 3,5 milliards d’euros supplémentaires pour le fonds, portant son total à 12 milliards d’euros. Une partie de cette injection, 1 milliard d’euros, devrait être spécifiquement dédiée à l’Ukraine, selon plusieurs diplomates qui se sont exprimés anonymement pour décrire les plans.

Le projet de document indique que l’UE dépensera 4 milliards d’euros du fonds cette année seulement pour aider à couvrir les armes pour l’Ukraine. Et avec le temps, ajoute-t-il, le fonds devrait évoluer, passant du remboursement d’articles comme les munitions à la subvention d’achats conjoints d’armes de l’UE et de « systèmes d’armes plus sophistiqués et coûteux ».

Plus précisément, le document soutient que l’UE devrait « cofinancer » les tentatives des pays pour se procurer des missiles et des avions de combat dans le cadre d’un plan à long terme visant à renforcer les défenses aériennes de l’Ukraine.

Par ailleurs, le document tient à vanter l’étendue de la formation militaire fournie par l’UE, affirmant que 25 000 militaires ukrainiens ont terminé ou suivent actuellement une formation. Pourtant, de nouveaux poteaux de but, affirme-t-il, sont nécessaires.

Le document fait suite à un engagement que les dirigeants européens ont pris à la suite de leur sommet le mois dernier à Bruxelles. Dans une déclaration commune, les 27 dirigeants ont déclaré qu’ils « se tiennent prêts à contribuer, avec leurs partenaires, aux futurs engagements de sécurité envers l’Ukraine ».

Le document soutient que l’unité à toute épreuve de l’UE avec l’Ukraine est existentielle, qualifiant la guerre de la Russie de « défi fondamental à la paix et à la sécurité européennes ». La Russie, dit-il, est « peu susceptible d’abandonner son objectif d’assujettir l’Ukraine ».

Pour cette raison, ajoute-t-il, « l’Ukraine continuera d’avoir besoin de l’engagement et du soutien à long terme de l’UE pour assurer son avenir européen libre et démocratique ».

Laisser un commentaire

13 + neuf =