Former Fox News Anchor Tucker Carlson

Jean Delaunay

L’UE démystifie les affirmations virales selon lesquelles elle envisage des sanctions contre Tucker Carlson suite à son entretien avec Poutine

L’Union européenne a démenti les informations selon lesquelles elle envisagerait des sanctions contre le polémiste américain Tucker Carlson pour son entretien controversé avec Vladimir Poutine, enregistré lors de son voyage à Moscou.

Mercredi, une vague de commentateurs conservateurs ont affirmé à tort que le bloc envisageait d’imposer une interdiction de voyager à Carlson, ancien présentateur de Fox News, après que le Kremlin a confirmé que sa rencontre avec le président russe avait eu lieu. Il s’agit du premier entretien de Poutine avec un journaliste occidental depuis qu’il a lancé la guerre totale contre l’Ukraine.

Cette affirmation a été initialement rapportée par le magazine américain Newsweek, sur la base des commentaires d’un ancien et actuel membre du Parlement européen (MPE) qui a appelé les États membres à envisager des sanctions contre Carlson pour avoir agi en tant que « porte-parole » et « propagandiste » de Le régime de Poutine.

Les remarques des deux législateurs, qui n’ont pas compétence pour proposer ou approuver des sanctions, ont été associées à tort aux projets formels de l’UE visant à cibler Carlson avec des mesures restrictives, et amplifiées par le propriétaire de X, Elon Musk, qui a qualifié les allégations de « troublantes » et de décision. cela « offenserait grandement le public américain ». Le message de Musk a été vu plus de 25 millions de fois.

Jeudi, Peter Stano, porte-parole de la Commission européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a mis fin aux spéculations galopantes. « Actuellement, il n’y a aucune discussion au sein des organes compétents de l’UE concernant cette personne spécifique (…) l’Américain qui se trouve à Moscou », a-t-il déclaré.

Mais Stano a souligné que le bloc est en mesure de mettre sur liste noire les « propagandistes » qui ont « un historique continu » de manipulation de l’information visant à porter atteinte à « la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine ».

La confusion a été provoquée par les commentaires de l’ancien député européen belge Guy Verhofstadt et de l’ancien député européen espagnol Luis Garicano, tous deux membres du groupe libéral Renew Europe.

Verhofstadt a déclaré plus tôt cette semaine sur la plateforme de médias sociaux X que si Carlson « permet la désinformation de Poutine », l’UE devrait « explorer » une interdiction de voyager.

En réponse aux remarques d’Elon Musk selon lesquelles les mesures européennes contre Carlson « offenseraient » le public américain, Verhofstadt a partagé une photo du journaliste du Wall Street Journal Evan Gershkovich derrière les barreaux de Moscou, affirmant que « voilà à quoi ressemble un vrai journaliste en Russie ».

« Cela devrait grandement offenser le peuple américain ! » » a déclaré Verhofstadt.

La plateforme X de Musk, anciennement connue sous le nom de Twitter, est sous le contrôle juridique de l’UE pour violations de ses règles numériques, la loi sur les services numériques, liées à la propagation de la désinformation et des contenus illégaux.

Aucune note de la communauté de vérification des faits n’a été ajoutée à Newsweek. histoire originale.

Comment sont décidées les sanctions de l’UE ?

Les sanctions contre les individus et les entreprises sont conçues par le bras diplomatique du bloc, le Service européen pour l’action extérieure (SEAE), en fonction du danger qu’elles représentent pour la sécurité, les intérêts ou les valeurs fondamentales de l’UE.

Les discussions sur les sanctions sont hautement confidentielles et impliquent de nombreuses négociations entre Bruxelles et les capitales jusqu’à ce qu’une liste finale soit convenue.

Au cours des deux dernières années, depuis l’invasion de l’Ukraine, le bloc a adopté douze séries de sanctions contre la Russie, notamment des interdictions de voyager et des gels d’avoirs contre près de 2 000 personnes et entités, dont des banques, des partis politiques et des médias.

Les personnes inscrites sur la liste noire comprennent le président Poutine et un large cercle de ses plus proches collaborateurs, ministres et oligarques.

Stano a déclaré que des sanctions, telles que celles visant les journalistes et les médias, peuvent être proposées par les gouvernements qui doivent ensuite « les étayer par des preuves » avant qu’une décision puisse être adoptée avec le soutien unanime des 27 États membres.

En raison de mesures restrictives, de nombreux médias soutenus par le Kremlin, tels que Spoutnik et Russia Today, ne peuvent plus diffuser sur le territoire de l’UE.

Stano a expliqué que Poutine est un « menteur chronique » et que la manipulation de l’information par le Kremlin et d’autres acteurs étatiques et non étatiques est dirigée contre l’UE.

Carlson a interviewé Poutine plus tôt mardi, le tête-à-tête très attendu devant être diffusé plus tard jeudi.

Laisser un commentaire

7 − 4 =