A woman holds a banner that reads

Jean Delaunay

L’UE adopte la toute première loi sur la violence à l’égard des femmes. Mais le viol n’est pas inclus

Il n’existe pas de définition commune du crime de viol dans la toute première loi de l’Union européenne visant à lutter contre la violence à l’égard des femmes, convenue mardi entre les États membres et les législateurs.

Le projet de loi initial, déposé par la Commission européenne en mars 2022, définissait le crime de viol comme un acte sexuel sans consentement – ​​sans que les victimes n’aient besoin de fournir des preuves de force, de menaces ou de coercition.

Il était basé sur le concept « seulement oui signifie oui » qui a pris racine dans de nombreux États membres au milieu d’un fléau de crimes sexuels contre les femmes et les filles.

Mais après des mois de négociations laborieuses, 14 États membres ont continué de bloquer la définition basée sur le consentement. Parmi eux figurent des États de l’Est comme la Bulgarie, la Hongrie et la République tchèque, ainsi que la France, l’Allemagne et les Pays-Bas, considérés parmi les nations les plus progressistes du bloc.

S’exprimant depuis Strasbourg mardi, l’eurodéputée irlandaise Frances Fitzgerald, l’une des principales négociatrices du Parlement sur ce dossier, a déclaré que le bloc avait « un travail inachevé » pour protéger les femmes de la violence.

« Beaucoup d’entre nous auraient eu un aperçu assez troublant des attitudes à l’égard du viol dans les États membres si nous n’avions pas pu insérer dans cette directive une définition du viol basée sur le consentement », a expliqué Fitzgerald après les négociations.

« C’est donc une très grande déception compte tenu de l’ampleur des statistiques de violence à travers l’Union », a-t-elle ajouté.

Environ 5 % des femmes de l’UE ont été violées après l’âge de 15 ans, estime l’Agence des droits fondamentaux de l’UE.

Fitzgerald a reconnu qu’il y avait eu un « mouvement » de la part de certaines capitales, alors que 11 pays ont décidé d’adhérer à la définition basée sur le consentement lors des négociations.

Dans une concession de dernière minute, une clause de révision a été incluse pour réexaminer la portée du projet de loi après cinq ans de mise en œuvre. Un article a également été ajouté, quelques heures avant la conclusion de l’accord final, obligeant les États membres à « sensibiliser » au consentement sexuel et à promouvoir une « culture basée sur le consentement ».

Mais cela reste bien loin de l’ambition initiale de la Commission de criminaliser les relations sexuelles non consensuelles dans l’ensemble du bloc.

Le projet de loi final criminalise d’autres formes de violence contre les femmes, notamment le mariage forcé et les mutilations génitales féminines (MGF). Il comble également des lacunes juridiques dans certains pays de l’UE en matière de cyberviolence, notamment le harcèlement et le harcèlement en ligne.

Le « cyber-flash », où des images de nus sont envoyées en ligne sans le consentement du destinataire, ainsi que le partage non consensuel d’images intimes, également connu sous le nom de « vengeance pornographique », deviendront également des délits à l’échelle de l’UE.

Les règles s’appliqueront également au partage d’images pornographiques générées par l’IA. Cela survient après que la sensation pop Taylor Swift ait été victime de deepfakes nus le mois dernier, et au milieu de rapports inquiétants selon lesquels les images explicites générées par l’IA sont en augmentation chez les mineurs.

La définition du viol divise l’Europe

La France et l’Allemagne ont été critiquées pour avoir bloqué la criminalisation du viol à l’échelle européenne, car le soutien de l’un ou l’autre pays aurait suffi à faire passer la définition basée sur le consentement.

Il a été exclu bien qu’une grande majorité d’États membres soient parties à la convention d’Istanbul, qui prescrit l’absence de consentement comme définition du viol.

« Je dois dire que je suis déçu que certains de ces Etats membres soient ceux qui ont ratifié la convention d’Istanbul, cela dépasse ma compréhension », a déclaré l’eurodéputé suédois Evin Incir, l’autre négociateur principal sur le dossier.

La réticence du président français Emmanuel Macron à soutenir cette décision a suscité une controverse en France. Macron a promis de respecter les droits des femmes au cours de son deuxième mandat, mais a été critiqué après avoir défendu le droit de l’acteur français Gérard Depardieu à être présumé innocent après avoir été accusé d’agression sexuelle.

Un porte-parole du gouvernement français a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que sa position reposait sur des bases purement juridiques, étant donné que le droit pénal relève de la compétence des États membres et que les viols doivent donc être poursuivis au niveau national.

La France applique certaines des peines les plus sévères de tous les États membres pour agression sexuelle, a ajouté le porte-parole, ainsi que des critères « généreux et flexibles » pour qu’une agression sexuelle soit considérée comme un viol.

Les principaux négociateurs du Parlement ont reconnu que la compétence juridique était un facteur crucial dans la résistance, ajoutant que le sentiment eurosceptique et une réaction contre la volonté de Bruxelles d’imposer une législation avaient joué dans la dynamique des négociations.

L’eurodéputé Incir a néanmoins appelé le président Macron à « au moins faire un pas en avant vers une définition du viol basée sur le consentement au niveau national ». Elle a également demandé à la Première ministre Giorgia Meloni de modifier les lois italiennes sur le viol en se basant sur le concept « seul oui signifie oui », étant donné que son gouvernement était favorable à une définition à l’échelle européenne.

Irene Rosales, chargée de politique et de campagnes au Lobby européen des femmes, a déclaré qu’elle « regrette profondément » la « décision scandaleuse imposée par la France et l’Allemagne de supprimer l’article 5 sur la définition harmonisée du viol basée sur le consentement, conformément aux normes de la Convention d’Istanbul.  »

« C’est complètement hypocrite et c’est une terrible occasion manquée de protéger les femmes et les filles de l’une des formes de violence les plus odieuses », a-t-elle déclaré.

Le texte issu des négociations de mardi doit encore être formellement adopté par le Parlement européen et le Conseil avant d’entrer en vigueur.

Laisser un commentaire

deux × quatre =