L'UE a envoyé 60 millions d'euros à la Tunisie bien que le président Kais Saied ait déclaré qu'il rejetait l'argent « caritatif »

Jean Delaunay

L’UE a envoyé 60 millions d’euros à la Tunisie bien que le président Kais Saied ait déclaré qu’il rejetait l’argent « caritatif »

La Commission européenne a confirmé avoir transféré 60 millions d’euros d’aide budgétaire au gouvernement tunisien, bien que le président Kais Saied ait publiquement déclaré qu’il rejetait cet argent « caritatif ».

Le décaissement fait partie d’une enveloppe financière de 127 millions d’euros annoncée le mois dernier, s’appuyant sur le protocole d’accord signé entre l’Union européenne et la Tunisie à la mi-juillet.

Les fonds sont répartis en deux volets : 60 millions d’euros pour soutenir l’économie tunisienne en difficulté et près de 67 millions d’euros pour renforcer la gestion des frontières et empêcher le départ des navires de migrants.

Saïed, connu pour ses commentaires controversés, a rejeté mardi l’offre de 127 millions d’euros de l’UE, la qualifiant de « dérisoire » et contraire au mémorandum.

« La Tunisie, qui accepte la coopération, n’accepte rien qui ressemble à de la charité ou à une faveur, car notre pays et notre peuple ne veulent pas de sympathie et ne l’acceptent pas lorsqu’elle est sans respect », a déclaré Saied, selon un communiqué de la présidence.

« En conséquence, la Tunisie refuse ce qui a été annoncé ces derniers jours par l’UE. »

Ces remarques brutales ont été largement couvertes par les médias et ont provoqué la surprise à Bruxelles, où le mémorandum avec la Tunisie a été présenté comme un modèle pour de futurs accords avec les pays voisins visant à endiguer les flux migratoires.

Mercredi, la Commission européenne a tenté de remettre les pendules à l’heure et a confirmé que 60 millions d’euros d’aide budgétaire avaient été versés à la Tunisie sans aucune indication de refus ou de remboursement.

« Nous pouvons confirmer qu’en début de semaine, la Commission a effectivement procédé au paiement de 60 millions d’euros de subventions au Trésor tunisien suite à une demande du gouvernement tunisien le 31 août », a déclaré Ana Pisonero, porte-parole de la Commission européenne pour le voisinage. et l’élargissement.

La demande du gouvernement tunisien portait exclusivement sur les 60 millions d’euros qui ont ensuite été transférés, a expliqué le porte-parole. Cependant, l’argent ne provient pas des fonds promis dans le mémorandum mais d’un plan de relance post-coronavirus préalablement approuvé.

« Nous avons pris note du communiqué de la présidence tunisienne. Je pense que vous comprendrez évidemment que l’UE mène ses relations avec ses partenaires à travers des contacts directs et c’est exactement ce que nous faisons », a déclaré Pisonero aux journalistes.

Concernant les 67 millions d’euros destinés à la gestion des migrations, le porte-parole a déclaré que 13 millions d’euros et 8 millions d’euros avaient été contractés respectivement avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), pour aider au « volontariat ». retours » des migrants vers leur pays d’origine.

« Il n’y a pas de date limite. Nous essayons de travailler le plus vite possible sur le terrain pour respecter tous les points et tous les secteurs couverts par le mémorandum. Bien entendu, cela se fait en étroite coopération avec les autorités tunisiennes », dit Pisonero.

Le différend suscité par les commentaires de Saied est le dernier revers en date dans ce qui a été jusqu’à présent une mise en œuvre difficile du mémorandum d’accord, qui date d’à peine quatre mois.

Depuis sa signature, l’accord a fait l’objet de vives critiques de la part du Parlement européen et des organisations humanitaires, qui ont tiré la sonnette d’alarme sur les abus qui seraient commis par les autorités tunisiennes à l’encontre des migrants subsahariens, notamment des cas d’expulsions collectives vers la Libye. frontière.

Le mois dernier, le Médiateur européen a formellement demandé des éclaircissements sur le mémorandum et sur l’inclusion, ou l’absence d’inclusion, de garanties supplémentaires pour garantir le plein respect des droits de l’homme.

Saied a été fermement condamné pour ses opinions racistes à l’égard des Africains noirs, qu’il a décrit comme faisant partie d’un « plan criminel visant à modifier la composition du paysage démographique de la Tunisie ». D’autres critiques ont été adressées à Saied après avoir refusé l’entrée à cinq membres du Parlement européen et, quelques semaines plus tard, avoir reporté la visite officielle d’une délégation de la Commission européenne.

Laisser un commentaire

onze − dix =