A man walks in the lobby of the NATO headquarters, Wednesday, Nov. 16, 2022 in Brussels.

Jean Delaunay

L’OTAN commence son investissement d’un milliard d’euros dans les technologies de défense en matière d’IA, d’espace et de robotique

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) a annoncé qu’elle investirait dans quatre entreprises technologiques européennes.

Les investissements dans la technologie de défense européenne s’intensifient après que l’OTAN a confirmé mardi ses premiers investissements technologiques approfondis dans le cadre d’un fonds d’un milliard d’euros visant à relever les défis actuels en matière de défense, de sécurité et de résilience.

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord a annoncé la création du fonds en 2022, à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le Fonds OTAN pour l’innovation met en relation des acheteurs gouvernementaux de technologies avec des start-ups pour développer des technologies de défense.

Les premières entreprises à bénéficier de cet investissement sont européennes et comprennent l’allemand ARX Robotics, qui conçoit des robots sans pilote, ainsi que trois start-up au Royaume-Uni.

La société londonienne Fractile, fabricant de puces informatiques, a également reçu des fonds, tout comme iComat, basée à Bristol, et la start-up galloise Space Forge, qui fabrique de nouveaux matériaux spatiaux.

Le fonds a également investi dans quatre fonds de capital-risque axés sur la deep tech : Join Capital, Vsquared Ventures, OTB Ventures et Alpine Space Ventures. Contrairement à la plupart des sociétés de capital-risque, qui investissent sur 10 ans, le fonds de l’OTAN investira sur 15 ans.

L’OTAN a déclaré qu’elle investissait également pour renforcer les pôles technologiques profonds dans les régions où les capitaux pour les startups en démarrage sont très demandés afin de promouvoir la souveraineté technologique de l’Alliance.

« Grâce à ces investissements, le Fonds commence désormais à faire une différence tangible dans nos écosystèmes d’innovation, en offrant des opportunités de croissance aux entreprises de défense et à double usage les plus prometteuses qui développent des solutions pour maintenir l’avance technologique de l’Alliance », David van Weel, secrétaire adjoint- Général pour l’Innovation, l’Hybride et le Cyber, a déclaré dans un communiqué.

Van Weel a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next en 2022 que le principal défi de l’OTAN est de combler le déficit de communication avec les innovateurs, car l’armée n’est pas toujours au courant des dernières technologies de défense et de nombreux innovateurs ne savent pas ce dont l’armée a besoin.

L’autre problème est que « les organisations de défense et les gouvernements, en général, ne sont pas réputés pour avoir des processus d’approvisionnement rapides », a-t-il déclaré.

« Notre défi est réellement de nous assurer que nous disposons d’un moyen pratique et agile de communiquer avec les innovateurs et d’introduire de nouvelles technologies à un rythme pertinent », a-t-il ajouté.

Le fonds vise à contribuer à faire progresser l’innovation dans les nouveaux matériaux et la fabrication, l’intelligence artificielle (IA) et la robotique.

L’OTAN a déclaré qu’elle investissait également pour développer des pôles technologiques profonds dans les régions où

les capitaux destinés aux startups en phase de démarrage sont très demandés afin de promouvoir la souveraineté technologique de l’Alliance.

Le Fonds OTAN pour l’innovation est soutenu par 24 des 32 États membres de l’OTAN. Les États-Unis, le Canada et la France n’ont pas accepté de le soutenir.

Laisser un commentaire

six − cinq =