NATO secretary-general Jens Stoltenberg

Jean Delaunay

L’OTAN a renforcé sa « vigilance » face aux soupçons d’opérations de sabotage russes (Stoltenberg)

Une série d’opérations de sabotage présumées récentes dans les pays alliés a mis l’alliance militaire en alerte.

L’OTAN a accru sa « vigilance » face à une augmentation des « activités de renseignement russes » dans ses pays membres, a reconnu mardi le secrétaire général de l’alliance militaire.

Interrogé sur les récentes tentatives présumées de sabotage et d’incendie criminel de la Russie visant des entrepôts, des centres commerciaux et des ménages dans les pays de l’UE et de l’OTAN, Stoltenberg s’est abstenu de rejeter directement la responsabilité sur le Kremlin.

Mais il a clairement indiqué que l’alliance surveillait les événements et a souligné l’importance des enquêtes criminelles au niveau national.

« Nous avons constaté une augmentation des activités de renseignement russes au sein de l’alliance, nous avons donc accru notre vigilance, nous avons nos propres services qui surveillent de près ce que font les Russes », a déclaré Stoltenberg, qui doit quitter ses fonctions en octobre après une décennie au sein de l’OTAN. barre – dit.

« Il est important que les nations agissent également (avec) les arrestations et les procédures judiciaires qui ont maintenant commencé au Royaume-Uni, en Allemagne, en Pologne et dans d’autres pays », a-t-il ajouté.

« Nous devons être prêts et partager des renseignements (…) pour contrer ces différents types d’actes hybrides visant à saper la capacité des alliés de l’Otan à apporter un soutien à l’Ukraine ».

La Russie tente d’« intimider »

Au cours du week-end, un article du New York Times citant des responsables de la sécurité américains et alliés a affirmé que certaines des récentes attaques hybrides – notamment des tentatives d’incendie criminel – en Europe étaient l’œuvre du GRU, la branche de renseignement militaire de Moscou.

Ces incidents incluent de récentes tentatives d’incendie criminel sur des sites à travers la Pologne, qui ont conduit à l’arrestation de neuf personnes soupçonnées de sabotage russe mardi dernier.

S’adressant à la chaîne polonaise TVN24 la semaine dernière, le Premier ministre polonais Donald Tusk a déclaré que les suspects – prétendument des citoyens ukrainiens, biélorusses et polonais – s’étaient « impliqués directement au nom des services russes dans des actes de sabotage en Pologne », notamment des agressions physiques, des incendies criminels et tentative d’incendie criminel.

Tusk a déclaré que les attaques comprenaient une tentative d’incendier une usine de peinture dans la ville de Wroclaw, dans l’ouest de la Pologne, ainsi que d’autres incidents récents en Lituanie, en Lettonie et potentiellement en Suède.

Un récent incendie criminel dans un entrepôt Ikea en Lituanie est désormais soupçonné d’être lié aux opérations du Kremlin.

S’adressant aux médias locaux mercredi dernier, la Première ministre lettone Evika Siliņa a également mis en garde contre d’éventuelles opérations russes dans le pays, notant que « l’incendie criminel est l’une des formes de détournement les plus typiques des services spéciaux russes ».

En avril, deux ressortissants germano-russes ont été arrêtés en Allemagne pour avoir planifié des attentats à la bombe et des incendies criminels contre des infrastructures critiques et des bases militaires.

Les autorités du Royaume-Uni, État non membre de l’UE mais allié de l’OTAN, ont également arrêté deux hommes fin avril après une tentative d’incendie criminel dans une entreprise liée à l’Ukraine dans une zone industrielle de l’est de Londres.

S’exprimant avant une réunion des ministres de la Défense de l’UE à Bruxelles mardi, la ministre néerlandaise de la Défense, Kajsa Ollongren, a également tiré la sonnette d’alarme : « Ce que nous voyons actuellement dans plusieurs pays européens, c’est que la Russie essaie de nous déstabiliser, mais aussi de nous intimider. »

« Nous sommes conscients de cette nouvelle façon de travailler », a-t-elle ajouté. « Et donc, oui, nous sommes vulnérables. Je pense que nous le sommes tous. Nous avons des infrastructures vitales, nous avons des infrastructures sous-marines, nous avons des approvisionnements en électricité, en eau (…) Nous sommes vulnérables mais nous pouvons aussi nous protéger si nous coopérons entre partenaires, avec l’industrie et avec nos services de sécurité », a-t-elle ajouté.

Le plus haut diplomate du bloc, Josep Borrell, a déclaré qu’il n’y avait pas encore de preuves permettant d’incriminer la Russie pour de telles attaques.

Laisser un commentaire

cinq × deux =