Open AI launched its chatbot in 2023

Jean Delaunay

L’organisme italien de surveillance de la vie privée avertit OpenAI que ChatGPT enfreint les lois européennes sur la vie privée

L’organisme italien chargé de la protection de la vie privée a ouvert une enquête sur l’entreprise en mars de l’année dernière et a brièvement interdit ChatGPT, alléguant qu’elle avait enfreint les règles de l’UE en matière de données.

L’organisme italien de surveillance de la vie privée a déclaré lundi avoir informé OpenAI que les méthodes utilisées par son ChatGPT pour recueillir les données des utilisateurs enfreignaient les lois de l’UE sur la confidentialité.

Cela survient après que le Garante per la protezione dei dati personali, ou DPA, ait ouvert une enquête sur l’entreprise en mars et ait brièvement interdit le chatbot IA, alléguant qu’il avait enfreint les règles du bloc en matière de données.

L’organisme italien a déclaré dans le communiqué consulté par L’Observatoire de l’Europe Next qu’il « a conclu que les preuves disponibles indiquaient l’existence de violations des dispositions contenues dans le RGPD de l’UE ».

« OpenAI peut soumettre ses demandes reconventionnelles concernant les violations présumées dans un délai de 30 jours », poursuit le communiqué.

L’Observatoire de l’Europe Next a contacté OpenAI pour commentaires mais n’a pas reçu de réponse au moment de la publication.

L’organisme tiendra compte « des travaux en cours au sein du groupe de travail ad hoc mis en place par le Cadre européen de protection des données (EDPB) dans sa décision finale sur l’affaire », conclut le communiqué.

Le RGPD est le règlement de l’UE qui régit la manière dont les entreprises peuvent utiliser, traiter et stocker les données personnelles.

Le 20 mars, l’italien Garente a déclaré que ChatGPT avait subi une violation de données impliquant des informations de paiement et des conversations d’utilisateurs.

Selon elle, il n’existe aucune base juridique pour justifier « la collecte et le stockage massifs de données personnelles dans le but de « former » les algorithmes qui sous-tendent le fonctionnement de la plateforme ».

Il a également déclaré que l’application ne protège pas les mineurs car il n’est pas possible de vérifier l’âge de l’utilisateur.

Laisser un commentaire

5 × 4 =