L'Organisation mondiale de la santé a versé des indemnisations aux victimes d'abus sexuels au Congo

Jean Delaunay

L’Organisation mondiale de la santé a versé des indemnisations aux victimes d’abus sexuels au Congo

Des documents internes montrent que l’Organisation mondiale de la santé a versé 250 dollars aux victimes au Congo qui ont été abusées sexuellement par leurs employés lors de l’épidémie d’Ebola et leur a fait suivre une formation pour recevoir cet argent.

Plus tôt cette année, le médecin qui dirige les efforts de l’Organisation mondiale de la santé pour prévenir les abus sexuels s’est rendu au Congo pour s’attaquer au plus grand scandale sexuel connu dans l’histoire de l’agence de santé des Nations Unies : les abus sur plus de 100 femmes locales par des membres du personnel et d’autres lors d’une épidémie mortelle d’Ebola. épidémie.

Selon un rapport interne de l’OMS sur le voyage du Dr Gaya Gamhewage en mars, l’une des femmes maltraitées qu’elle a rencontrées a donné naissance à un bébé présentant « une malformation qui a nécessité un traitement médical spécial », ce qui signifie des coûts encore plus élevés pour la jeune mère dans l’une des régions du monde. pays les plus pauvres.

Pour aider des victimes comme elle, l’OMS a versé 250 dollars (233 euros) chacune à au moins 104 femmes congolaises qui affirment avoir été abusées ou exploitées sexuellement par des responsables œuvrant pour stopper Ebola. Ce montant par victime est inférieur aux dépenses quotidiennes de certains responsables de l’ONU travaillant dans la capitale congolaise – et 19 dollars de plus que ce que Gamhewage a reçu par jour au cours de sa visite de trois jours – selon des documents internes obtenus par l’Associated Press.

Le montant couvre les frais de subsistance habituels pendant moins de quatre mois dans un pays où, selon les documents de l’OMS, de nombreuses personnes survivent avec moins de 2,15 dollars par jour.

Des agents de santé portant des combinaisons de protection s'occupent d'une victime d'Ebola détenue dans une tente d'isolement à Beni, en République démocratique du Congo, le samedi 13 juillet 2019.
Des agents de santé portant des combinaisons de protection s’occupent d’une victime d’Ebola détenue dans une tente d’isolement à Beni, en République démocratique du Congo, le samedi 13 juillet 2019.

Les paiements versés aux femmes n’étaient pas gratuits. Pour recevoir cet argent, ils devaient suivre des formations destinées à les aider à démarrer des « activités génératrices de revenus ». Ces paiements semblent tenter de contourner la politique déclarée de l’ONU selon laquelle elle ne paie pas de réparations en incluant l’argent dans ce qu’elle appelle un « paquet complet » de soutien.

De nombreuses Congolaises abusées sexuellement n’ont toujours rien reçu. L’OMS a déclaré le mois dernier dans un document confidentiel qu’environ un tiers des victimes connues étaient « impossibles à localiser ». L’OMS a déclaré que près d’une douzaine de femmes avaient décliné son offre.

Le total de 26 000 $ (24 244 €) que l’OMS a fourni aux victimes équivaut à environ 1 % des 2 millions de dollars du « fonds d’assistance aux survivants » créé par l’OMS pour les victimes d’inconduite sexuelle, principalement au Congo.

Lors d’entretiens, les bénéficiaires ont déclaré à l’AP que l’argent qu’ils avaient reçu était à peine suffisant, mais qu’ils voulaient encore plus justice.

Paula Donovan, qui codirige la campagne Code Blue visant à éliminer ce qu’elle appelle l’impunité pour les abus sexuels à l’ONU, a qualifié de « perverses » les paiements de l’OMS aux victimes d’abus et d’exploitation sexuels.

« Il n’est pas rare que l’ONU donne à des gens des fonds de démarrage pour qu’ils puissent améliorer leurs moyens de subsistance, mais il est impensable d’associer cela à une indemnisation pour une agression sexuelle ou un crime ayant entraîné la naissance d’un bébé », a-t-elle déclaré.

Exiger que les femmes suivent une formation avant de recevoir l’argent crée des conditions inconfortables pour les victimes d’actes répréhensibles qui cherchent de l’aide, a ajouté Donovan.

Des habitants font la queue pour recevoir le vaccin contre Ebola à Beni, Congo RDC, le 13 juillet 2019.
Des habitants font la queue pour recevoir le vaccin contre Ebola à Beni, Congo RDC, le 13 juillet 2019.

Les deux femmes qui ont rencontré Gamhewage lui ont dit que ce qu’elles souhaitaient le plus, c’était que « les auteurs des crimes soient traduits en justice afin qu’ils ne puissent nuire à personne d’autre », selon les documents de l’OMS. Les femmes n’ont pas été nommées.

« Nous ne pouvons rien faire pour réparer (les abus et l’exploitation sexuels) », a déclaré Gamhewage à l’AP dans une interview.

L’OMS a déclaré à l’AP que les critères permettant de déterminer son « forfait pour les victimes et les survivants » incluaient le coût de la nourriture au Congo et « des directives mondiales sur la nécessité de ne pas distribuer plus d’argent que ce qui serait raisonnable pour la communauté, afin de ne pas exposer les bénéficiaires à des préjudices supplémentaires. » Gamhewage a déclaré que l’OMS suivait les recommandations établies par des experts d’organisations caritatives locales et d’autres agences des Nations Unies.

Sur cette photo d'archive du jeudi 18 mars 2021, Shekinah se tient près de chez elle à Beni, dans l'est du Congo.
Sur cette photo d’archive du jeudi 18 mars 2021, Shekinah se tient près de chez elle à Beni, dans l’est du Congo.

« De toute évidence, nous n’en avons pas fait assez », a déclaré Gamhewage. Elle a ajouté que l’OMS demanderait directement aux survivants quel soutien supplémentaire ils souhaitaient.

L’OMS a également aidé à couvrir les frais médicaux de 17 enfants nés à la suite d’exploitations et d’abus sexuels, a-t-elle expliqué.

Au moins une femme qui a déclaré avoir été exploitée sexuellement et mise enceinte par un médecin de l’OMS a négocié une compensation que les responsables de l’agence ont acceptée, comprenant un terrain et des soins de santé. Le médecin a également accepté de payer 100 dollars (93,25 euros) par mois jusqu’à la naissance du bébé, dans le cadre d’un accord « visant à protéger l’intégrité et la réputation de l’OMS ».

Mais lors d’entretiens avec l’AP, d’autres femmes qui affirment avoir été exploitées sexuellement par le personnel de l’OMS ont affirmé que l’agence n’en faisait pas assez.

Laisser un commentaire

14 + 17 =