Italy rally.

Jean Delaunay

L’opposition italienne exige une enquête après que des centaines de personnes ont fait le salut fasciste

La télévision nationale italienne a déclaré lundi soir que les autorités enquêtaient sur le salut de masse lors de la manifestation.

Des représentants de l’opposition italienne ont demandé lundi au gouvernement, dirigé par la première ministre d’extrême droite Giorgia Meloni, d’expliquer comment des centaines de manifestants ont pu prononcer un salut fasciste interdit lors d’un rassemblement à Rome sans aucune intervention de la police.

Le rassemblement de dimanche soir dans un quartier populaire commémorait l’assassinat en 1978 de deux membres d’un groupe de jeunes néofascistes lors d’une attaque revendiquée plus tard par des militants d’extrême gauche.

À un moment donné du rassemblement, les participants ont levé le bras droit dans un salut direct qui rappelle la dictature fasciste de Benito Mussolini. En vertu de la législation d’après-guerre, l’utilisation du symbolisme fasciste, y compris le salut à bras tendus, également connu sous le nom de salut romain, est interdite.

La chef du Parti démocrate, Elly Schlein, qui dirige le plus grand parti d’opposition à l’Assemblée législative, était parmi ceux qui ont exigé lundi que le ministre de l’Intérieur de Meloni comparaisse au Parlement pour expliquer pourquoi la police n’avait apparemment rien fait pour arrêter le rassemblement.

Schlein et d’autres, indignés par l’utilisation du salut fasciste lors du rassemblement, ont noté que le mois dernier, lorsqu’un spectateur de la première de l’opéra de La Scala avait crié « Vive l’Italie antifasciste ! L’homme a été rapidement encerclé par la police antiterroriste italienne.

« Si vous criez « Vive l’Italie antifasciste » dans un théâtre, vous êtes identifié (par la police) ; si vous allez à un rassemblement néofasciste avec des salutations romaines et une banderole, vous n’y allez pas », a déclaré Schlein dans un message sur la plateforme de médias sociaux X. Elle a ensuite ajouté : « Meloni n’a rien à dire ? »

La télévision nationale Rai a déclaré lundi soir que la police italienne enquêtait sur le salut de masse lors du rassemblement.

Le vice-Premier ministre Antoni Tajani, qui dirige un parti de centre-droit au sein de la coalition de Meloni vieille de 14 mois, a été vivement critiqué par les journalistes au sujet du salut fasciste.

« Nous sommes une force qui n’est certainement pas fasciste, nous sommes antifascistes », a déclaré Tajani lors d’une conférence de presse sur un autre sujet. Tajani, qui est également ministre des Affaires étrangères, a souligné qu’en vertu de la loi italienne, le soutien au fascisme est interdit. Tous les rassemblements « en soutien aux dictatures doivent être condamnés », a-t-il déclaré.

Les dirigeants de la communauté juive italienne ont également exprimé leur consternation face au salut fasciste.

« Il est juste de rappeler les victimes de la violence politique, mais en 2024, cela ne peut pas arriver avec des centaines de personnes qui font le salut romain », a écrit Ruth Dureghello, qui a dirigé pendant plusieurs années la communauté juive de Rome, sur X.

Les lois antijuives de Mussolini ont contribué à ouvrir la voie à la déportation des Juifs italiens pendant l’occupation allemande de Rome dans les dernières années de la Seconde Guerre mondiale.

Le rassemblement a eu lieu à l’occasion de l’anniversaire de la mort de deux jeunes hommes devant un bureau de ce qui était alors le Mouvement social italien néo-fasciste, un parti formé après la Seconde Guerre mondiale qui attirait les nostalgiques de Mussolini. Après la mort des deux jeunes, un troisième jeune d’extrême droite a été tué lors d’affrontements avec la police lors des manifestations qui ont suivi.

Meloni, dont le parti des Frères d’Italie a ses racines dans le néo-fascisme, a pris ses distances avec la dictature de Mussolini, déclarant que « la droite italienne a remis le fascisme à l’histoire depuis des décennies maintenant ».

La fin des années 1970 a vu l’Italie ensanglantée par la violence des partisans d’extrême droite et d’extrême gauche. Cela comprenait des attentats meurtriers liés à l’extrême droite, ainsi que des assassinats et des enlèvements revendiqués par les Brigades rouges et d’autres extrémistes de gauche.

Laisser un commentaire

dix-sept + huit =