L’opinion publique est divisée sur l’élargissement de l’UE alors que les dirigeants se préparent à prendre des décisions cruciales

Jean Delaunay

L’opinion publique est divisée sur l’élargissement de l’UE alors que les dirigeants se préparent à prendre des décisions cruciales

Un nouveau sondage suggère que l’opinion publique sur l’élargissement potentiel de l’Union européenne est divisée, alors que les dirigeants se préparent à prendre des décisions cruciales sur les candidatures des pays candidats à l’adhésion à l’UE cette semaine.

Selon une enquête menée mardi auprès de six pays de l’UE par le Conseil européen des relations étrangères (ECFR), il n’existe pas de soutien clair de majorité pour l’adhésion prochaine d’un des pays candidats actuels au bloc, malgré l’ouverture d’esprit des personnes interrogées à l’adhésion de l’Ukraine. , Moldavie et Monténégro.

Les opinions semblent différer selon que les personnes interrogées proviennent d’États membres « plus anciens » ou « nouveaux ». L’opinion dominante en Autriche, en Allemagne, en France et au Danemark est que l’UE ne devrait pas accueillir de nouveaux membres dans un avenir proche, tandis qu’un large soutien à l’élargissement existe en Pologne et en Roumanie.

Ces conclusions interviennent alors que les dirigeants de l’UE et des Balkans occidentaux se préparent à discuter de l’élargissement lors d’un sommet à Bruxelles mercredi, et avant les décisions cruciales sur l’avancement des candidatures à l’adhésion de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie plus tard cette semaine.

Dix pays voisins de l’UE sont des candidats officiels ou « potentiels » à l’adhésion au bloc de 27 pays, dont sept dans les Balkans occidentaux.

La guerre de la Russie contre l’Ukraine a injecté un sentiment d’urgence dans le processus traditionnellement lent d’approbation de nouveaux membres, alors que l’UE cherche à renforcer sa puissance géopolitique en intégrant son flanc oriental.

La Commission européenne a recommandé le mois dernier d’ouvrir des négociations formelles d’adhésion avec l’Ukraine et la Moldavie, en attendant l’approbation des dirigeants de l’UE lors d’un sommet qui débutera jeudi.

Mais le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a exprimé sa ferme opposition, menaçant d’opposer son veto à l’ouverture de négociations avec l’Ukraine et de faire dérailler les projets de l’UE visant à donner un coup de pouce indispensable aux ambitions de Kiev de devenir membre de l’UE à un moment où le soutien occidental à l’Ukraine vacille.

Un appétit pour l’élargissement incohérent

Dans l’ensemble des pays interrogés par l’ECFR, 37 % des personnes interrogées soutiennent l’adhésion de l’Ukraine à l’UE, tandis que 33 % s’y opposent.

Les personnes interrogées se sont également montrées ouvertes à l’adhésion de la Moldavie, qui a jusqu’à présent été aux côtés de Kiev dans sa candidature, et du Monténégro, considéré comme le plus avancé des pays des Balkans occidentaux dans l’alignement sur les politiques économiques et étrangères de l’UE.

Mais une majorité des personnes interrogées (51%) s’opposent à l’adhésion de la Turquie à l’UE et les avis sont partagés sur de nombreux pays des Balkans occidentaux – plus d’un sur trois s’oppose à l’adhésion à l’UE du Kosovo (37%), de la Serbie (35%) et de l’Albanie (35%). .

L’appétit pour l’élargissement varie également selon les pays interrogés, les Autrichiens étant les plus sceptiques de tous les répondants.

Cinquante-trois pour cent des Autrichiens interrogés se déclarent opposés à l’adhésion prochaine de nouveaux membres à l’UE. Un nombre stupéfiant de 72 % des Autrichiens s’opposent à l’adhésion de la Turquie, et plus de la moitié s’opposent également à l’adhésion du Kosovo et de l’Ukraine.

Les personnes interrogées en Roumanie et en Pologne se sont montrées globalement beaucoup plus ouvertes à l’adhésion de nouveaux pays, avec une résistance la plus élevée en Roumanie à l’Ukraine (29% d’opposition) et en Pologne à la Turquie (26% d’opposition).

Les opinions ne sont pas toujours partagées entre l’est et l’ouest ou entre le nord et le sud, les sondés danois étant les plus susceptibles de soutenir l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Cinquante pour cent des Danois pensent que Kiev devrait pouvoir rejoindre le bloc, contre 28 % en Autriche.

L’impact de l’adhésion de l’Ukraine suscite des inquiétudes

Les implications potentielles de l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne inquiètent également les Européens. En moyenne, 45 % des personnes interrogées dans les six pays interrogés craignent que la sécurité de l’UE soit compromise si l’Ukraine en devient membre.

Ceci malgré le fait que les dirigeants européens affirment que l’adhésion de l’Ukraine au bloc est nécessaire pour protéger la sécurité du bloc et contenir les ambitions impériales de Poutine.

Près d’un répondant sur quatre (39%) craint également que l’économie du bloc ne souffre de l’adhésion de l’Ukraine.

L’éventuelle intégration de l’Ukraine – dont le PIB par habitant est trois fois inférieur à celui de la Bulgarie, la plus petite économie de l’UE – fait craindre que Kiev ne déstabilise la structure budgétaire du bloc et signifie que de nombreux pays de l’UE passeraient du statut de bénéficiaires nets à ceux de contributeurs nets.

Le Hongrois Viktor Orbán et le Premier ministre slovaque Robert Fico ont également exprimé par le passé des réserves quant à l’adhésion de l’Ukraine en raison de leurs inquiétudes concernant ce qu’ils considèrent comme des niveaux élevés de corruption dans le pays qui pourraient nuire aux normes anti-corruption élevées de l’UE.

Malgré l’enracinement de la corruption, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a déployé d’énormes efforts pour se conformer aux exigences anti-corruption de Bruxelles. La répression de la corruption au sein de son gouvernement a culminé en septembre lorsque son ministre de la Défense Oleksii Reznikov a quitté son poste à la suite de multiples scandales impliquant l’achat de biens et d’équipements au sein de son ministère.

La Commission a exceptionnellement donné son feu vert le mois dernier à l’ouverture de négociations avec l’Ukraine et la Moldavie, malgré certaines réformes en cours, notamment dans le cas de Kiev, en augmentant le plafond légal du nombre d’employés de son Bureau national anti-corruption et en donnant à son Agence nationale de lutte contre la corruption Prévention davantage de pouvoirs pour vérifier les biens des agents publics.

Laisser un commentaire

treize + trois =