US United Nations (UN) Ambassador Linda Thomas-Greenfield (centre) addresses a meeting of the UN Security Council on the war in Gaza, on March 11, 2024, at UN headquarters.

Jean Delaunay

L’ONU va voter un projet de loi parrainé par les États-Unis appelant à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

Le Conseil de sécurité des Nations Unies devrait voter aujourd’hui un projet de loi lancé par les États-Unis appelant à un « cessez-le-feu immédiat et durable » dans la guerre entre Israël et le Hamas. La guerre actuelle a coûté la vie à plus de 30 000 personnes.

Le Conseil de sécurité de l’ONU votera aujourd’hui une résolution déclarant « un cessez-le-feu immédiat et durable » à Gaza. Le projet de loi parrainé par les États-Unis vise à protéger les civils et à permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à plus de deux millions de Palestiniens.

Les États-Unis ont déjà opposé leur veto à plusieurs projets de résolution. Une version précédente du projet de loi partagée plus tôt ce mois-ci mettait l’accent sur un accord d’otages pour soutenir les efforts internationaux en faveur d’un cessez-le-feu. Mais le nouveau document ne fait pas de lien entre une pause immédiate et la libération des otages capturés lors de l’attaque du 7 octobre.

« À cette fin », cependant, il soutiendrait sans équivoque les efforts diplomatiques « pour obtenir un tel cessez-le-feu en relation avec la libération de tous les otages restants », selon le projet de loi.

L’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield s’est dite « optimiste » quant au soutien de la mesure. « C’est pourquoi cela nous a pris autant de temps, parce que nous avons travaillé si dur », a-t-elle déclaré, faisant référence au travail des 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

L’ambassadeur adjoint de la Russie à l’ONU, Dmitri Polyansky, a déclaré aux journalistes que le secrétaire d’État américain Antony Blinken faisait pression pour un cessez-le-feu immédiat et que si la résolution appelle à un cessez-le-feu immédiat, « nous la soutiendrons, bien sûr ».

Mais il a remis en question la formulation du projet américain, demandant : « Qu’est-ce qu’un impératif ? J’ai l’obligation de vous donner 100 dollars, mais… ce n’est qu’un impératif, pas 100 dollars.

« Donc, je pense que quelqu’un s’amuse avec la communauté internationale », a déclaré Polyansky. « Nous ne sommes pas satisfaits de tout ce qui n’appelle pas un cessez-le-feu immédiat. Je pense que tout le monde n’est pas satisfait de cela. Même le secrétaire Blinken n’est pas satisfait.

Offensive terrestre de Rafah

Le projet final des États-Unis indiquait que le Conseil soulignerait sa préoccupation quant au fait qu’une offensive terrestre sur Rafah « entraînerait des dommages supplémentaires aux civils et leur déplacement ultérieur, potentiellement vers les pays voisins, et aurait de graves implications pour la paix et la sécurité régionales ».

Blinken a déclaré qu’une opération militaire majeure sur Rafah serait une « erreur » et « quelque chose que nous ne soutenons pas ».

« Il n’est pas non plus nécessaire de traiter avec le Hamas, ce qui est nécessaire », a-t-il ajouté. « Nous aurons l’occasion la semaine prochaine de partager en détail ce point de vue avec nos homologues israéliens et d’exposer nos points de vue sur la manière de traiter le problème différemment. »

Pendant ce temps, les dirigeants de l’UE ont appelé hier soir à l’unanimité à une « pause humanitaire immédiate conduisant à un cessez-le-feu durable à Gaza ».

Laisser un commentaire

4 × cinq =