United Nations Secretary-General António Guterres

Jean Delaunay

L’ONU aux entreprises technologiques : « Assumer la responsabilité » des préjudices liés à l’accès à l’information

Le secrétaire général de l’ONU a demandé aux entreprises technologiques d’assumer la responsabilité de la manière dont leurs modèles commerciaux actuels et leur manque de transparence nuisent à l’intégrité de l’information.

António Guterres, le secrétaire général des Nations Unies, demande aux entreprises technologiques de « prendre la responsabilité » de la manière dont leurs systèmes affectent l’intégrité de l’information.

Guterres a fait ces remarques devant des journalistes plus tôt cette semaine, alors qu’il lançait les Principes mondiaux pour l’intégrité de l’information de l’ONU : un ensemble de recommandations qui peuvent être utilisées dans le monde entier pour promouvoir un « système d’information plus humain ».

« Prendre la responsabilité. Reconnaissez les dommages que vos produits infligent aux personnes et aux communautés », a déclaré Guterres.

Le cadre repose sur cinq piliers : la confiance et la résilience sociétales ; des médias indépendants, libres et pluralistes ; des incitations saines ; transparence et recherche; et l’autonomisation du public.

Les Nations Unies ont mené des « consultations vastes et diversifiées » sur ces principes dans tous leurs États membres, dans les médias, le secteur privé et le monde universitaire en ligne et par le biais de groupes de discussion.

Le cadre contient 26 recommandations pour les entreprises de technologie et d’intelligence artificielle (IA), qui vont de la réévaluation de leurs modèles commerciaux, loin d’un système de publicité en ligne « complexe et opaque » qui profite de « la désinformation et de la haine », à l’étiquetage du contenu de l’IA.

« Personne ne devrait être à la merci d’un algorithme qu’il ne contrôle pas, qui n’a pas été conçu pour sauvegarder ses intérêts et qui suit son comportement pour collecter des données personnelles et le rendre accro. »

Antonio Guterres

Secrétaire général des Nations Unies

De nombreux appels à l’action concernent la transparence : demander aux entreprises technologiques de publier qui fait de la publicité auprès d’elles, de divulguer des détails sur la manière dont les données sont stockées sur leurs plateformes et d’offrir aux utilisateurs plus de contrôles et de choix sur la manière dont leurs données sont utilisées.

« Personne ne devrait être à la merci d’un algorithme qu’il ne contrôle pas, qui n’a pas été conçu pour sauvegarder ses intérêts et qui suit son comportement pour collecter des données personnelles et le rendre accro », a déclaré António Guterres.

Les entreprises d’IA en particulier sont invitées à former leurs modèles sur des « sources d’informations fiables et inclusives » qui limiteront leurs biais.

Il est également demandé aux entreprises de mener des audits tiers de leurs modèles et de rendre publics ces rapports, ainsi qu’un ensemble de mesures qu’elles prennent pour limiter la menace d’hallucinations ou de désinformation qu’elles pourraient propager.

Aux gouvernements, António Guterres leur a demandé de s’engager à « maintenir un paysage médiatique libre, viable, indépendant et pluriel », avec un soutien fort aux journalistes qui travaillent dans l’intérêt public.

En échange, les journalistes sont invités à « élever et appliquer » les normes éditoriales pour garantir que leur contenu est « basé sur des faits et la réalité ».

Laisser un commentaire

vingt + deux =